1965.00.00.Recueil d'informations.Janvier à décembre

Ce fichier a été établi par la saisie ou la numérisation de documents conservés chez Worms 1848 et consultables à partir de ce recueil en cliquant sur leurs intitulés (en bleu + soulignement). Les témoignages relatifs à la Banque Worms proviennent le plus souvent du secrétariat général et de la direction de Worms & Cie, d’une part, et d’extraits de livres ou d’études, d’autre part. Rares sont en effet les archives émanant directement de cette société ; la raison en est que la Banque Worms, lors de sa nationalisation en 1982, a repris la totalité de ses dossiers (y compris les plus anciens) et les conserve, depuis, indépendamment de la Maison Worms.

1965
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Bilan (1959-1963).
De Société financière Worms & Cie : Situation comptable.

5 janvier 1965
De Banque Worms & Cie : « Nous vous avons remis, le 4 janvier, le journal de quelques écritures comptables émises par la Société financière Worms & Cie, pour la période du 14 octobre 1964 au 31 décembre 1964. »

8 janvier 1965
De Banque Worms & Cie à Sofibanque : « Nous vous confirmons de bien vouloir nous verser, valeur lundi 11 janvier, le solde créditeur de notre compte n° 38-2822-0 dans vos livres. »
De Banque Worms & Cie : « À la création de notre banque, le 14 octobre dernier, les souscriptions en numéraire, d’un montant total de 20.300.000 F, ont été versées par les souscripteurs au crédit d’un compte ouvert au nom de « Société financière Worms & Cie » dans les livres de Sofibanque Hoskier sous le n° 38-2822-0. »
De Banque Worms & Cie : Situation comptable de la Banque Worms & Cie au 31 décembre 1964.

13 janvier 1965
De Banque Worms Marseille : Autorisation de crédit aux Chantiers et Ateliers de Provence.

14 janvier 1965
De Banque Worms & Cie : Note de service. Règles à suivre concernant l'imputation des frais généraux du groupe Worms.

15 janvier 1965
De Banque Worms & Cie : Clôture du compte « nostro » n° 562-15.972T de Sofibanque-Hoskier.
De Banque Worms & Cie à Sofibanque-Hoskier : « Conformément à notre entretien téléphonique, le règlement de ces agios est effectué par le débit de votre compte n° 563-25.302L dans nos livres, valeur ce jour, suivant les deux avis que vous trouverez sous ce pli. »

20 janvier 1965
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Note sur les activités des Chantiers en 1964. Constructions navales. Activités de conversion. Investissements. Évolution de la trésorerie.

26 janvier 1965
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : Note pour la direction générale des Services maritimes. Ont été portées au registre du commerce de la Seine les inscriptions complémentaires concernant : l’agence de voyages, sous la marque "Atlas" ou "Atlas-Voyages" et la mention de transporteur routier-transport public de marchandises.

29 janvier 1965
Du Figaro : Coupure de presse intitulée "Regroupement dans la construction navale - Quatre chantiers ont signé un accord en vue de la concentration de leurs activités". « Les directions de quatre chantiers ont signé hier à Paris un protocole d'accord en vue de la concentration de leurs activités et du regroupement de leur actif... Cette concentration "répond à un appel pressant du gouvernement au cours des derniers mois, aussi bien qu'à une situation de concurrence qui n'a cessé de s'aggraver par suite notamment de la progression des chantiers japonais. L'opération actuelle les Forges et chantiers de la Méditerranée, Chantiers navals de La Ciotat, Chantiers et ateliers de Provence, Ateliers et chantiers de la Seine-Maritime". »
Du Monde : Coupure de presse intitulée "Fusion de quatre chantiers navals français" qui «  viennent de signer le protocole d'application de l'accord de fusion qu'ils avaient décidé en avril dernier. Une nouvelle société sera créée, d'ici à l'automne prochain… Un certain nombre de comités de coordination vont préparer la constitution de cette société. Concentration réclamée depuis longue date par les pouvoirs publics, qui en faisaient une condition de l'aide accordée aux chantiers. [Elle] doit aboutir à la disparition à court terme d'un des quatre chantiers en cause (celui de Port-de-Bouc), à long terme de deux. Les Forges et chantiers de la Méditerranée sont un des plus importants actionnaires des Ateliers et chantiers de la Seine-Maritime. »

Février 1965
De Roger Mennevée : Article intitulé "Les transformations de la banque Worms & Cie", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d’informations internationales. [NB : Les renseignements contenus dans cet article ont été répartis selon leurs dates dans les recueils annuels concernés.]

5 février 1965
De Banque Worms & Cie : Frais généraux de la Société financière Worms & Cie au 31 décembre 1964.
De Banque Worms & Cie : « Bien que le premier exercice ne se termine qu’au 31 décembre 1965, nous avons à fournir, fin de ce mois, à l’administration une situation et une estimation des résultats, à valoir sur la déclaration qui sera faite au 31 mars 1966 appuyée du bilan au 31 décembre 1965. »

8 février 1965
Du cabinet Roux : [Extrait d’un rapport d'expertise daté de mai 1965.] Protocole arrêté entre les quatre sociétés [Chantiers de La Ciotat, Forges et Chantiers de la Méditerranée, Chantiers et Ateliers de Provence, Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime] le 8 février 1965, définissant la méthode d'évaluation de leurs apports… »

10 février 1965
De la Banque Worms & Cie : La Banque Worms & Cie se porte caution pour la société anonyme Gaz Marine.
De Worms & Cie : Apports à la Banque Worms & Cie du droit d’occupation des locaux.

13 février 1965
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Projet de fusion. « Malgré l'évolution défavorable de la construction, la politique des ACSM a dû, depuis 1962 et jusqu'à février 1965, être très prudente et plutôt conservatrice, tant il a fallu concentrer tous les efforts sur la réalisation du méthanier "Jules-Verne" dans un climat social sensibilisé au plus haut point par la menace de fermeture contenue dans la lettre du gouvernement en date du 7 avril 1962. Cette politique générale de maintien s'est traduite par un chiffre d'affaires et un niveau de travail élevés, et par de lourdes pertes… Elle n'a cependant pas fait obstacle à la poursuite d'efforts qui ont été menés avec continuité depuis 1962 dans 3 directions différentes :… »

15 février 1965
De Banque Worms & Cie : Note de service. L'initiative des écritures intéressant les comptes "Frais généraux" appartient à la Direction générale ou aux mandataires spécialement habilités.

16 février 1965
De J. Robert au ministre des travaux publics : Investissement sur crédits budgétaires dans les chantiers de construction navale dont les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime.

25 février-21 mai 1965
Entre Worms & Cie (Raymond Meynial) et la Banque Worms & Cie (Guy Brocard) : [Extrait d’une convention datée du 20 janvier 1966.] « Acte en date du 25 février 1965, enregistré à Paris le 5 mai 1965, dressé par les deux sociétés et par lequel, en exécution des dispositions de l'acte [du 10 décembre 1964], ont été cédées par la société Worms & Cie et acquis par la Banque Worms & Cie les actifs disponibles et réalisables dont les créances de la société Worms & Cie sur sa clientèle, cette dernière société demeurant ducroire desdites créances, la convention annexe en date du 25 février 1965, enregistrée à Paris le 21 mai 1965, complétant l'acte précédant et précisant les modalités et conditions d'application de la clause de ducroire qu'il comporte. »

Mars 1965
De Roger Mennevée : Article intitulé "Les transformations de la banque Worms & Cie - Son activité en 1963", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d’informations internationales. [NB : Les renseignements contenus dans cet article ont été répartis selon leurs dates dans les recueils annuels concernés.]
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Main d'œuvre productive. État.
De la Nouvelle Compagnie havraise péninsulaire de navigation : Note sur le concours de la marine française au développement de la marine marchande malgache après l'indépendance de Madagascar.

1er mars 1965
De la Nouvelle Compagnie havraise péninsulaire : Historique de la société rédigé en anglais.

3 mars 1965
Du cabinet Roux : [Extrait d’un rapport d'expertise daté de mai 1965]. « L'étendue de notre mission et les règles à observer dans la présentation de notre rapport ont fait l'objet d'une lettre en date du 3 mars 1965 par laquelle les quatre sociétés [Chantiers de La Ciotat, Forges et Chantiers de la Méditerranée, Chantiers et Ateliers de Provence, Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime] nous demandent conjointement :… »

8 mars 1965
Vente du "Pomerol" à la SA de pêche et de ravitaillement - Sapmer. [Extrait du procès-verbal du conseil d’administration de Worms Compagnie maritime et charbonnière, en date du 23 avril 1965.]
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Résultats financiers prévisionnels des commandes.
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Frais généraux. Personnel (1962-1964).

15 mars 1965
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Situation bancaire, crédits, exploitation.

17 mars 1965
Du Monde : Coupure de presse. « Les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, qui emploient environ mille huit cent cinquante personnes (cadres compris) dans leurs installations du Trait, près de Rouen, ont annoncé, à la fin de la semaine dernière, le licenciement de cent cinquante-huit de leurs salariés. »

Avril 1965
De Roger Mennevée : Article intitulé "Les transformations de la banque Worms & Cie (suite et fin) - Les affaires de Worms et Cie en 1964", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d’informations internationales. [NB : Les renseignements contenus dans cet article ont été répartis selon leurs dates dans les recueils annuels concernés.]
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Note [non datée] sur les activités des Chantiers en 1964 et au 1er trimestre 1965. Constructions navales. Activités de conversion. Investissements. Évolution de la trésorerie.

5 avril 1965
De Roger Mennevée : [Extrait d’un intitulé "Les transformations de la banque Worms & Cie - Les affaires de Worms et Cie en 1964", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d’informations internationales, en avril 1965.] « D'après "l'Aurore" du 5 avril dernier, les directions de quatre chantiers navals dont les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, ont récemment signé un protocole d'accord en vue de la concentration de leurs moyens et du regroupement de leurs actifs. "Les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime qui avaient dû déjà réduire leur personnel dont ils n'avaient pu reconvertir que 7% de leurs 2.000 ouvriers, cesseraient de fabriquer des navires - cette partie de leur activité étant transférée aux Forges et Chantiers de la Méditerranée, déjà intéressés aux ACSM et s'orienteraient vers la chaudronnerie et la mécanique moyenne spécialisée, signalons que cette solution est sensiblement plus favorable que celle qui avait été envisagée antérieurement par le gouvernement et qui ne comportait rien de moins que la fermeture des Chantiers que les ACSM possèdent au Trait, près du Havre. C'est vraisemblablement en vue de cette reconversion que les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime ont augmenté à la fin de l'année dernière leur participation dans la société de Prospection des activités industrielles d'avenir (Praia), dont ils possèdent la moitié du capital de 450.000 F (soit 2.250 parts de 100 F), l'autre moitié étant entre les mains des Forges et Chantiers de la Méditerranée, et que, plus récemment, ils ont participé, avec la société Alfa-Laval, la société Frankel et les Ateliers de Schwartz-Hautmont, à la création de la Compagnie pour l'étude et la réalisation d'ensemble industriels, agricoles et alimentaires (Cetral) au capital de 500.000 F dont l'objet est la construction et la livraison en tous pays d'ensembles industriels, les premières activités de la société paraissant devoir se tourner vers l'étude et la construction d'abattoirs." »

6 avril 1965
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Résultats financiers prévisionnels des commandes.

9 avril 1965
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Évaluation du prix de revient des équipements industriels.
De J. Robert, question de Jean Lecanuet à l'Assemblée nationale : Situation sociale et licenciements aux Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime.

13 avril 1965
Du registre du commerce : Extrait Kbis au nom de la Banque Worms & Cie.

23 avril 1965
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : Conseil d’administration. Vente au cours de l'exercice 1964 du "Château-Margaux", du "Château-Lafite", à la Nouvelle Compagnie havraise péninsulaire - NCHP ; du "Médoc" à la Marine marchande le 13 novembre 1964 ; du "Pomerol" à la Société anonyme de pêches et de ravitaillement - Sapmer, le 8 mars 1965. Toutes les constitutions de sociétés ont été réalisées sauf celle avec les Établissements Serres et Pilaire. Prises de participation de 20% dans la Société de gestion de la station Aviroute d'Abbeville (Starab) ; 25% dans Armateurs de gros-porteurs associés - AGPA (autres associés : la Compagnie générale transatlantique et NCHP) ; 30% dans la Société bordelaise d’exploitation de combustibles - Sobeco, autorisée dans le cadre de la concentration avec la Société commerciale d’affrètements et de combustibles - Scac et Sochar, à Bordeaux. Caution à Antargaz et Sobeco.
De Francis Ley, Banque Worms : [Extrait d’un historique sur les Services charbons en date du 18 octobre 1977.] « Si une nouvelle succursale [combustibles] apparaissait en 1965 à Nancy, deux autres donnaient lieu, la même année par concentration, à la création de sociétés filiales distinctes : à Bordeaux, la Société bordelaise d'exploitation de combustibles "Sobeco", et à Nantes la "LCO" (Les Combustibles de l'Ouest). »

29 avril 1965
D'Audy Gilles, à Guy Brocard : Évaluation des pertes des ACSM. « Prix de l'heure : toits flottants - 23,50 F ; autres commandes de reconversion - 14,40 F ; commandes navires (avant loi d'aide) - 14,50 F. Nombre d'heures productives utilisées en 1964 : 2.872.711 h dont 624.868 de main-d'œuvre sous-traitée à l'extérieur. Si l'on admet pour chaque ouvrier productif 46 semaines de plein travail, à raison de 46 h 15 par semaine, le nombre d'heures productives effectuées annuellement, par chaque ouvrier productif, serait de 2.127,5. Une partie de ces heures productives doivent correspondre à des heures supplémentaires (achèvement du "Jules-Verne" en particulier) et de nombreux ouvriers productifs ont dû dépasser l'horaire hebdomadaire de 46 h 15. D'ailleurs, le prix moyen de main-d'œuvre directe ressort à 6,45, supérieur au prix normal qui doit être d'environ 6,30. Sur les 2.872.711 h, 351.149 h ont été consacrées à la reconversion, soit environ 12,2%… Le nombre d'ouvriers productifs au 1er mars 1965 sera de 870. Le nombre d'heures productives disponibles serait de 1.850.925. Cette charge suppose acquises les commandes des chalutiers congélateurs pour la "Havraise de Pêche" et "Guelfi" ; elles ne tiennent toutefois pas compte du cargo "Transat" dont la commande est acquise. La répartition des heures productives prévues pour la réalisation du cargo "Transat" (547.000 h) pourrait être la suivante :… La charge 1965 dépasserait les possibilités du chantier s'il n'était pas fait appel à des heures supplémentaires et à la main-d'œuvre extérieure au chantier… Utilisation d'heures productives : 2.200.000 h (dont 200.000 h de main-d’œuvre extérieure) total correspondant approximativement aux effectifs fin 1964 ; 2.620.000 h moyenne des heures productives utilisées en 1962, 1963 et 1964 ; 3.100.000 h nombre d'heures maximum utilisées (en 1960)… Les prix de revient de l'heure productive ne tiennent pas compte des économies de frais généraux résultant des licenciements effectués en mars 1965. D'après les ACSM, le coût total de ces licenciements en indemnités diverses, complément de salaires, etc., serait de l'ordre de 1.500.000 F et aucune économie n'apparaîtrait en 1965. Si l'on suppose… la perte annuelle ressortirait à 4.789.000, soit 5.000.000 F… Si l'on admet, en première approximation, que les licenciements effectués en mars 1965 entraînent, en année pleine, une économie de l'ordre de 2.000.000, la perte annuelle serait de l'ordre de 3.000.000… S'il est considéré comme impossible d'annuler cette perte soit par des économies de frais généraux, soit par une augmentation du rendement, il faudra envisager une fermeture plus ou moins complète du chantier, le licenciement portant sur environ 2/3 du personnel (plus de 1.000 personnes). On ne voit pas, en effet, comment il serait possible, en cas de cessation prochaine de toute activité, de réutiliser rapidement tout le personnel sur des commandes de reconversion. On doit noter que si la situation actuelle du chantier n'est pas redressée avant l'aboutissement des projets de fusion à quatre, les ACSM apparaîtront automatiquement comme l'un des deux chantiers à fermer et il sera difficile d'éviter que les ACSM ne supportent pas la majeure partie des pertes entraînées par cette fermeture. Si, au contraire, la situation pouvait être redressée avant la décision ferme de fusion, il ne serait absolument pas évident que les ACSM soient l'un des deux chantiers à fermer. Si, en définitive, la société résultant de la fusion décidait de fermer les ACSM à la construction navale, cette société devrait supporter les conséquences financières de la fermeture. Il est difficile d'évaluer quelles seraient les conséquences financières d'une fermeture prochaine et rapide du chantier à la construction navale. On peut essayer d'approcher le problème en faisant les hypothèses suivantes… D'après les ACSM, il semblerait que de nouvelles mesures de licenciements soient impossibles dans un proche avenir (compte tenu des licenciements déjà effectués). Des économies importantes pourraient donc être rapidement effectuées sur les frais généraux des chantiers eux-mêmes. Il serait toutefois possible d'effectuer des économies progressives (non remplacement du personnel quittant le chantier, économie sur les dépenses de frais généraux soldés à l'extérieur du chantier, économie sur les matières premières). Ces différents postes pourraient produire, d'après le directeur du chantier entre 50 et 80 M. » [Voir 30 avril 1965.]

30 avril 1965
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, à Audy Gilles : Équipements industriels. Heures productives et taux horaire de production.

Mai 1965
Du commandant Yves Sellier : [Extrait d’un témoignage (non daté) classé en 1987.] Ligne Anvers-Le Havre-Algérie. M/S "Château-Yquem". « Le remplissage des cuves à vin devint de plus en plus problématique dans les ports algériens et il fallut y remédier par des voyages sur Valence (Espagne), il y eut même un voyage de vin Lisbonne-Dunkerque en mai 1965. A la descente il y eut quelques belles sorties de sucre en sacs de Fécamp ou de Dieppe sur Oran et Alger. Puis des graines oléagineuses (colza), de Honfleur sur Oran ou Alger. Enfin il y eut aussi des lots de bois africains en transit du Havre sur Valence et deux ou trois chargements de grumes de peupliers de Rochefort sur Alger pour alimenter une usine de déroulage de grumes en vue de la fabrication des cageots à primeurs. » [Voir mai 1967.]
Du cabinet Roux : Rapport d'expertise. « Nous avons reçu la mission d'estimer la valeur des immobilisations corporelles d'exploitation et hors exploitation, comprises dans l'actif de la société des "Chantiers navals de la Ciotat", société anonyme au capital de 30.000.000 F dont le siège social est à La Ciotat (Bouches-du-Rhône). La présente expertise est réalisée dans la perspective d'une opération de regroupement actuellement envisagée entre la société précitée et trois autres entreprises du même secteur d'industrie : les Forges et Chantiers de la Méditerranée, les Chantiers et Ateliers de Provence, les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime. » Montant total général estimé : 189.286.080 F. En annexes : Tableaux des amortissements ; engagements – provisions - chiffre d’affaires ; bilan au 31 décembre 1964 ; compte d’exploitation générale ; compte de pertes et profits ; immobilisations.

3 mai 1965
De Banque Worms & Cie : La Banque Worms & Cie se porte caution pour les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime.

12 mai 1965
De Pierre Herrenschmidt, Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, à André Gilles : Situation des chantiers et carnet de commande. « Le volume des nouvelles commandes enregistrées au cours du mois d'avril 1965 s'élève à 2.697.000 F. Ce [montant] doit donc être majoré de 7.000.000 F [en raison d’] une commande de 2 toits flottants destinés à la Compagnie industrielle maritime s'élevant à 2.000.000 F ; une commande de 23 châteaux d’eau pour les Établissements Dégremont (Sierra Leone) s'élevant à 5.000.000 F. Si bien qu'en définitive, depuis le 1er janvier 1965, le montant des commandes nouvelles jusqu'au 30 avril 1965 s'élève à 12.258.000 F. Ce montant est à comparer à celui de 16.264.000 F enregistré au cours des 12 mois de l'année 1964. »

18 mai 1965
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Rapport sur les chantiers se composant « de différentes notes ou études traitant : de l'évolution financière des chantiers, de remarques sur les équipements industriels, des prix de revient et des prix de vente des heures productives, de certaines caractéristiques des chantiers, et d'une conclusion ».

24 mai 1965
Du ministre des travaux publics et des transports au délégué à l'aménagement du territoire : Situation des reconversions des chantiers navals français dont celle des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime.

26 mai 1965
Convention entre le Fonds national de l'emploi et les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Allocations pour le personnel.
Convention d'allocation dégressive à destination des ouvriers des Chantiers navals de La Ciotat - Etablissements du Trait.
De Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime au directeur général du travail et de l'emploi : Avis favorable à la conclusion d’une convention d’allocation spéciale (allocation temporaire dégressive) entre le Fonds national de l'emploi et les ACSM.

28 mai 1965
Convention d'allocation dégressive : Liste d'ouvriers des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime bénéficiaires des dispositions du Fonds national de l'emploi.

31 mai 1965
De Banque Worms & Cie : La Banque Worms & Cie se porte caution pour les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime.

1er juin 1965
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, à Pierre Herrenschmidt : Intervention du Cabinet Roux. Évaluation des actifs corporels des ACSM et de la SIT.

29 juin 1965
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Assemblée générale ordinaire des actionnaires. Rapport annuel. « L'insuffisance de la charge de travail dans le secteur naval qui s'en est suivie au début de l'année 1965 ne se trouvant pas compensée par une évolution favorable des activités de conversion dans la même période de temps, il s'est produit en février dernier, dans la corporation des travaux-fer, un état de sous-emploi tel que pour préserver l'état de compétitivité des chantiers, votre société n'a pu éviter de licencier 140 personnes. Depuis lors, un certain nombre de projets en négociations depuis plusieurs mois ont abouti, déterminant un redressement appréciable - quoique encore insuffisant - du carnet de commandes ; il s'agit d'un car-ferry destiné à la Compagnie marocaine Limadet de Tanger, d'un cargo de 7.500 t destiné à la Compagnie générale transatlantique, d'un chalutier frigorifique destiné à la Société havraise de pêche, et de quelques petits bateaux fluviaux : barges et polisseurs, qui sans représenter, bien évidemment, un chiffre d'affaires susceptible d'un développement important, ne sont pas sans intérêt pour l'activité du chantier. La charge de la branche de conversion apparaît, de son côté, devoir s'améliorer sensiblement dès le retour des congés, notamment grâce à une commande importante de châteaux d'eau métalliques… Considérant qu'il devrait être possible de reconvertir une partie de son personnel dans le domaine de la construction industrialisée, notamment de l'équipement scolaire, votre société a pris une participation de 500.000 F dans le capital de la Société technique de préfabrication, dont la vocation sera d'assurer l'engineering de constructions de ce type. Une participation de 20% au capital de 500.000 F de la Nouvelle Compagnie pour l'étude et la réalisation d'ensembles industriels, agricoles et alimentaires (Cétral), constituée avec la collaboration de Tunzini, Alfa-Laval, Schwartz-Hautmont et Frankel, répond également à la préoccupation de rendre plus décisive l'orientation de votre société vers la construction de grands ensembles industriels. Votre filiale la société Botalam a consacré l'essentiel de ses activités en 1964 à la réalisation de l'équipement de bottelage automatique desservant le train de laminoirs d'Ijmuiden en Hollande. Le premier exercice de fonctionnement a été déficitaire, mais la mise au point d'une première installation de cette importance nous permet d'espérer que des perspectives commerciales intéressantes s'ouvriront à la société. Votre filiale de mécanique, les Constructions mécaniques du Trait, constituée en 1962 avec la société Wean-Damiron, n'a pas réussi à surmonter la crise aiguë que connaît l'industrie mécanique et présente un résultat déficitaire au 31 décembre 1964 correspondant sensiblement aux amortissements annuels. Le bilan des activités de votre société au cours de l'exercice 1964 traduit en définitive ce fait que la construction navale européenne se débat dans une crise qui atteint maintenant un degré d'exceptionnelle gravité et que l'industrie des biens d'équipement est, en France, sérieusement touchée. Aussi bien, à l'invitation des pouvoirs publics, la direction de votre société et celle de trois autres entreprises — les Forges et Chantiers de la Méditerranée, les Chantiers navals de la Ciotat et les Chantiers de Provence — ayant toutes les quatre vocation pour construire des grands navires, ont-elles décidé d'étudier, avec le concours d'experts, le problème du regroupement de leurs entreprises, afin d'améliorer la productivité de la construction navale du groupe et de permettre une plus grande extension des activités de conversion. Au cas où le regroupement envisagé se réaliserait, les pouvoirs publics seraient disposés à appliquer à l'ensemble de la profession certaines mesures favorables au secteur naval comme au secteur de conversion. »

Juillet 1965
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Tableau intitulé "Prix de l'heure productive".

1er juillet 1965
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : Conseil d’administration. Vente des 20% dans "Château-Yquem" à la Société marseillaise de manutention et de transport - SMMT. Augmentation de capital d’Armateurs de gros-porteurs associés - AGPA (société constituée entre Worms CMC - 25% -, la Compagnie générale transatlantique, la Nouvelle Compagnie havraise péninsulaire - NCHP et la Compagnie générale d'armement maritime - CGAM) ; AGPA a passé commande de minéraliers (80.000 tonnes et 39.000 tonnes) dans lesquels Worms CMC a pris 2%. Constitution à 50% avec la société Rhin et Rhône d'une SARL dénommée Compagnie d'entrepôts pétroliers de Périgueux, société d'études pour le stockage des combustibles.

2 juillet 1965
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Note sur les activités du Chantier au cours du premier semestre 1965. Constructions navales. Activités de conversion. Investissements. Évolution de la trésorerie.

16 juillet 1965
De [M. Campion], à Robert Dubost, Banque Worms & Cie : Note. Provision pour risques afférents aux opérations de crédit à moyen et à long terme - circulaire 5 juillet 1965 de l'Association professionnelle des banques.

19 juillet 1965
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : Conseil d’administration à l'assemblée générale. Le 31 décembre 1964, la flotte se composait de 7 navires, dont 4 minéraliers charbonniers et 3 cargos. Ventes en mars 1964 du "Château-Margaux" et du "Château-Lafite", à la Nouvelle Compagnie havraise péninsulaire - NCHP ; en novembre 1964 du "Médoc" à la Marine marchande ; en 1965 du "Pomerol" à la Société anonyme de pêches et de ravitaillement - Sapmer. Acquisition de quirats de 8% dans "Président-André-Blanchard". Commandes d'un cargo minéralier aux chantiers Biesbosch, à Dordrecht (Pays-Bas). Utilisation en commun avec Argo Reederei du navire "Kondor" du 1er janvier au 31 décembre, et du navire "Habicht", du 1er avril au 31 décembre ; avec Gibson du navire "Wega". Gérance des "Président-Pierre-Angot", "Jules-Berthières", et "Président-André-Blanchard" appartenant à la Société navale des pétroles de l'Aquitaine - SNPA. Gérance du "Blaise-Pascal" et du "Cap-Cos" appartenant à la Compagnie maritime de transport de goudrons. Titres de placement inscrits au bilan de l'exercice 1964 : DGSC - Société combustible de la basse Loire ; en plus - Société parisienne de réception de combustibles, Union charbonnière et financière - Ucef, Sofichar, Ceduc, SCI Châteaudun-Lafayette, Unipac (Nancy) ; en moins - SA Pavillon du yacht club d'Alger, Société immobilière des entreprises portuaires du port d'Alger (titres de placement devenus titres de participation), Société maritime de charbonnage, Charsac. DGSM - en plus - Société pour l'expansion du port de Nemours, Gaz Océan ; en moins - SEPN, Société commerciale industrielle du Sahara, Otto Thoresen Ship. Oslo, SMBMD.

26 juillet 1965
A M. Bonnot - direction générale des impôts : Provisions pour risques afférents aux opérations de crédit à moyen et long terme et provisions pour créances douteuses dans les comptes de Worms & Cie 1960 à 1963.

6 août 1965
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime au directeur général du travail et de l'emploi : « Nous avons l'honneur d’accuser la réception de votre lettre du 9 juillet 1965 transmettant un exemplaire original de la convention de coopération d’allocation temporaire dégressive ».

17 septembre 1965
De La Ciotat : Base d'un accord entre les CNC et les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime.

20 septembre 1965
De La Ciotat : Base d'une fusion entre les CNC et les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime. « Après l'échec prévisible des pourparlers pour la fusion à quatre, il importe aux dirigeants de ces deux sociétés de présenter un programme de rechange aux pouvoirs publics atteignant les objectifs fixés par la lettre de M. Debré, c'est-à-dire en fait proposant le renoncement à la Loi d'aide de deux établissements de construction navale. Dans tous les pourparlers précédents les deux établissements pressentis étaient les CAP d'une part et Le Trait d'autre part… Les questions les plus importantes, et qui devraient être tranchées rapidement, portent sur les dettes du Trait vis-à-vis du groupe Worms et les pertes potentielles du carnet de commandes existantes. En contre-partie des efforts déployés par les dirigeants de La Ciotat pour solutionner ce problème d'ensemble et pour les aider à structurer le capital des CNC, le groupe Worms serait prêt à prendre une participation directe dans ce capital, l'importance de cette participation étant à préciser par ailleurs. »

29 septembre 1965
Note [sans signataire] : CNC-ACSM. « Une approche du problème de l'évaluation comparative des CNC et des ACSM peut être exposée par les calculs ci-après qui retiennent des chiffres comptables extraits des bilans des deux Sociétés au 31.12.1964. »

6 octobre 1965
Note [sans signataire] : CNC-ACSM. Évaluation comparative.
Note [sans signataire] : CNC-ACSM. Fonds de roulement et trésorerie.

8 octobre 1965
Note (sans signataire) : CNC-ACSM. Évaluation comparative.
Note (sans signataire) : CNC-ACSM. Considérations financières diverses. Dettes et emprunts, aide des pouvoirs publics.

14 octobre 1965
De Banque Worms & Cie : Note de service. Mise en place de codes. Emploi d'un ordinateur IBM.

17 octobre 1965
Coupure de presse (origine non précisée) : "Château-Yquem". « Entré hier matin le français "Château-Yquem", avec des divers et chargeant à Fécamp 260 tonnes de sucre à destination de l’Algérie. »

20 octobre 1965
De la Banque Worms, à Gaz-Transport : Ouverture de compte.

25 octobre 1965
De Gaz-Transport : Décision extraordinaire. « Les associés nomment M. Auguste Gilles, domicilié 47, rue des Vignes, Paris 16°, gérant unique de la société à responsabilité limitée "Gaz-Transport" pour une durée de dix années à compter de ce jour. Les pouvoirs qui lui sont attribués sont définis par l'article 14 des statuts de la société. »
De la direction de la flotte de commerce : Commande de deux sous-marins type "Daphné" aux Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime.

26 octobre 1965
De Gaz-Transport : Statuts. Société à responsabilité limitée au capital de 1.800.000 F - siège social : 45, boulevard Haussmann - Paris IXe. Formée par les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, la Société des forges et chantiers de la Méditerranée et Worms & Cie. « La Société Anonyme des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime et la société des Forges et Chantiers de la Méditerranée apportent à la société le bénéfice des études et expérimentations effectuées par elles à frais communs, au cours des deux dernières années, concernant les dispositifs de cuves intégrées pour navires transporteurs de gaz liquéfiés ainsi que toutes autres applications éventuelles desdites cuves ; les sociétés ACSM et FCM se trouvant être ainsi propriétaires indivis desdites études et expérimentations… »

4-5 novembre 1965
Des Petites Affiches : Annonce de la création de Gaz-Transport.

9-26 novembre 1965
De Joseph Renucci, notaire : Affectation hypothécaire par la société des Chantiers et Ateliers de Provence au profit de la Société marseillaise de crédit, la Société générale, Banque Odier Bungener Courvoisier & Cie, le Crédit lyonnais, la Banque Worms & Cie (succursale de Marseille), la Banque française du commerce extérieur, la Banque nationale pour le commerce et l’industrie, la Banque de Paris et des Pays-Bas, la Société lyonnaise de dépôt et de crédit industriel, la Banque Martin-Maurel, la Banque franco-chinoise, la Société de développement de la région méditerranéenne. [Voir 26 novembre 1965.]

15 novembre 1965
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Note et tableaux. Résultats financiers prévisionnels des exercices 1965 et 1966.

29 novembre 1965
De l'AGEFI : Coupure de presse sur Penarroya. Augmentation du capital de l'entreprise minière Le Nickel. Penarroya devient actionnaire principal de Le Nickel.
De la chambre syndicale des constructeurs de navires et de machines marines : actualité de la construction navale.

Décembre 1965
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Relevé général des heures travaillées.

1er décembre 1965
A l'inspection centrale des impôts : Enquête sur les prévisions pour risques afférents aux opérations de crédit à moyen et à long terme et pour créances douteuses [depuis 1957].

2 décembre 1965
De la Compagnie minière des Montmins : Assemblée générale. Rapport du Conseil d'administration.

8 décembre 1965
De Worms Compagnie maritime et charbonnière, à ses succursales maritimes : « Afin de satisfaire aux prescriptions réglementaires, nous avons été amenés à compléter l'inscription de notre société au registre du commerce de la Seine par l'adjonction des mentions suivantes : commissionnaire de transports, agence de voyages sous le nom d'Atlas et d'Atlas Voyages, transports routiers, service de transport public de marchandises. »

9 décembre 1965
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : Conseil d’administration. Vente des 20% dans "Château-Yquem" à la Société marseillaise de manutention et de transport - SMMT. Vente du "Pomerol", le 8 mars 1965, à la Société anonyme de pêches et de ravitaillement - Sapmer. Vente du "Léoville" à la Marine nationale. Achat du droit au bail de la Société commerciale de transport - SCTR. Rappel : l’Union immobilière pour la France l'étranger - Unife, filiale de la société, détient 50% dans la Société alsacienne Vairon, SA dont les autres 50% sont détenus par MM. Vairon & Cie ; souscription à l'augmentation de capital de la Société alsacienne Vairon au terme de laquelle Worms CMC deviendra majoritaire ; la Société alsacienne prendra le nom d’Eurotransit. Projet de constitution avec la Société des travaux et industries maritimes - Stim, d'une SARL dénommée Société de manutention du Nord - Somanor afin d'exécuter par une filiale commune les opérations de manutention des deux sociétés dans le port de Dunkerque. Projet de constitution à 50%, avec Fatton & Fils, d'une société anonyme à Lyon. Caution à la Société d'exploitation, de gestion et de transports internationaux - Segeti, SARL détenue à 50% avec la société Assochar (opérations de transit à Papeete, Tahiti). Projet de rachat de la société Mahé à Niort. Liquidation de la Société commerciale de transports en Algérie - SCTRAL dont Worms CMC détient 50%. Rachat à Worms et Cie de deux immeubles situés à Hydra (Algérie) : la villa Le Paradou et un appartement sis rue Telemly, à Alger. Projet d'acquisition du droit au bail, de la clientèle et du matériel d'un établissement secondaire situé à Dunkerque appartenant à Raphaël Moclyn (affrètements routiers). Création d'une succursale à Rennes sous le contrôle de la direction générale des Services combustibles.

24 décembre 1965
Du commissariat général au tourisme, à Worms CMC : « Comme suite à votre lettre du 7 décembre 1965 par laquelle vous sollicitez l'adjonction de l'enseigne "Atlas" pour votre service tourisme, j'ai l'honneur de vous faire connaître qu'il ne m'est pas possible de donner une suite favorable à votre demande, cette dénomination étant déjà attribuée à un bureau de voyages. »

29 décembre 1965
De Banque Worms & Cie : Note de service. Consignes sur les écritures concernant les comptes de tiers.

31 décembre 1965
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : [Extrait du rapport à l’assemblée générale du 12 juillet 1966.] Exercice 1965. Spécialisation dans le marché international des transports de marchandises en vrac et vers les minéraliers gros porteurs, correspondant au développement de la prise de quirats dans des minéraliers (dont un géré par la NCHP), à l'entrée en flotte du "Jumièges", "vraquier pur", minéralier de 5.500 tonnes et à un armement minéralier charbonnier et 2 cargos de diverses. Flotte réduite à 6 navires : par suite de l'abandon presque total du trafic par ligne régulière avec l'Afrique du Nord, deux navires ont encore été vendus ("Pomerol" et "Léoville"). Maintien des lignes "traditionnelles" (Allemagne, Grande-Bretagne et Irlande) par navires affrétés ou entente avec Argo-Reederei et Gibson) ; la flotte "historique" de coasting est liquidée, même si certaines lignes sont maintenues. Le fait nouveau est la consignation par la succursale du Havre des car-ferries Thoresen, dont Worms CMC est l'agent général en France, avec une activité transport de voyageurs, de véhicules de tourisme et de marchandises sur camions et remorques (roro = roll-on / roll-off). Cette agence profite aussi à l'agence maritime cherbourgeoise, à valeur d'escale. Augmentation de la productivité des navires, soit du tonnage transporté par navire (flotte en propriété et quirats). Pour la première fois est mentionné le tonnage total "géré et exploité" par la société, soit 61.112 tonnes de port en lourd. Notion élargie englobant le tonnage des navires appartenant à des armements tiers mais "gérés" par la société. La baisse du tonnage manutentionné par les filiales maritimes est positivement interprétée comme l"élimination délibérée des affaires non rentables", tant il est vrai que le type de manutention est un critère important dans le calcul de la rémunération (les pondéreux par exemple étant moins intéressants que les diverses). Malgré la baisse du chiffre d'affaires de l'ensemble de la société, les "résultats" sont considérés comme "en nette progression par rapport à ceux de l'exercice précédent". Faut-il distinguer "recettes d'exploitation", chiffre d'affaires et résultats ? Vrai aussi que les recettes de la société (non comprises les filiales) ont augmenté.
De Worms Compagnie maritime et charbonnière - Services combustibles : Tableaux intitulés "Statistiques d'exploitation (1962 à 1965)". Activité d’ensemble Worms – France et exportation : tonnages et chiffres d’affaires concernant les charbons, les combustibles liquides, les combustibles gazeux, les manutentions-transit-consignations, les appareils et installations de chauffage. Activités des succursales Worms d’après les mêmes critères pour Paris, Bayonne, Bordeaux, Le Havre, Caen, Marseille, Nantes, Tours, Rouen, Elbeuf/Louviers, Le Mans, Nancy. Activités des principales filiales d’après les mêmes critères pour la Compagnie charbonnière de Provence, les Établissements Trautmann, la Société d’exploitation rationnelle des agglomérés et du charbon, la Compagnie havraise de manutentions rationnelles, la Société des combustibles Gilly, la société Laville & Cie.
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Tableau d'amortissements des emprunts (1966-1983).
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Bilan.
De la Banque Worms & Cie, à la commission de contrôle des banques : Bilan. Comptes de profits et pertes.
De la Banque Worms & Cie : Frais généraux.
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : Tonnages vendus en 1965.

Retour aux archives de 1965