1946.00.00.Recueil des informations de janvier à décembre

Ce recueil recense chronologiquement les données collectées sur l'année citée en référence, dans :

  • les copies de lettres à la presse1,
  • la correspondance, les notes, rapports, circulaires, accords, traités... (originaux ou duplicatas) émanant de la direction générale de la Maison, des départements maritimes et combustibles, des Ateliers et Chantiers de Seine-Maritime (Le Trait), ainsi que des succursales françaises et étrangères. Les dossiers d'où proviennent ces pièces ont été classés "tels quels" par les services qui les ont produits. Répertoriés par objet et non par date, ils couvrent – ensemble – une période allant de la fin du 19ème siècle au début des années 1960. Une notice située à la fin du présent article, reproduit le descriptif qui est fait des archives les plus significatives sur les bordereaux d'inventaire,
  • les synthèses réalisées par la Maison et notamment :
    • "Historique de la succursale de Newcastle (1848-1948)", classé en 1948
    • "Historique de la succursale de Port-Saïd, relations avec l'Égypte (1869-1948)", daté du 16 juin 1948.

A ces informations s'ajoutent celles recueillies :

  • auprès des services administratifs : état civil, tribunal de commerce...
  • dans les annuaires et les minutes notariales...
  • dans la presse, les revues professionnelles et les ouvrages d'histoire...

Du fait de la nationalisation de la Banque Worms en 1982, les témoignages relatifs au département bancaire proviennent essentiellement du secrétariat général et de la direction de Worms & Cie, d'une part, et d'autre part, d'extraits de publications externes ou d'études conduites par la Maison Worms. Ainsi :

Les documents d'où sont extraits les renseignements rassemblés dans ce recueil sont consultables à partir de ce fichier en cliquant sur leur intitulé (en bleu + soulignement).

1 : Ce corpus n'a pas fait l'objet d'un dépouillement exhaustif comme cela a été le cas pour les chronos de correspondance datant du 19ème siècle.

 

Inventaire chronologique des archives numérisées
et des renseignements ou extraits collectés dans les copies de lettres et les dossiers

[Documents pluriannuels]
1923-1947
Tableau [non daté, classé en 1947] : Tonnages annuels du cabotage national et international (entre la France et les Pays Baltes, Pologne, Allemagne, Belgique, Angleterre, Espagne, Danemark, Finlande, Irlande, Norvège, Suède, côtes occidentales d'Afrique).
[Informations sans dates précises]
De Worms & Cie : [Extrait du livre "Un Centenaire" daté du 21 octobre 1949.] Une agence des Services bancaires est ouverte par Robert Dubost à Casablanca (Maroc). « La création de services de consignation aérienne, depuis 1946, à Paris, Alger et Tunis, a élargi également le cadre des activités de la direction générale des Services maritimes. »
De Worms & Cie : Note [non datée, classée en 1946 en raison de la citation empruntée à la conclusion du rapport de Gaston Barnard, datant du 31 décembre 1945, indication la plus récente donnée dans le texte.] « Fondée en 1848, la Maison Worms a conservé le caractère d'une entreprise de famille dont le capital, dans sa quasi-intégralité, demeure la propriété des descendants de ses fondateurs ; ses deux associés gérants actuels, Hypolite Worms et Robert Labbé, sont les petits-fils des deux chefs qui ont successivement dirigé la Maison entre 1848 et 1916. La Maison Worms n'a d'attache directe ou indirecte avec aucun groupe financier ou industriel français ou étranger. L'activité industrielle et commerciale de la Maison Worms pendant I'occupation allemande a été extrêmement réduite. » [La suite du texte reprend les informations données en conclusion du rapport de Gaston Bernard.]
De M. Robert, commissaire du gouvernement pour le règlement de l'information Worms : Rapport [non daté, classée en 1946 en raison de la référence au rapport de Gaston Barnard, datant du 31 décembre 1945, indication la plus récente donnée dans le texte.] Critique des conclusions de l'expert.
Note [non datée, sans émetteur, ni destinataire, classée en 1946 en raison de la référence au dossier d'instruction de MM. Hypolite Worms et Gabriel Le Roy Ladurie, dont la clôture a été prononcée à cette date] : Extraits foliotés du rapport d'instruction [dont il n'existe pas d'exemplaire aux archives]. « On peut supposer et certains faits viennent à l'appui de cette supposition, que la Banque Worms servait de canal en France pour financer l'activité de la 5ème colonne. Ceci expliquerait la prédilection que certains milieux allemands ont pour cette maison plus ou moins juive, ainsi que leurs désirs de mettre en avant les hommes dépendant soit directement, soit indirectement de cette Banque. »
De Worms CMC : [Extrait d'une fiche sur la Compagnie charbonnière de Provence, classée en 1957.] Attribution gratuite de 1.452 actions par incorporation partielle de la réserve spéciale de réévaluation.
De Worms CMC : [Extrait d'une fiche sur les Établissements Trautmann, classée au 31 décembre 1961.] Souscription à l'augmentation de capital à hauteur de 808 actions pour un prix de revient de 808.000 F équivalant à 501.707 F d'amortissements (art. 40). Le total de 1.818.000 F (correspondant aux 1.818 actions) est diminué de 501.707 F (remploi siège social).
De Robert Labbé : [Extrait d'un entretien accordé le 2 août 1948.] La Banque Worms, aux côtés de l'Union européenne, l'Union des mines, du CIC, du Crédit lyonnais, de la Société générale et de l'Union parisienne, est présente dans l'Ufefe, qui exerce un grand rôle dans le financement des importations et exportations françaises, et « devrait être le pivot du plan Marshall en France pour la partie privée du plan ». Robert Labbé en est vice-président.
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 3. De 1925 à 1940 (suite)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en décembre 1949.] Entrée de Guy Taittinger, né le 17 août 1918 à Saintes, (groupe Worms) au conseil d'administration de La Préservatrice... Établissements Japy Frères : « En 1946, René Rouille, directeur général de la Société minière et électrique des Landes dans laquelle Worms et Cie avait pris un important intérêt, fut nommé administrateur des Établissements Japy Frères. »
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 3. De 1925 à 1940 (suite)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en décembre 1949.] Compagnie nantaise des chargeurs de l'Ouest. « Le capital fut, après la libération - 1946 - porté à 29.956.500 francs par prélèvement sur les réserves et par élévation du nominal des actions de 100 à 500 F, et constitué, de ce fait, par 59.913 actions de 500 F dont 50.000 amorties de 100 francs. » Composition du conseil d'administration.
De Francis Ley, Banque Worms : [Extrait d'un historique sur la Banque Worms (1928-1978) daté du 10 avril 1978.] Compagnie nantaise des chargeurs de l'Ouest. A l'occasion d'une nouvelle augmentation de capital, en 1946, M. Worms demanda à Anatole Bucquet, directeur général de la Nouvelle Compagnie havraise péninsulaire de navigation, de le rejoindre au conseil de la CNCO.
[Extrait d'une note datée du 20 avril 1955] : Société des transports maritimes pétroliers. Capital porté de F 14.000.000 à F 28.000.000 en 1946.

Janvier 1946
De Worms & Cie : Circulaire. Jean Pelletier, précédemment sous-directeur de la succursale de Marseille, y est désigné comme directeur de la branche maritime. Le poste de sous-directeur de cette branche est confié à Jacques Goudchaux. Jacques Révoil continuera à assumer la direction de l'ensemble des deux activités, maritime et combustible.
De Worms & Cie : Circulaire. André d'Avezac de Moran, précédemment fondé de pouvoirs de la succursale d'Alger, est désigné comme directeur de cette même succursale, en remplacement de Robert Dhorne, qui s'est vu confier la direction de la succursale de Dunkerque.

1er janvier 1946
Les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime sont constitués en société anonyme.

[Après le 1er janvier 1946]
De Worms & Cie : [Document non daté, classé ici en raison de la référence faite à la création des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime en société anonyme le 1er janvier 1946, indication la plus récente donnée dans le texte.] Historique. Direction générale des Services charbons et combustibles liquides : Louis Vignet ; direction générale des Services maritimes : Lucien Émo ; direction générale des Services bancaires : Raymond Meynial. Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime constitués sous la forme de société anonyme indépendante à partir du 1er janvier 1946. Présentation de la Maison d'après des informations datées de 1939.
De Worms & Cie : "Note confidentielle au sujet des diverses activités de la Maison Worms". [Document non daté, classé en 1946 en raison de la référence donnée dans le texte aux 17 années qui viennent de s'écouler depuis la création des Services bancaires, d'une part, et d'autre part, à la constitution "récente" des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime en société anonyme.] Les points abordés par l'auteur concernent les motifs qui ont incité la Maison Worms, en 1928, à joindre une banque à ses activités commerciales et maritimes, et les arguments pour ne pas constituer, 17 ans plus tard, les Services bancaires en une société anonyme et indépendante. [Les renseignements donnés sur l'origine des Services bancaires ont été reportés dans le recueil d'informations de 1928.] Le développement important des Services bancaires est en partie dû à la parfaite connaissance des milieux de l'industrie et du commerce ainsi qu'à la réputation acquise par la Maison dans ces deux domaines au cours de ces 100 ans d'existence. « Grâce aux services de ses départements maritime et charbonnier et de leurs annexes, grâce à son rayonnement à l'étranger dû à ces mêmes activités, la Banque Worms... est la seule à pouvoir, par l'intermédiaire d'un organisme unique, prendre une marchandise sur un point quelconque du globe, la charger, la transporter, l'assurer, la décharger et la livrer à son client importateur, après avoir financé toute l'opération d'un bout à l'autre, et ce à l'importation comme à l'exportation. Depuis 100 ans qu'elle existe, la Maison Worms possède comme "négociants armateurs" un actif matériel très considérablement supérieur à son capital... cet actif commercial est la garantie solidaire des opérations de banque... Le crédit à l'étranger de Worms banquier est pour ainsi dire illimité parce qu'on y sait partout que Worms Charbons et Worms Armateur sont derrière Worms Banquier... La Maison Worms est une commandite simple, ses gérants sont responsables sur tous leurs biens, sans limite, comme la loi l'exige. C'est une force considérable pour son crédit, mais cela représente une garantie exceptionnelle pour ceux qui traitent avec ses services bancaires, puisqu'aux actifs de toutes les branches commerciales et industrielles de Worms s'ajoute la garantie des fortunes personnelles de ses gérants. »
De Worms & Cie : "Note confidentielle au sujet des diverses activités de la Maison Worms". [Version plus développée du document précédent, également non datée et classée en 1946 pour les mêmes raisons. La différence notable par rapport à la note précédente est que s'y trouve envisagée la constitution de chaque département de la Maison en société et non celle des seuls Services bancaires.] Référence à la transformation des deux départements d'origine en une société en commandite simple [datée par erreur en 1882]. Complémentarité entre le commerce de charbons d'importation et les transports maritimes : la Maison se définit comme "négociant armateur". Dans le domaine des Services bancaires, référence est faite à l'activité de banquier exercée par Hypolite Worms, le fondateur, avant son orientation dans le commerce de charbons. La suite du texte est identique à la version précédente.

2 janvier 1946
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Extrait des délibérations du conseil d'administration. « Le conseil, après en avoir délibéré, décide de procéder à l'augmentation des 10.000 actions de 1.000 F chacune formant le capital de notre société. Ces titres porteront les numéros 1 à 10.000. »

2 janvier 1946-17 décembre 1946
Entre Worms & Cie (M. Malingre principalement), les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime (MM. Labbé et Nitot), le Crédit national : Échange de notes et de correspondance au sujet des questions annexes à la constitution des Chantiers en société anonyme : personnel, Groupement de la construction... Brouillons et études préparatoires [aux principaux documents qui ont été extraits de ce dossier et classés selon leurs dates respectives].

7 janvier 1946
D'Hypolite Worms [destinataire non indiqué] : Note sur l'action de la Maison Worms dans la résistance au Service du travail obligatoire en Allemagne. « Sur un ensemble de plus de 800 employés, tant parisiens que provinciaux, un seul partit en Allemagne au titre des Services maritimes et deux seulement au titre des Services bancaires... La Maison Worms... put, dans ses tourbières, dans ses exploitations forestières et minières, non seulement incorporer dans ses contrôles normaux un nombre important de travailleurs, soit par mutations de personnel en provenance de secteurs menacés, soit par engagements directs, mais encore cacher, hors de tout contrôle, un nombre presque aussi important - plusieurs centaines - de réfractaires, lesquels d'ailleurs ne faisaient souvent même pas partie de son personnel, et qu'elle prit néanmoins en charge pour éviter leur déportation en Allemagne. »

15 janvier 1946
Des Petites Affiches de Normandie : Avis de constitution de la Société anonyme des ateliers et chantiers de la Seine-Maritime.

25 janvier 1945
De Raymond Meynial, à Me Doublet, Paris : « M. H. Worms attacherait un grand prix à ce que M. Thirion autorisât l'expert Bernard à nous remettre le recueil relié des extraits de presse contre Worms qui lui avait été communiqué en son temps. Vous serait-il possible de faire le nécessaire dans ce sens ? Je vous en remercie... »
A la direction générale des Services charbons : Nomination de différents responsables de services en qualité de fondés de pouvoirs de la direction générale des Services maritimes.

26 janvier 1946
De Robert Malingre, à M. Houlle, Paris : Société anonyme des ateliers & chantiers de la Seine-Maritime - Inscription au registre du Commerce. « Les chantiers du Trait sont en activité et emploient un effectif de 986 personnes. »

31 janvier 1946
De Raymond Meynial, à Georges F. Doriot, Washington DC : « Nous avons été avisés, par nos correspondants, que les mesures spéciales qui avaient été prises contre la Maison par le Treasury, étaient levées. »

Février 1946
De W. G : Article intitulé "Puissances occultes à l'oeuvre contre la France", traduit de la Weltwoche par Renée Gouzy et paru dans le n°1 de "France - Amérique - Grande-Bretagne", publication éditée par Z. Kaganski (Casablanca). Complot fomenté par la synarchie contre les forces de la démocratie française. Attaques contre la Maison Worms.

13 février 1946
De Worms & Cie : "Note [non signée] sur les activités de la société Worms & Cie". [Il existe une version de ce document datée du 23 février 1946 et destinée à Pierre Meynial.] Présentation de la Maison et de ses 4 départements. Au sujet de la flotte : « Malgré la perte de 14 unités pendant la guerre, sa valeur actuelle dépasse 200 millions (valeur d'assurance pour 1946 : 234 millions). » Au sujet des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime. « Assez durement atteints par les bombardements qu'ils ont subis pendant la guerre, ils n'en ont pas moins, dès les premiers mois de la Libération, repris leur activité et tendent petit à petit à retrouver leurs effectifs d'avant-guerre qui s'élevaient à environ 1.200 ouvriers. »
De Ralph G. Boyd, Nutter, McClenne & Fish, Boston : « I wish now formally to acknowledge receipt of your letter of November 30, 1945, concerning action of the United States Treasury in placing the name of your firm on a confidential list. We have already started to look into this situation and will communicate with you in considerable detail with relation thereto in the very near future. »

23 février 1946
De Worms & Cie : Photocopie d'une note sur les activités de Worms & Cie. [Présentation succincte de la Maison et de ses 4 départements, qui n'apporte aucune information nouvelle par rapport aux documents antérieurs traitant de ce sujet.]

1er mars 1946
Des Services maritimes : Agence des Messageries maritimes à Port-Saïd, Suez et dans les ports du Canal.

11 mars 1946
Du registre du commerce de la Seine : Déclaration d'immatriculation des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime.

11-13 mars 1946
De Ralph G. Boyd, Nutter McClennen & Fish, Boston : Selon la décision du directeur du Contrôle des fonds étrangers au département du Trésor des États-Unis, « toutes les restrictions spéciales sur votre société ont été levées. Cette décision du Trésor restaure la situation de Worms & Cie comme celle de tout autre compagnie française contrôlée par des nationaux français et la met dans la situation d'être graduellement débarrassée des restrictions applicables aux compagnies françaises en général. »

13 mars 1946
De M. Blein - Messageries maritimes, Paris : Liste des armements représentés par les Messageries à Port-Saïd et à Suez.

26 mars 1946
De Robert Malingre, aux Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, Paris : « Nous vous informons que le numéro d'immatriculation de la Société anonyme des ateliers et chantiers de la Seine-Maritime au registre du commerce de Paris est 304.694 B. »

28 mars 1946
D'A. Vernier, de la revue mensuelle "Europe Amérique" : Article intitulé "Le complot de la synarchie française".

6 avril 1946
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Les débuts de M. Hypolite Worms (2ème du nom)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en mai 1948.] Décès de Marcel Alain Clément Razsovich, gendre de Lucien Worms, par son mariage avec Marie Virginie Lucienne Alexandrine Worms ; ses obsèques ont lieu en l'église de Pierrefitte-en-Auge (Calvados).

8 avril 1946
D'Emmanuel Monick, gouverneur de la Banque de France : Courrier et note originales. Attestation en faveur d'Hypolite Worms et notamment des sentiments pro-anglais de celui-ci. [Les informations ont été réparties dans les recueils annuels concernés.]

15 avril 1946
Aux Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, Paris : Séparation des comptes au 1er janvier 1946 entre Worms & Cie - Le Trait (WLT) et la Société anonyme des ACSM - comptabilité de la nouvelle société.
Note [sans émetteur ni destinataire] intitulée "Réévaluation de nos bilans - ACSM - Cession des chantiers du Trait par Worms & Cie". Étude de différents points et projets concernant les immobilisations et amortissements ainsi que la plus-value dégagée.

25 avril 1946
De Bernard Verdier, Société des machines agricoles Puzenat : Note intitulée "Activité des Établissements Puzenat". Résumé d'une note portant le même titre et datée du 29 novembre 1944. [Les informations ont été réparties dans les recueils annuels concernés.]

30 avril 1946
Entre Worms & Cie et les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Association en participation.

6 mai 1946
De la direction centrale de l'intendance maritime, Paris : Courrier. « ... J'ai l'honneur de vous informer que j'ai décidé, à la lecture du rapport et à la vue des deux photographies de votre cargo "Cérons" prises en 1941 de le considérer comme perdu sous réquisition française pour compter du 13 juin 1940... »

13 mai 1946
De Worms & Cie : Note intitulée "Incidents soulevés au moment du règlement de l'affaire Worms". Le Molybdène. « Il faudrait que l'on puisse être assuré qu'un nouvel incident ne sera pas soulevé après celui du Molybdène. II y a lieu d'ajouter que la position de la Maison Worms à l'égard de la société Le Molybdène est telle que si le Parquet désirait poursuivre les gérants de la société, ceci doit absolument faire l'objet d'une information distincte ; dans cette hypothèse le cas de la société doit être disjoint du cas des inculpés qui doit être réglé sans délai. »

15 mai 1946
De Worms & Cie Bayonne : Règlement intérieur.

23 mai 1946
De [Robert Labbé - signature illisible], à Robert Malingre, Paris : « Le service des transferts vient de procéder à la création des certificats nominatifs représentant les 10.000 actions de 1.000 francs du capital d'origine de 10 millions de francs de la nouvelle société "Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime". En voici le détail :... »
De Paul Dolisie, Le Molybdène, Casablanca : Déclaration. [Informations déjà traités dans d'autres documents.]

Juin 1946
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 3. De 1925 à 1940 (suite)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en novembre 1949.] En juin 1946, M. Baudenon, fondé de pouvoirs de Worms & Cie, est remplacé dans ses fonctions de président directeur général du Portefeuille industriel par Joseph Ducoulombier, fondé de pouvoirs de Worms et Cie. Entre également au conseil Michel Lefébure, autre fondé de pouvoirs de Worms et Cie.
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 3. De 1925 à 1940 (suite)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en décembre 1949.] Société privée de réescompte. « En juin 1946, le capital fut porté de 20 à 25 millions par une nouvelle émission de 10.000 actions de 500 F qui furent souscrites par entre autres par Worms et Cie (3.750 actions). »

13 juin 1946
Note [sans émetteur ni destinataire] : Le Molybdène. « Avant son départ pour l'Égypte, M. Thirion a terminé cette enquête qui est entièrement favorable à la Maison ; malheureusement, il est parti sans avoir eu le temps de "communiquer" [le dossier] à nouveau au parquet. D'après ce qui nous a été dit, M. Zousmann va être chargé de reprendre le cabinet de Monsieur Thirion. Il serait indispensable que le parquet désignât sans délai le juge chargé de "communiquer" officiellement le dossier au parquet aux fins de classement. »

20 juin 1946
Libération de Jacques Barnaud incarcéré depuis le 12 octobre 1944.

26 juin 1946
De la Commission nationale interprofessionnelle d'épuration, à Henri Nitot, Paris : « Je dois vous informer que la Commission nationale interprofessionnelle d'épuration a ouvert un dossier à votre nom. »

11 juillet 1946
De Worms & Cie : Note. Extraits du rapport d'expertise de Gaston Bernard. [Informations déjà traités dans d'autres documents.]

8 août 1946
De l'administrateur général Laffon, adjoint pour le gouvernement militaire de la zone française, direction générale de l'Économie et des Finances, direction des Finances, Baden-Baden (Allemagne) : « J'ai l'honneur de vous informer que j'ai reçu la visite de M. Wilhelm von Ziegesar Beines, directeur de Banque. Cet individu prétendant avoir été commissaire administratif entre 1940 et 1944 auprès de votre société, je vous serais reconnaissant de bien vouloir me faire part de votre opinion à son sujet. »

12 août 1946
Note [sans émetteur ni destinataire] : "Historique la Société anonyme des ateliers et chantiers de la Seine-Maritime". [Les informations ont été réparties selon leurs dates respectives dans le recueil annuel : 1945.] « En ce qui concerne les profits illicites la question ne se pose évidemment pas pour la Société anonyme des ateliers et chantiers de la Seine-Maritime qui n'est en fonctionnement que depuis le 1er janvier dernier. En ce qui concerne la société Worms & Cie, son dossier est en cours d'examen au 1er Comité de confiscation des profits illicites, 26, avenue de l'Opéra, Paris (répertoire général n°3698 - dossier de citation n°537) ; toutefois, le vérificateur qui avait été désigné, M. Godefroy, a terminé nos opérations et a déclaré à MM. Worms & Cie qu'il considèrerait qu'ils n'avaient pas de profits illicites et que son rapport conclurait dans ce sens. »
De Worms & Cie - Services de constructions navales : Exercice du 1er janvier au 31 décembre 1945. Résumé du compte de pertes et profits. Bilan. [Documents joints à l'historique ci-dessus.]

[Après le 12 août 1946]
Note [sans émetteur ni destinataire] : Au sujet d'H. Worms et de G. Le Roy Ladurie, tous deux objet d'une instruction ouverte par la Cour de justice de la Seine pour "accréditifs pour opérations faites au bénéfice des occupants".

14 août 1946
De [Robert Labbé], à Hypolite Worms, Hôtel Royal, Évian-les-Bains : Note [sans émetteur, issue d'un dossier contenant la correspondance échangée par H. Worms, R. Labbé et R. Meynial.] Affaires courantes. « Affaire de Castro : Acfield est en route entre Port-Saïd et l'Angleterre. Notre lettre d'instructions au sujet de l'agence de Suez l'a donc croisé. J'ai écrit à Dijkstal, qui fait l'intérim, de prendre toutes dispositions utiles, après avoir câblé à Acfield pour contacter de Castro et réussir l'opération dans les meilleures conditions sur le plan italien... Anduze Faris doit embarquer samedi sur le "Château-Latour"... Il m'a laissé entendre qu'on pourrait peut-être assister très rapidement à du nouveau en matière de déréquisition. Ma négociation pour Le Trait progresse favorablement, le ministère étant d'accord pour nous donner une commande supplémentaire de 25.000 tonneaux (deux pétroliers, un cargo). »

23 août 1946
Note [sans émetteur ni destinataire] : « Le but principal de ma visite [auprès de M. Carour] était de discuter notre question du Trait. Il m'a été confirmé de la manière la plus expresse que nous étions entièrement assurés d'avoir une commande complémentaire de 25.000 tonneaux. J'ai demandé qu'on nous le confirme le plus rapidement possible officiellement, étant donné que les événements peuvent marcher plus vite que les hommes. Ceci est d'autant plus important qu'il y aura, dans quinze jours, une réunion extraordinaire du conseil de la Chambre syndicale pour examiner la situation créée par l'annulation de quatre cargos de 6.000 tonnes pour l'Afrique du Nord dont les constructeurs désignés étaient Loire, Penhoët et Gironde. Il est évident que si l'on apprend, en même temps, qu'une commande complémentaire nous est donnée, cela fera des pataquès, mais cela m'est bien égal. La discussion principale a porté, avec Carouc, sur la question du coefficient d'amortissement. »

27 août 1946
A l'administrateur général Laffon, adjoint pour le gouvernement militaire de la zone française, direction générale de l'Économie et des Finances, direction des Finances, Baden-Baden (Allemagne). Au sujet de Wilhelm Beines von Ziegesar. « Nous pouvons, à titre confidentiel, vous dire qu'il a rempli sa mission avec correction et qu'à notre connaissance il ne nous a pas paru sympathiser avec le parti Nazi. »

Septembre 1946
De Worms & Cie : Circulaire. Additif à la liste des signatures autorisées des Services bancaires en date du 1er janvier 1945. Lucien Guérin figure comme directeur des agences et du département étranger.
De Worms & Cie : Circulaire. Robert Dhorne, précédemment directeur de la succursale d'Alger, est désigné comme directeur de la succursale de Dunkerque. Lucie Etcheverry, qui a assuré l'intérim de sa direction pendant les dures années de guerre, est nommée sous-directeur de cette succursale.

5 septembre 1946
Du Journal de la marine marchande : Encart publicitaire. « Worms & Cie. Lignes régulières de cabotage entre les ports de France, Grande-Bretagne, Belgique, Pays-Bas, Suède, Allemagne, Espagne, Algérie, Tunisie. Agence, transit, manutentions. Succursales à Bayonne, Bordeaux, Boulogne, Brest, Caen, Dieppe, Dunkerque, Le Havre, Lorient, Marseille, Rochefort, Rouen, Toulon, Alger, Sfax, Tunis, Cardiff, Newcastle, Anvers, Gand, Rotterdam, Alexandrie, Port-Saïd, Suez. »

24 septembre 1946
Des Messageries maritimes, Paris : Demande à Worms & Cie si la Maison a repris ses activités de représentation à Varsovie, auquel cas elles renouvelleraient leurs engagements.

30 septembre 1946
De la Société anonyme des ateliers et chantiers de la Seine-Maritime : Bilan et comptes des pertes et profits.

Octobre-décembre 1946
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 3. De 1925 à 1940 (suite)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en décembre 1949.] Établissements Japy Frères. « En octobre 1946, le capital a été élevé de 105 à 131.250.000 F par prélèvement de 26.250.000 F sur la réserve de réévaluation, et réalisé par la création de 175.000 actions nouvelles de 150 F remises gratuitement aux actionnaires à raison d'une action nouvelle pour 4 anciennes, et, en même temps, à 210 millions par l'émission en espèces à 200 F de 525.000 actions nouvelles de 150 F dont Worms et Cie souscrivirent 69.586 titres. En décembre suivant, diverses opérations destinées à sauvegarder les droits des actionnaires empêchés de participer aux opérations précédentes portèrent le capital à 213 millions. »
De Roger Mennevée : [Extrait d'un article intitulé "La banque Worms en 1951 et les appels aux capitaux de son groupe d'affaires", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales, en janvier 1952.] Établissements Japy Frères. « Sur l'émission de 1946 la banque Worms et Cie avait dû absorber plus de 230.000 titres. »

1er octobre 1946
D'Henri Nitot, Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, à Robert Labbé, Paris : Convocation à l'assemblée générale ordinaire de la Société anonyme des ateliers & chantiers de la Seine-Maritime, le 11 octobre 1946. Ordre du jour : Approbation des emprunts destinés à faciliter la reconstitution de nos Chantiers du Trait.

21 octobre 1946
Aux Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, Paris : Étude de la cession à la Société anonyme des ACSM de la propriété des installations du Trait.

23 octobre 1946
De la cour de justice du département de la Seine : Extrait d'un avis d'ordonnance daté du 26 octobre 1946.] Affaire Hypolite Worms et Gabriel Le Roy Ladurie : Décision de classement sous réserve de poursuites devant la Chambre civique, rendue par le commissaire du gouvernement.

24 octobre 1946
De Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera : [Extrait du livre "Les Patrons sous l'Occupation. II", éditions Odile Jacob, 1995, coll. Opus 1997.] Sur la mise en accusation d'Hypolite Worms, Gabriel Le Roy Ladurie et Worms & Cie. « Les magistrats instructeurs ont estimé que, en fin de compte, ils disposaient seulement d'une collection de soupçons : "Nous ne pensons pas que leur assemblage donne à l'accusation la cohérence indispensable", ont-ils résumé en déposant leurs conclusions le 24 octobre 1946. Le dossier fut donc classé. »
De la Cour de justice du département de la Seine : Exposé et conclusion de l'information suivie par le Parquet contre Hypolite Worms et Gabriel Le Roy Ladurie (document déposé aux Archives nationales sous la cote F12 9566).

25 octobre 1946
De la Cour de justice du département de la Seine, à Me Poignard : Avis de décision rendue. « Il est donné connaissance à Me Poignard, avocat à la cour d'Appel, conseil de Worms Hypolite, que le commissaire du gouvernement vient de rendre en date de ce jour une décision de classement sous réserve de poursuites ultérieures devant la Chambre civique. »

26 octobre 1946
De la Cour de justice du département de la Seine, à Me Poignard : Avis d'ordonnance rendue. « Il est immédiatement donné connaissance à Me Poignard, avocat à la cour d'Appel, conseil de Worms, que M. Zousman, juge d'instruction, vient de rendre en date de ce jour, 23 octobre 1946, une ordonnance de [....] »
De Jacques Baraduc, à Hypolite Worms : « Le commissaire du gouvernement de la Cour de justice vient de me notifier qu'il a rendu, en date du 25 octobre, une ordonnance de classement des poursuites engagées contre vous et Gabriel Le Roy Ladurie. »
De Jacques Baraduc, à Gabriel Le Roy Ladurie : « J'ai le plaisir de vous annoncer que le commissaire du gouvernement de la cour de Justice vient de me notifier qu'il a rendu, en date du 25 octobre, une ordonnance de classement sur les poursuites engagées contre vous et M. H. Worms. »
Compte-rendu d'une réunion tenue au Port autonome du Havre avec des entreprises de manutentions charbonnières, la SNCF, l'Atic, les Transports fluviaux (navires charbonniers)... en vue d'examiner l'exploitation du quai du Rhin pour les navires charbonniers. En prévision le délégué de l'Atic annonce l'arrivée de 25 à 30 Liberty-ships.

30 octobre 1946
A Pierre Abbat, Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : « La confiance que nous avons en vous nous a amenés à proposer à notre conseil d'administration, lors de sa dernière réunion, de vous attribuer le titre de directeur général de l'exploitation. »

Novembre 1946
De Roger Mennevée : [Extrait d'un article intitulé "La banque Worms en 1951 et les appels aux capitaux de son groupe d'affaires", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales, en janvier 1952.] Fondation en novembre 1946 de la Société technique d'études industrielles et commerciales, au capital de 40 millions et sous la forme à responsabilité limitée, dans laquelle on trouvait la famille de l'ancien directeur de Worms et Cie : Gabriel Le Roy Ladurie et Jacques Barnaud, ce dernier associé commanditaire pour un million de francs. »

6-14 novembre 1946
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 3. De 1925 à 1940 (suite)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en novembre 1949.] Huilcombus, société française des huiles combustibles. « Après la libération de nouveaux groupes s'intéressèrent à l'affaire au conseil de laquelle les représentants de ces groupes furent appelés en novembre 1946 : Jacques Coulon, Maurice Leblanc, président directeur général des Établissements Lellier-Leblanc (combustibles et agglomérés), et la société anonyme Toufflin à Paris (charbons et combustibles). Ces prises de participations s'étaient concrétisées par la délibération de l'assemblée extraordinaire du 14 novembre qui avait décidé une augmentation de capital de 2 millions par l'émission de 4.000 actions nouvelles de 500 F, émises avec 2.000 F de prime (soit 2.500 F) dont 1.600 étaient réservées aux nouveaux groupes (30 souscripteurs) (Petites Affiches du 26 février 1947). Parmi les anciens actionnaires, la banque Worms et Cie n'avait souscrit que 554 actions. »

8 novembre 1946
Aux Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Étude de la cession à la Société anonyme des ACSM de la propriété des installations du Trait.

13 novembre 1946
Aux Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Amortissements et charges financières.

21-22 novembre 1946
De Worms & Cie : Note résumant les conversations menées au siège social les 20 & 21 novembre 1946 entre MM. Labbé, Malingre, Roy, Nitot et Abbat au sujet de la cession d'actif de MM. Worms & Cie à la société des Ateliers & Chantiers de la Seine-Maritime, « l'objectif étant de faire de la société des Ateliers & Chantiers de la Seine-Maritime une société "majeure" propriétaire de ses installations, afin d'augmenter son crédit, d'éviter de recourir à des cautions pour ses opérations financières, d'avoir une situation plus normale quant à la charge de ses amortissements, etc. La réalisation de l'opération devrait être recherchée avec l'idée de donner une base de départ à la nouvelle société aussi allégée que possible et bien entendu d'éviter au maximum les frais de taxe d'enregistrement, droits de transcription, etc. »

23 novembre 1946
Du Crédit national, aux Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, Paris : « Nous avons l'honneur de vous indiquer ci-après la liste des documents dont la production à nos services s'avère indispensable pour le contrôle des garanties offertes au Crédit national en vue du prêt de 50.000.000 de francs, dont le principe a été admis en faveur de votre Société, ainsi que nous vous en avons avisés par notre lettre n°S.P. 13.600 du 11 octobre dernier. » Liste des documents requis. Modalités pour l'établissement des contrats.

25 novembre 1946
De Worms & Cie, au Crédit national, Paris : Réponse au courrier du 23 novembre courant. « Nous avons l'honneur de vous donner ci-joint la liste des nom, prénoms, qualités et domicile des associés-gérants, gérant statutaire et associés commanditaires actuels de notre société, avec mention de la part de capital dont chacun d'eux est propriétaire. »

28 novembre 1946
De M. Perrot, Comité de confiscation des profits illicites, à Worms & Cie : Décision. « Aucune confiscation de profits n'est mise à la charge de la société Worms & Cie. »
De M. Perrot, Comité de confiscation des profits illicites, à Hypolite Worms : Décision. « M. Hypolite Worms est déchargé de toute solidarité à l'égard de la SCS Worms & Cie... »

2 décembre 1946
A Robert Malingre, Paris : « Nous nous référons au crédit de 50.000.000 à long terme que le Crédit national est disposé à accorder aux Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime sous la garantie de Worms & Cie. »

7 décembre 1946
D'Hypolite Worms, Société anonyme des ateliers et chantiers de la Seine-Maritime, Le Trait : Discours de lancement du sous-marin "L'Africaine", pour le compte de la Marine nationale. Remerciements. Situation des Chantiers durant la guerre, l'occupation et depuis la libération. « Déjà de nouveaux bâtiments ont été construits. La plupart des autres ont été réparés ou reconstitués. Deux grues de cale redonnent partiellement à notre Chantier, que l'ennemi avait émasculé, sa physionomie habituelle. Sur un terrain en grande partie remblayé, nous allons jeter les fondations de nos nouveaux ateliers de tôlerie et d'assemblage. Notre Chantier sera complété par un quai d'armement et doté d'engins de levage et de manutention qui nous permettront d'appliquer avec fruit les méthodes de préfabrication en vue d'augmenter le rendement, accroître la production et réduire la durée de construction des navires... »

14 décembre 1946
De Pierre Henri Teitgen, Paris : Nomination d'Alexis Zousmann en tant que substitut du procureur de la République près le tribunal de première instance de Marseille et délégué au tribunal de première instance de la Seine jusqu'au 15 février 1947.

23 décembre 1946
D'Hypolite Worms, au Comité central des armateurs de France, Paris : « Mon attention a été attirée sur les débats d'un procès qui vient d'être plaidé à Marseille, à la suite d'une plainte en diffamation déposée par le Syndicat marseillais de la Marine marchande contre le journal "Rouge Midi"... Il me semble, par la lecture des journaux, avoir été à peu près le seul à être pris à partie par les défenseurs du journal marseillais, ce qui est, vous l'avouerez, assez curieux, puisque depuis plus de deux ans et demi, je ne prends, pour des raisons indépendantes de ma volonté, aucune part à votre activité professionnelle... Je voudrais, d'autre part, savoir dans quelles conditions votre secrétaire général adjoint a été amené à prononcer mon nom au cours de sa déposition du 21 novembre. Les notes d'audience qui m'ont été communiquées portent en effet : "Monsieur Worms Hypolite était à Londres comme délégué des Transports maritimes". Mieux que personne, vous savez, Monsieur le président, que je n'ai jamais été délégué des Transports maritimes à Londres. »


Conteneur

B-A

Informations portées sur les bordereaux d'archivage
(B-A = boîte archives)

W/186

923

Armement - Offres d'achat et vente de navires (1920-1952)

W/186

927

Armement - Divers
[Voir 26 octobre 1946.]

W/189

940

Messageries maritimes - MM (1929-1946) ; Société nantaise de consignation et de gérance - SNCG ; Compagnie nantaise de navigation à vapeur - CNNV
[Voir infra 1er mars 1946.]
[Voir 24 septembre 1946.]

W/209

1039

Armement - Demandes d'embarquement (1929-1949)
Matelots, timoniers, lieutenants, mécaniciens, officiers, élèves officiers, pilotins...

W/210

1045

Société française des transports pétroliers (SFTP) - Divers (1938-1962) - Position de la flotte [Dossiers désordonnés]
Personnel navigant. Demandes d'embarquement, d'emploi à bord des pétroliers. Certains postulants sont des anciens de la Compagnie générale transatlantique.

W/222

1104

Services charbons - Divers (1924-1957).

 

Retour aux archives de 1946