1948.00.00.Recueil des informations de janvier à décembre

Ce recueil recense chronologiquement les données collectées sur l'année citée en référence, dans :

  • les copies de lettres à la presse1,
  • la correspondance, les notes, rapports, circulaires, accords, traités... (originaux ou duplicatas) émanant de la direction générale de la Maison, des départements maritimes et combustibles, des Ateliers et Chantiers de Seine-Maritime (Le Trait), ainsi que des succursales françaises et étrangères. Les dossiers d'où proviennent ces pièces ont été classés "tels quels" par les services qui les ont produits. Répertoriés par objet et non par date, ils couvrent – ensemble – une période allant de la fin du 19ème siècle au début des années 1960. Une notice située à la fin du présent article, reproduit le descriptif qui est fait des archives les plus significatives sur les bordereaux d'inventaire.

A ces informations s'ajoutent celles recueillies :

  • auprès des services administratifs : état civil, tribunal de commerce...
  • dans les annuaires et les minutes notariales...
  • dans la presse, les revues professionnelles et les ouvrages d'histoire...

Du fait de la nationalisation de la Banque Worms en 1982, les témoignages relatifs au département bancaire proviennent essentiellement du secrétariat général et de la direction de Worms & Cie, d'une part, et d'autre part, d'extraits de publications externes ou d'études conduites par la Maison Worms. Ainsi :

Les documents d'où sont extraits les renseignements rassemblés dans ce recueil sont consultables à partir de ce fichier en cliquant sur leur intitulé (en bleu + soulignement).

1 : Ce corpus n'a pas fait l'objet d'un dépouillement exhaustif comme cela a été le cas pour les chronos de correspondance datant du 19ème siècle.

 

Inventaire chronologique des archives numérisées
et des renseignements ou extraits collectés dans les copies de lettres et les dossiers

[Informations sans dates précises]
De Worms & Cie : Note intitulée "Origines de la Maison Worms & Cie (septembre 1842 - décembre 1851)". Synthèse préparatoire à la rédaction de l'ouvrage intitulé "Un Centenaire - 1848-1948 - Worms & Cie".
De Worms & Cie : Note intitulée "Origines de la Maison Worms & Cie - suite - (1852-1856)". Synthèse préparatoire à la rédaction de l'ouvrage intitulé "Un Centenaire - 1848-1948 - Worms & Cie".
De Worms & Cie : Note intitulée "Historique de la Maison Worms & Cie - Depuis les origines jusqu'à la constitution de la Société Hypolite Worms & Cie - (1848-1874)". Synthèse préparatoire à la rédaction de l'ouvrage intitulé "Un Centenaire - 1848-1948 - Worms & Cie".
De Worms & Cie : Note intitulée "Historique Charbons (1857-1874)". Synthèse préparatoire à la rédaction de l'ouvrage intitulé "Un Centenaire - 1848-1948 - Worms & Cie".
De Worms & Cie : Note intitulée "Port-Saïd (Historique 1857-1874)". Synthèse préparatoire à la rédaction de l'ouvrage intitulé "Un Centenaire - 1848-1948 - Worms & Cie".
De Worms & Cie : Note intitulée "Port-Saïd" et retraçant l'histoire des relations avec la Compagnie péninsulaire et orientale, James Burness & Sons, l'armement A. Holt et la maison Wm Stapledon (1861-1875). Synthèse préparatoire à la rédaction de l'ouvrage intitulé "Un Centenaire - 1848-1948 - Worms & Cie".
De Worms & Cie : Note intitulée "Port-Saïd - Navigation du s.s. "Séphora" en mer Rouge" (1873-1876). Synthèse préparatoire à la rédaction de l'ouvrage intitulé "Un Centenaire - 1848-1948 - Worms & Cie".
De Worms & Cie : Note intitulée "Alger" (1851-1892). Synthèse préparatoire à la rédaction de l'ouvrage intitulé "Un Centenaire - 1848-1948 - Worms & Cie".
De Worms & Cie Ltd, Newcastle : Note consacrée à l'histoire de la succursale de Newcastle (1848-1948).
De Jean Galtier-Boissière et Charles Alexandre : Articles intitulés "La synarchie" et "Vichy et les Trusts", parus dans Le Crapouillot, Tome III : Histoire de la Guerre 1939-1945.
De Roland Gada : [Extrait d'un témoignage manuscrit intitulé "Souvenirs" et daté du 14 décembre 1977.] Départ des effectifs français de Berlin. Installation à Hambourg où la Marine marchande a un bureau. Installation de R. Gada à la Joint Export-Import Agency - JEIA (Francfort). Démêlés des succursales du Benelux avec la très prospère Compagnie rhénane, qui regroupe les six compagnies fluviales françaises du Rhin, et manifeste des visées menaçantes sur le domaine maritime, danger pour les succursales d'Anvers et de Rotterdam. Concurrence entre le privé et le public : installation d'une succursale à Strasbourg.
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Suite - Chapitre spécial - Les récentes modifications de Worms et Cie", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en mars 1950.] « Mme Boccon-Gibod, née Geneviève Marie Goudchaux ayant épousé, en premières noces, Christian Henry Boccon-Gibod dont elle devint veuve, se remaria en 1948 avec François Boccon-Gibod, ingénieur, lui-même veuf de sa première femme, née Taillefer. »
De Pierre Assouline : [Extrait de "Une Éminence grise - Jean Jardin - 1904-1976", Éditions Balland, 1986, p.271.] « En 1948, quand Georges Albertini, qui vient de bénéficier d'une remise de peine du président Auriol, se présente à la banque du boulevard Haussmann, le maître des lieux se souvient de lui. Et tient parole : pour commencer il lui confie la réalisation d'un ouvrage commémoratif sur le centenaire de la maison, lui donne de l'argent et le titre de conseiller technique. Il a un bureau, mais auquel on n'accède pas par l'entrée principale. Il n'a de comptes à rendre à personne. En fait il joue un double rôle chez Worms, selon un ancien directeur général de la banque : "La plupart des gens de la maison ignoraient jusqu'à la présence d'Albertini, je dirais même 98% d'entre eux. Il n'avait pas vraiment un rôle dans la banque mais à la maison mère. C'était le temporisateur, d'une part parce qu'il avait de hautes relations, d'autre part parce que dans une société de personnes où les associés-gérants ont tous des pouvoirs égaux, il faut un diplomate et un tacticien pour les rapprocher et apaiser les conflits. Il renseignait les uns et les autres sur leurs arrière-pensées réciproques. A leur demande, il remplissait le rôle délicat de messager. Il avait la confiance de tous, c'était le facteur humain, le grand conciliateur, même si nos différends n'étaient pas toujours des conflits. Cela dit, c'était là son rôle interne à la maison. Pour le reste..." Le reste, c'est justement le plus important. Car si Albertini conseiller politique de M. Worms, reste attaché à la maison jusqu'à sa mort (1983), c'est ailleurs qu'il exerce un rôle considérable et méconnu de conseiller occulte. Tout commence véritablement fin 1948. Il lance discrètement le BEIPI (Bulletin d'études et d'informations politiques et internationales), un organe consacré essentiellement au communisme qui prend le titre de Est et Ouest en 1956. Le but de "l'officine du boulevard Haussmann", comme dit L'Humanité est clair : informer sur les réalités du communisme national et international, trouver et fournir des arguments aux anticommunistes... »
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 4 - Fidei-commissaires et agents", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en décembre 1950.] « Lorsqu'en 1948, La Préservatrice créa une filiale au Maroc sous le titre La Préservatrice marocaine, M. Cousin en fut nommé président.
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : [Extrait d'une fiche sur la société Lajugie & Cie, classée au 31 décembre 1961.] Souscription à la création de la société : 1.500 actions pour un prix de revient de 1.500.000 F et une valeur d'amortissements (art.40 - remploi siège social) de 1.276.613 F. [Voir également un tableau intitulé "Participations au 31 décembre 1961" :] Entrée de Worms & Cie au capital de la SA Lajugie & Cie, située à Périgueux et spécialisée dans le négoce de combustibles.
De Roger Mennevée : [Extrait d'un article intitulé "La banque Worms en 1951 et les appels aux capitaux de son groupe d'affaires", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales, en janvier 1952.] « Dans l'augmentation de capital des Peintures Astral Celluco de 1948, sur les 4.460 souscripteurs on trouvait la banque Worms et Cie souscriptrice de 21.688 actions, Hypolite Worms souscripteur de 1.577 actions, Raymond Meynial et Robert Labbé pour respectivement 235 et 474 actions, et Guy Brocard pour 304 actions, et une autre filiale de Worms et Cie, la Société industrielle et minière du Nord et des Alpes pour 44.712 actions. »
De Hans Pedersen : [Extrait d'une liste de renseignements sur la flotte Worms, classée en 1976.] Intégration à la flotte du cargo "Port-Haliguen" rebaptisé "La-Mailleraye".
"La-Mailleraye" : Iconographie.

Janvier 1948
Des "Hautes Études américaines", "Vie politique américaine", n°9 : Article intitulé "La politique des États-Unis vis-à-vis de Vichy". Critique de l'ouvrage du professeur Langer, "Our Vichy Gamble" ("Le Jeu que nous avons joué à Vichy").
De La Vie française : [Extrait d'un article daté du 27 avril 1956 et consacré à "Antar-Pétroles de l'Atlantique".] « Le raffinage redémarre en janvier 1948 pour Pechelbronn-Ouest. »
De Roger Mennevée : Article intitulé "La Banque Worms - Introduction - Ses Origines historiques", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales. « S'il est incontestable que la Maison Worms et Cie - et pas seulement son "département bancaire" - fut une véritable pépinière de synarchistes, l'examen attentif de la question paraît confirmer que ce fut très probablement à l'insu de M. Hyppolite Worms et de ses associés familiaux... Aussi avons-nous pensé qu'il ne serait peut-être pas sans intérêt de revenir un peu sur l'histoire de ce groupe "oligarchique" tant en ce qui concerne son origine que son activité, aussi bien que sur ses relations internationales et sur son rôle - direct ou indirect - dans la politique française. »
De Worms & Cie : Note intitulée "Worms & Cie - 1ère partie - Des origines à la mort de M. Hypolite Worms (1848-1877)". Synthèse préparatoire à la rédaction de l'ouvrage intitulé "Un Centenaire - 1848-1948 - Worms & Cie". [Voir suite de ce document le 27 avril 1948.]

2 janvier 1948
De Worms & Cie Rotterdam : Même objet que la note de Worms & Cie Anvers ci-dessous. [Les informations ont été réparties dans les recueils annuels concernés.]

3 janvier 1948
De Worms & Cie Anvers : « Lors de son récent passage, notre Sieur Labbé nous avait demandé de préparer une petite note sur la création et l'activité de notre succursale et sur les motifs justifiant la transformation de cette succursale en société anonyme de droit belge. » [Les informations ont été réparties dans les recueils annuels concernés.] « La Nochap semble devoir reprendre son service [sur Anvers], un premier départ ayant eu lieu au mois de novembre et un 2ème étant prévu vers le 25 janvier. A l'heure actuelle, tant à Anvers qu'à Gand, l'activité est assurée par l'agence de navires charbonniers, l'agence de tramps et de pétroliers, tant français qu'étrangers, le transit général et le transit des marchandises embarquées ou débarquées sur les navires réguliers et enfin le contrôle pour certains clients des réexpéditions via Anvers de charbons allemands et de charbons américains. La succursale représente les armements suivants :... Exposé des avantages qu'il y aurait « à ce que le siège d'activité de la Maison Worms en Belgique soit transformé en société anonyme de droit belge. Ceci sera au surplus de nature à faciliter les rapports de ce siège d'activité avec les autorités belges qui auront devant elles une société nationale ».

4 janvier 1948
De Roger Mennevée : [Extrait d'un article intitulé "La banque Worms en 1951 et les appels aux capitaux de son groupe d'affaires", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales, en janvier 1952.] « La Société des machines automatiques Bardet absorbait la Société française d'équipement et de contrôle, dont l'objet social était intégré à celui des MAB et le capital des MAB fut porté à 58.982.000 F, les apports SFEC ayant été rémunérés par 4.500 actions de 500 F des MAB. L'assemblée générale du 4 janvier 1948 des Machines automatiques Bardet qui entérina définitivement cette absorption décida, en outre, que le capital social serait porté de : 58.982.000 F à 147.455.000 F par l'émission de 88.473 actions nouvelles, mais de 1.000 F de nominal, à libérer soit en espèces, soit par compensation. Sur ces 88.473 actions nouvelles émises en avril 1949, 44.301.867 furent libérées par compensation par des membres de la famille Bardet, dont 27.630 par M. Jean Bardet et 570 par M. Gérard Bardet, et 44.173.133 ont été libérées en espèces, particulièrement par Worms et Cie - 10.308 actions, soit 10.308.000 ; la Société continentale d'entreprises industrielles - 32.019 actions, soit 32.019.000 ; la Société centrale pour l'industrie - 2.655 actions, soit 2.655.000 ; la Banque Rothschild Frères - 2.655 actions, soit 2.655.000 ; la Société mobilière et immobilière à Casablanca - 2.625 actions, soit 2.625.000 et la Société anonyme Tarex à Genève - 3.750 actions, soit 3.750.000. En même temps, le conseil d'administration avait appelé à siéger Jean Bardet, fondateur de l'affaire, que son état de santé avait tenu éloigné pendant plusieurs années, et Alexis Baldous, autre représentant du groupe de la Société centrale pour l'industrie et vraisemblablement au titre de la société Tarex. »

17 janvier 1948
D'Émile Biette, journal Paris Normandie : Article intitulé "Cent ans sur la mer. Une Compagnie française fête, cette année, son centenaire. Tous ses cargos, aux noms normands ou bordelais, ont leur histoire et la "Bidass", leur doyen - et celui de toute la flotte française - bourlingue depuis 47 ans..."

28 janvier 1948
D'un journal [dont le nom n'a pas été reporté] : Coupure de presse intitulée "Deux nouvelles lignes France-Scandinavie comportent des escales au Havre et à Rouen". « La Maison Worms a décidé d'assumer : 1° une ligne desservant le Danemark, la côte ouest de Suède et la côte sud de Norvège, entre Kristiansand (inclus) et la frontière suédoise. Cette ligne est exploitée actuellement par deux navires auxquels viendra se joindre un troisième dans la deuxième quinzaine de février de sorte qu'il y aura un départ tous les six jours environ. Les ports touchés sont, en principe, Le Havre, Dunkerque, Copenhague, Malmö, Göteborg et Oslo. Des escales pourront être effectuées à Rouen et à Dieppe et dans d'autres ports danois, norvégiens et suédois... 2° Une ligne desservant la côte est de Suède, entre Yotad (exclu) et la frontière finlandaise. Cette ligne sera exploitée par trois navires permettant d'assurer deux départs par mois, les ports d'escale prévus sont Rouen, Dunkerque, Stockholm et, éventuellement, d'autres ports suédois en cas de tonnages suffisants. »

Février 1948
De Roger Mennevée : Article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - M. Hypolite Worms (1er du nom)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales.

6 février 1948
De Worms & Cie Bayonne : Service manutentions. Intérêt récent de la succursale pour les manutentions, conjointement au transit (agence de la CGT pour le fret), manutentions des navires Delmas chargeant pour Casablanca. « Les temps ont changé. » Avantage des faibles prix d'acconage. Le concurrent est Castagnet (Société bayonnaise d'entreprises maritimes).

10 février 1948
De Roger Mennevée : [Extrait d'un article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Suite - Ses opérations pendant l'occupation de 1940 à 1944 (suite)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales, en avril 1952.] Société de courtage maritime et d'études (Socomet). « Les pouvoirs des administrateurs furent renouvelés par l'assemblée générale du 10 février 1948. »

17 février 1948
De Worms & Cie : Note sur la transformation des succursales d'Anvers, de Gand, et de Rotterdam en sociétés de droit local. [Les informations ont été réparties dans les recueils annuels concernés.] Motifs de cette transformation.

25 février 1948
A M. Desroy, Office des changes, Paris : Transformation des succursales d'Anvers, de Gand, et de Rotterdam en sociétés de droit local. [Ce courrier reprend, en la complétant, la note, sur le même objet, du 17 février 1948, dont le dernier paragraphe a été modifié.]

28 février 1948
Loi portant sur l'organisation de la Marine marchande : Déréquisition de la flotte de commerce, remise en toute propriété aux armateurs de certains navires.

Mars 1948
De Roger Mennevée : Article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - De M. Hypolite Worms (1er du nom) à M. Hypolite Worms (second)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales. [Les renseignements contenus dans cet article ont été extraits et répartis selon leurs dates dans les recueils annuels concernés. Voir le fascicule de mai 1948.]

1er mars 1948
De la direction générale des Services maritimes : [Extrait d'une note du 31 janvier 1949.] « "Pessac", en 1939, interné par les Anglais en 1940 et utilisé pendant toute la durée de la guerre, fut rendu en 1945 aux Transports maritimes. Il a été remis à la disposition de la Maison par les Transports maritimes le 1er mars 1948. »

11 mars 1948
De la direction générale des Services maritimes : [Extrait d'un tableau sur la valeur de la flotte, daté du 6 novembre 1956.] Date d'achat ou de mise en service du "Barsac", navire de 1.179 tonnes de port en lourd.
"Barsac", ex-"Calvados" : Iconographie.

12 mars 1948
D'un journal [dont le nom n'a pas été reporté] : Coupure de presse intitulée "Pour la Compagnie Worms, le caboteur "Fronsac" a été lancé à Tamise - Les Chantiers A.-Normand en construisent quatre autres semblables". « Le caboteur à moteur "Fronsac" de 850 t. a été lancé le 9 mars, aux chantiers Boël à Tamise, pour le compte de la Compagnie Worms. Ce navire présente les caractéristiques suivantes : longueur entre perpendiculaires, 59 M. 40 ; longueur hors tout, 63 M. 52 ; largeur, 9 M. 30 ; creux sur quille, 4 M. 40 et 5 M. 60 ; tirant d'eau en charge, 4 M. 06 ; capacité en marchandises,1.122 m3 (balles) et 1.256 m3 (grains). Son moteur Diesel Sulzer à 9 cylindres, développe 750 CV à 250 tours-minute. Les mêmes chantiers construisent un sister-ship du "Fronsac", le "Listrac". Quatre autres navires semblables ont été commandés aux Ateliers Augustin-Normand. » [NB : Cette coupure de presse est collée avec d'autres dans une chemise classée au 3 décembre 1948.]

20 mars 1948
De la direction générale des Services maritimes : [Extrait d'un tableau sur la valeur de la flotte, daté du 6 novembre 1956, et d'une liste de renseignements établie par Hans Pedersen et classée en 1976.] Entrée en flotte du "Cérons", cargo mis en construction aux Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, réquisitionné par la Marine allemande en 1941, sous le nom de "Schulensee", et lancé comme "Manche" le 20 août 1947, pour le compte de la Marine française.
"Cérons", ex-"Manche" : Iconographie.

25 mars 1948
De M. Belperron, librairie Plon, [chargée de l'édition en français de "Our Vichy Gamble"], à M. Martin : Courrier. « Les corrections ont bien été faites... Tu peux rassurer tes amis... »

Avril 1948
D'Hypolite Worms, Alger : Discours adressé au personnel de la succursale à l'occasion du Centenaire de la Maison. [Hypolite Worms a embarqué le 28 mars 1948 à Marseille sur le "Ville-d'Oran".] Historique.

5 avril 1948
De la direction générale des Services maritimes : [Extrait d'un tableau sur la valeur de la flotte, daté du 6 novembre 1956.] Date d'achat ou de mise en service du "Château-Palmer", navire de 2.607 tonnes de port en lourd.
"Château-Palmer" : Iconographie.

7 avril 1948
Convention passée entre l'Etat et l'Association technique de l'importation charbonnière - Atic, aux termes de laquelle celle-ci est seule chargée de l'achat du charbon à l'étranger.
De Worms & Cie : [Extrait du livre intitulé "Un Centenaire (1848-1948)" et paru le 21 octobre 1949.] « A partir de 1945, la suppression complète des exportations britanniques, le ralentissement de celles de l'Europe centrale, le nouveau développement du chauffage au mazout, et la politique des nationalisations, ont fortement retenti sur la physionomie du département charbonnier. L'État se chargeant désormais de l'achat du charbon, la Maison ne peut plus exercer son métier traditionnel d'importateur. Mais ses installations dans les ports lui permettent de recevoir, de stocker, et de vendre le charbon acheté, notamment pour les services publics. Cette activité des succursales de la Maison donne au département charbonnier un caractère industriel plus marqué, en raison des nombreux travaux de manutention qu'elle exige. Sur le plan commercial, c'est comme négociant intérieur et non plus comme importateur que le plus ancien service de la Maison continue à se développer. Le problème des combustibles liquides retient également son attention et dépend de lui. »

27 avril 1948
De Worms & Cie : Note intitulée "Worms & Cie - 2ème partie - (1848-189...)". Synthèse préparatoire à la rédaction de l'ouvrage intitulé "Un Centenaire - 1848-1948 - Worms & Cie". [Suite de la note de janvier 1948. En haut de la deuxième page de ce document, il est indiqué à la main : « Basé sur des recherches encore incomplètes, le présent travail n'a qu'un caractère provisoire et n'était destiné qu'aux besoins de l'auteur. Prière de n'en pas faire état sans provoquer au préalable des explications de sa part ».]

Mai 1948
De Roger Mennevée : Article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Les débuts de M. Hypolite Worms (2ème du nom)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales. [Les renseignements contenus dans cet article ont été extraits et répartis selon leurs dates dans les recueils annuels concernés. Voir le fascicule de juin 1948.]
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 3. De 1925 à 1940 (suite)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en décembre 1949.] Compagnie nantaise des chargeurs de l'Ouest. « En mai 1948, le capital fut porté à 33 millions par l'émission de 5.087 actions nouvelles de 500 F et le nouveau capital est donc composé de 66.000 actions de 500 F dont 50.000 amorties de 100 francs. »

4 mai 1948
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 3. De 1925 à 1940 (suite)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en décembre 1949.] Société privée de réescompte. L'assemblée générale du 4 mai 1948 ratifie la nomination de Michel Lefébure en remplacement de Guy Brocard, démissionnaire ; M. Lefébure étant fondé de pouvoirs de Worms et Cie.

7 mai 1948
Du ministère des Transports et des Travaux publics : Licence de voyages. Extension de la licence (accordée à l'agence d'Alger le 6 décembre 1938 et renouvelée le 5 février 1947) à Worms & Cie Paris, Marseille et Bordeaux.
De Pechelbronn : [Extrait du rapport annuel - exercice 1947 - assemblée générale extraordinaire et ordinaire en date du 23 juin 1948, et notamment du rapport spécial du commissaire aux comptes en date du 7 mai 1948.] « Au cours de l'exercice écoulé, votre société a fait apport à Pechelbronn Ouest du bénéfice d'un contrat conclu le 29 avril 1937 avec la société des huiles Antar, en vue de la reprise des produits obtenus à partir des huiles brutes étrangères importées. Cet apport a été rémunéré par l'attribution d'actions de ladite société portant sur une valeur nominale totale de F 5.000.000. Simultanément, Pechelbronn a demandé le transfert à Pechelbronn Ouest de l'autorisation spéciale d'importation de pétrole brut, dérivés et résidus dont elle était titulaire. Elle a d'autre part cédé à la Société alsacienne de carburants - Socal des dépôts de pétrole et du matériel de dépôt... »

10 mai 1948
De Francis Ley, Banque Worms : [Extrait d'un historique sur la Banque Worms (1928-1978), daté du 10 avril 1978.] Raymond Meynial siège à partir du 10 mai 1948 au conseil d'administration de la Société des transports maritimes pétroliers - SMTP.
[Extrait d'une note datée du 20 avril 1955] : Société des transports maritimes pétroliers. « En 1948, la société a acheté en location-vente au gouvernement français un pétrolier T2 qu'elle nomma "Prairial" 17.000 T... II convient tout d'abord de remarquer que les contrats d'affrètement actuellement en cours ont été signés de 1948 à 1954 ("Champs-Élysées"). Les taux auxquels ils ont été passés n'ont donc pas un caractère exceptionnel et la rentabilité qui en ressort pour la société présente de ce fait une valeur de référence...

Juin 1948
De Roger Mennevée : Article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - De 1927 à la Libération", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales. [Les renseignements contenus dans cet article ont été extraits et répartis selon leurs dates dans les recueils annuels concernés. Voir le fascicule d'août 1948.]

5 juin 1948
D'Hypolite Worms, Le Trait : Discours prononcé lors du lancement du cargo "Ille-et-Vilaine" pour le compte de la société Scotto, Ambrosino et Pugliese. Remerciements. « Parlant ici comme chef de la Maison Worms, c'est donc non seulement comme constructeur de navires, mais comme armateur, que j'ai été heureux de recevoir nos invités, et notamment les représentants de la société Scotto, Ambrosino et Pugliese, armateurs du nouveau navire. Etant donné les relations très cordiales qui unissent nos deux Maisons, vous me permettrez d'user très simplement du langage de l'amitié. Celle-ci a pris un caractère plus direct il y a près de 18 ans, puisque c'est en 1930 que ma Maison ayant pris le contrôle de la Compagnie havraise péninsulaire, fut amenée tout naturellement à maintenir à ses agents, qui étaient alors la Maison Scotto, la confiance que lui avaient accordée nos prédécesseurs. » Rappel de l'histoire de cette société.

10 juin 1948
De Roger Mennevée : [Extrait d'un article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Suite - Ses opérations pendant l'occupation de 1940 à 1944 (suite)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales, en avril 1952.] Société de courtage maritime et d'études (Socomet). « Par décision de l'assemblée du 10 juin 1948, le capital fut d'abord porté à 3 millions par l'émission de 3.000 actions nouvelles de 500 F qui furent souscrites par compensation par Worms et Cie, puis à 6.500.000 F par la création de 7.000 autres actions nouvelles de 500 F remises à la liquidation de la Société de courtage et d'affrètements pétroliers (Socap) qui faisait à la Socomet l'apport fusion de l'actif et du passif de la Socap. »

11 juin 1948
De Worms & Cie Le Havre : Note intitulée "Historique des ateliers de réparation de la Maison Worms & Cie". Organisation du personnel. Nominations des directeurs. Quelques événements marquants. Août 1901 au 18 mai 1947. [Les informations ont été réparties dans les recueils annuels concernés.]

16 juin 1948
De Worms & Cie Port-Saïd : Note intitulée "Centenaire de la Maison" et mémorandum intitulé "Égypte". Historique sur les activités de la Maison dans ce pays (1869-1948), rédigé pour l'ouvrage du Centenaire.

22 juin 1948
De Worms & Cie : Note intitulée "Projet d'article à insérer dans "Ports et Transports" paraissant à Bordeaux". Histoire des relations entre la Maison Worms et le port de Bordeaux depuis 1850. « Outre ses lignes très anciennes vers la Grande-Bretagne en direction de Grimsby, Grangemouth, Middlesbrough et Swansea, la Maison Worms & Cie s'est tournée vers la Scandinavie qu'elle dessert régulièrement à destination de Stockholm, Copenhague, Malmo, Goteborg et Oslo, avec ses 18 navires actuellement en service et dont la plupart porte les noms des crus les plus célèbres du Bordelais et auxquels viendront bientôt s'ajouter les 6 navires en construction et qui rendront à la flotte de MM. Worms & Cie son importance d'avant-guerre. »

23 juin 1948
De Pechelbronn : Rapport annuel - exercice 1947 - assemblée générale extraordinaire et ordinaire. « L'opération la plus importante intervenue dans le cadre du groupe Pechelbronn, au cours de 1947, est la concentration de la raffinerie de Pechelbronn Ouest, à Donges, avec celle des Consommateurs de pétrole (devenus Serco)... Le capital de Pechelbronn Ouest, qui a pris le nom de Raffineries françaises des pétroles de l'Atlantique, a été porté à 80.913.000 F par la création d'actions d'apport. »

28 juin 1948
De Francis Ley, Banque Worms : [Extrait d'un historique sur la Banque Worms (1928-1978), daté du 10 avril 1978.] Établissements Marret, Bonnin, Lebel & Guieu. Par acte du 28 juin 1948, les métaux précieux sont repris par le Comptoir Lyon-Alemand et le département banque donne naissance à la Société de financement, participation et gestion. MM. Worms et Cie en trouvant la solution, ont présidé à la bonne fin de ces diverses opérations.
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 3. De 1925 à 1940 (suite)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en novembre 1949.] Dès la libération, les Établissements Marret, Bonnin, Lebel & Guieu (dont Guy Erwyn Marin avait été nommé président directeur général à la suite des dispositions légales de 1940-1941) avaient envisagé « de scinder les diverses branches de leur activité et d'abandonner leurs affaires de métaux précieux, en même temps que de se réserver les affaires financières - auxquelles la société s'était à nouveau intéressée depuis 1938 - sous une dénomination nouvelle. Des pourparlers intervinrent avec le comptoir Lyon Alemand spécialisé lui aussi dans les affaires de métaux précieux - et l'accord ayant été conclu, les Établissements Marret, Bonnin, Lebel & Guieu firent apport à la Société nouvelle du comptoir Lyon Alemand, par acte du 28 juin 1948, de leur fonds de commerce et d'industrie pour métaux précieux avec ses dépendances, et le titre de cette dernière société devenait Comptoir Lyon-Alemand et Marret, Bonnin, Lebel & Guieu réunis, pendant que la société des Établissements Marret, Bonnin, Lebel & Guieu dont l'objet social ne comportait plus que les opérations de banque, de change et de bourse, prenait le nouveau titre de Société de financement, participation et gestion. Bien entendu, c'est la banque Worms et Cie qui a présidé à la réalisation de ces diverses opérations. Certaines interventions étrangères se sont manifestées à l'occasion de ces opérations, et ont été concrétisées par les nominations comme administrateurs du Comptoir Lyon-Alemand de l'honorable Sir Duff Cooper, ancien ambassadeur d'Angleterre en France, et d'une autre personnalité "anglaise" moins connue, mais également de certaine importance M. H. N. Sporborg, qui se domicilie 10, Grosvenor Street, à Londres. »

Juillet 1948
De Worms & Cie : Historique (1892-1894). Synthèse préparatoire à la rédaction de l'ouvrage intitulé "Un Centenaire - 1848-1948 - Worms & Cie". [Suite de la note du 27 avril 1948.]

2 juillet 1948
De Worms & Cie Cardiff : Note concernant le centenaire.

9 juillet 1948
Des Services bancaires : Note. « Sidi-Kamber - Coudiat-Tagma. Reprise à notre agence d'Alger d'actions de ces sociétés, reliquat de notre souscription à titre provisoire dans l'augmentation de capital de 1943. »

21 juillet 1948
De la direction générale des Services maritimes : [Extrait d'un tableau sur la valeur de la flotte, daté du 6 novembre 1956, et d'un second tableau daté du 31 décembre 1960 sur le matériel naval.] Mise en service du "Jumièges", d'un port en lourd de 2.607 tonnes, construit par les Chantiers de Penhoët (Normandie).
De Pierre Darredeau : [Extrait d'une note datée du 21 octobre 1977.] « Pour les navires de pondéreux, il nous restait "Caudebec" [1958-1967], "Normanville" [1959-1967], tous deux de 3.600 tonnes, et, par la suite [?], nous avons eu un "Jumièges" de 2.600 tonnes, ces navires étant exploités dans le cadre de la conférence des pondéreux. »
Du commandant Yves Sellier : [Extrait d'un témoignage (non daté) classé au 16 janvier 1987.] « Le "Jumièges", comme les autres vraquiers, n'avaient pas de ligne régulière et transportait toutes sortes de pondéreux, charbon, minerai, phosphates, au gré des affréteurs. »
"Jumièges" : Iconographie.

24 juillet 1948
D'Hypolite Worms, Paris : Compte-rendu d'une conversation menée dans le cadre des travaux préparatoires à l'ouvrage du Centenaire de la Maison. Années de formation (1911-1916). Le Trait (1916-1944). Port-Saïd (1904-1946). La Maison de 1914 à 1918. Charbon anglais et charbon continental (entre-deux-guerres). Havraise péninsulaire (à partir de 1932). SFTP (à partir de 1938). La mission à Londres (1939-1945). La Maison sous l'occupation.

27 juillet 1948
De Robert Labbé, Paris : Compte-rendu d'une conversation menée dans le cadre des travaux préparatoires à l'ouvrage du Centenaire de la Maison. Henri Goudchaux : Conditions de son entrée dans la Maison, son caractère, ses activités. Services maritimes avant 1914 et après 1945. Département étranger en 1945 (rôle de Pierre Grédy). Situation de Port-Saïd et d'Alexandrie.

29 juillet 1948
De Robert Labbé, Paris : Compte-rendu d'une conversation menée dans le cadre des travaux préparatoires à l'ouvrage du Centenaire de la Maison. Comité central des armateurs de France. Fonctions de Robert Labbé au sein du Conseil supérieur de la Marine marchande et du Conseil supérieur des Transports. Situation des Ateliers et Chantiers de la Seine maritime depuis 1938.
De Worms & Cie : Note intitulée "Shell Transport & Trading Co. Ltd". Historique des liens entre la Maison Worms et MM. Marcus Samuel & Co., puis, la Shell (1897-1922).

Août 1948
De Worms & Cie : Historique de la ligne Dunkerque-Hambourg (1894-1906). Synthèse préparatoire à la rédaction de l'ouvrage intitulé "Un Centenaire - 1848-1948 - Worms & Cie".
De Roger Mennevée : Article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Depuis la Libération (1944-1948)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales. [Les renseignements contenus dans cet article ont été extraits et répartis selon leurs dates dans les recueils annuels concernés. Voir le fascicule de décembre 1948.]
[Extrait d'un article de journal (dont le nom n'a pas été reporté), daté du 23 octobre 1948 et intitulée "Avec 2.000 fûts de vin, le Château-Palmer".] « Le nouveau "Château-Palmer" a un sister-ship provenant également des Chantiers de Pickersgill. C'est le "Sebaa", qu'exploite la Compagnie marseillaise de navigation Giannoni et qui a été livré au mois d'août dernier à ses armateurs. »
Du commandant Yves Sellier : [Extrait d'un témoignage (non daté) classé au 16 janvier 1987.] S/S "Sebaa". « Ce navire portait les couleurs de la Compagnie marseillaise de navigation Gianoni (CMNG). Il était affecté à la ligne Marseille-Oranie que la Compagnie Worms était en train d'annexer à son fond de commerce par l'intermédiaire de cette compagnie marseillaise. La ligne d'Oranie était exploitée avec deux navires : s/s "Sebaa" et s/s "Château-Larose", dont la gérance technique était entièrement assumée par l'armement Worms. (Le "Château-Larose" avait conservé son nom mais avait peint sa cheminée en jaune à bandes bleues de CMNG.) Les rotations comprenaient les ports de Marseille, Nice, Port-de-Bouc en France, et Oran, Nemours, Arzew et Mostaganem en Algérie... Les rotations complètes Marseille-Marseille avaient une durée de 15 à 20 jours. Les marchandises transportées étaient constituées de divers et lots importants de tuiles au départ de Marseille. Celles-ci nécessitaient un arrimage en entreponts particulièrement soigné avec interposition de petites lattes en bois entre chaque plan. Cet arrimage était effectué avec le concours d'ouvriers de la tuilerie de Saumaty près de Marseille. Le fond du chargement était en outre constitué de ciment en sacs chargé à Nice. En Algérie, le fond du chargement comprenait presque toujours un lot d'argile smectique (terre blanche), chargé à Nemours pour Marseille. Cette terre blanche devenait très collante et glissante dès qu'elle était mouillée par la pluie. Elle salissait beaucoup les cales qui devaient être sérieusement lavées et nettoyées au prix d'un labeur pénible pour l'équipage. Les cuves à vin n'étaient pas encore très répandues à cette époque et le transport du vin s'effectuait encore par demi-muids de 625 litres, gros fûts que l'on chargeait à Oran et Mostaganem. »

2 août 1948
De Robert Labbé, Paris : Compte-rendu d'une conversation menée dans le cadre des travaux préparatoires à l'ouvrage du Centenaire de la Maison. Évolution des 4 départements de la Maison depuis la Libération.
De Jacques Marchegay, Comité central des armateurs de France, Paris : Fonctions de trésorier exercées au sein du Comité par Henri Goudchaux (1903-1916), Louis Bousquet (1916-1925 ?), Hypolite Worms (1925-1945) et Robert Labbé (depuis 1945). « Je ne voudrais pas que l'on pût croire que la Maison Worms est, par ses dirigeants, trésorier héréditaire du Comité des armateurs. Il n'y a rien de tel dans la succession presque ininterrompue de l'un des dirigeants de la Maison Worms dans les fonctions de trésorier du Comité. Le choix des armateurs paraît s'être porté tout naturellement sur des hommes qui avaient tout à la fois et pour le moins l'indépendance, le caractère et le sens de l'intérêt général, c'est-à-dire en un mot l'autorité qui fait que les membres d'une profession portent un de leurs collègues à un poste de choix. »

6 août 1948
De Charles Limonier : [Extrait du livre "Les 110 ans de la Havraise Péninsulaire - Histoire de la flotte", paru en 1992.] Le "Château-Pavie" est affrété coque nue à la NCHP et affecté au cabotage inter-îles dans l'océan Indien.

14 août 1948
De la direction générale des Services maritimes : [Extrait d'un tableau sur la valeur de la flotte, daté du 6 novembre 1956.] Entrée en service (francisation) du cargo "Fronsac". Son port en lourd initial de 908 tonnes sera porté à 1.245 tonnes après l'allongement de sa coque en décembre 1954.
"Fronsac" : Iconographie.

17 août 1948
Note [sans émetteur] sur la Compagnie havraise péninsulaire : Historique depuis sa création en 1882 par la famille Grosos jusqu'en 1948. Liens avec la Transo, crise financière (années 1920), tentative de sauvetage (1929), création de la Société d'exploitation de la Compagnie havraise péninsulaire - Sechap (1930), constitution de la Nouvelle Compagnie havraise péninsulaire - Nochap (1932) ; accords de pool avec la Société des services contractuels des Messageries maritimes (1933) puis avec la Scandinavian East Africa Line, progression des résultats entre 1934 et 1939, fin de l'accord de pool et affrètement des navires par les Transports maritimes (2 septembre 1939).

20 août 1948
A Georges [Albertini] : Note [sans émetteur] sur la Compagnie havraise péninsulaire. Situation de la flotte en 1939 et en 1947. Fréquence des voyages en 1938 et en 1947. Exemple d'itinéraire suivi, d'une part par un navire lent, "Bourbonnais", d'autre part, par un navire rapide, "Malgache". Éléments de trafic.

Septembre 1948
De la Société anonyme des ateliers et chantiers de la Seine maritime : Bilan.

22 septembre 1948
Du Figaro : Article intitulé "La politique de Vichy vue de Washington" et consacré au livre de William L. Langer, "Our Vichy Gamble", paru en France aux éditions Plon sous le titre "Le Jeu américain à Vichy".

23 octobre 1948
D'un journal [dont le nom n'a pas été reporté] : Coupure de presse intitulée "Avec 2.000 fûts de vin, le Château-Palmer". Ce « cargo de la Compagnie Worms, est attendu au Havre, vers le 27, avec un chargement de 2.000 fûts de vin et de divers en provenance d'Afrique du Nord. II est possible de penser que ce sera là l'inauguration d'un trafic nouveau appelé, dans l'avenir à de plus amples développements. Ce n'est pas la première fois que ce navire touche Le Havre. Le 28 juillet, il avait déjà fait escale, alors qu'il était affecté aux lignes de la Scandinavie. Mais il fut dirigé ensuite sur la Méditerranée, et notre port le perdit de vue. » Caractéristiques du navire et de son homonyme qui l'a précédé (1914-1942).

Novembre 1948
De Worms & Cie : Circulaire. Modifications apportées à l'organisation de la succursale de Marseille. Jacques Révoil y assurera la direction des services locaux de la direction générale des Services maritimes ; Jean Pelletier, précédemment directeur adjoint, assumera la responsabilité de la succursale maritime avec le titre et les fonctions de directeur. Paul Doucet, précédemment sous-directeur des Services charbons, prendra le titre et les fonctions de directeur de cette même branche.

5 novembre 1948
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 3. De 1925 à 1940 (suite)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en novembre 1949.] « Les titres de la Société d'entreprises de grands travaux hydrauliques ont été introduits au marché officiel de la bourse de Paris, le 5 novembre 1948. C'est la banque Worms et Cie qui a présidé à cette opération. »

8 novembre 1948
De Worms & Cie Le Havre, direction générale des Services maritimes, au maire du Havre : « En tant qu'agents de la Nouvelle Compagnie havraise péninsulaire de navigation, nous avons l'honneur de vous informer, au nom de cette Compagnie, du changement de nom du navire "Le-Havre", qui se dénommera désormais "Ville-du-Havre". La Compagnie sollicite ce nouveau changement de nom pour des raisons d'ordre pratique et aussi pour consacrer le souvenir de son ancien "Ville-du-Havre" qui a été coulé au large de Casablanca le 8 février 1942. »

22 novembre 1948
De Roger Campion : [Extrait d'un article intitulé "La Compagnie Worms aura bientôt reconstitué son tonnage d'avant-guerre" et daté du 6 janvier 1949.] « "Château-Palmer" [est] affecté définitivement au trafic Le Havre-Afrique du Nord depuis le 22 novembre 1948... »

27 novembre 1948
D'un journal [dont le nom n'a pas été reporté] : Coupure de presse intitulée "Le Château-Larose change de pavillon". « Le cargo "Château-Larose", de 2.500 tonnes port lourd, construit, en 1930, renfloué en octobre 1946, vient de changer de pavillon. C'est sous le pavillon de la Compagnie marseillaise de navigation Ciannoni qu'il naviguera désormais et non plus sous celui de la Maison Worms... » [NB : Cette coupure de presse est collée avec d'autres dans une chemise classée au 3 décembre 1948.]

Décembre 1948
De Roger Mennevée : Article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Documents annexes aux chapitres déjà publiés - Comment nous avons établi la généalogie de la famille Worms", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales. [Voir le fascicule de février 1949.]

1er décembre 1948
A Paul Baudouin, Paris : Rapport de Josée de Chambrun, fille de Pierre Laval, au sujet du livre rédigé par Paul Baudouin.

2 décembre 1948
D'un journal [dont le nom n'a pas été reporté] : Coupure de presse intitulée "Le petit cargo Listrac de l'Armement Worms va être francisé au Havre". « Le petit cargo "Listrac", de 850 tonnes, construit aux Chantiers Boel, en Belgique, pour l'Armement Worms, est attendu aujourd'hui. C'est son premier voyage : il vient de Caen, où il a déchargé 750 tonnes de charbon pris à Anvers après ses essais. Aux ordres du commandant Bo schneck, il sera mis en ligne sur la Scandinavie, comme son sister-ship "Fronsac". Vendredi, après sa francisation, il appareillera pour Dunkerque, d'où il relèvera à destination de Göteborg. » [NB : Cette coupure de presse est collée avec d'autres dans une chemise classée au 3 décembre 1948.]

3 décembre 1948
D'un journal [dont le nom n'a pas été reporté] : Coupure de presse intitulée "Déséchoué le Pomerol a pu gagner Copenhague. « Le petit cargo "Pomerol", de l'armement Worms, qui s'était échoué vendredi dernier au sud de Copenhague, a pu gagner ce port dans de bonnes conditions. Cet accident est survenu alors que le navire venait de pénétrer dans le chenal en provenance de Dunkerque qu'il avait quitté le 30 novembre. On ne signale ni victime ni dégâts notables. » [NB : Cette coupure de presse est collée avec d'autres dans une chemise classée au 3 décembre 1948.]

10 décembre 1948
De Worms & Cie Anvers : État du personnel.

27 décembre 1948
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 3. De 1925 à 1940 (suite)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en décembre 1949.] Société d'études privées. « L'assemblée extraordinaire du 27 décembre 1948 décida que le capital serait porté de 6 à 9 millions par incorporation de réserves, avec élévation du nominal des actions de 500 à 1.000 F et que l'autorisation d'augmentation du capital donnée par l'assemblée de novembre 1943 serait épuisée par l'émission de 1.000 actions nouvelles de 1.000 F, à souscrire en espèces et devant porter ainsi le capital à 10 millions. Les 1.000 actions nouvelles furent souscrites par Raymond Bloch, directeur à la Société d'études privées (492 actions), Worms et Cie 488 (actions), Roger Paringaux (15 actions)) et Pierre de Villemejane (4 actions). »

31 décembre 1948
De la Société anonyme des ateliers et chantiers de la Seine maritime : Compte de profits et pertes.
Des Services charbons : [Extrait d'une fiche sur la Société d'approvisionnement pour le chauffage central, classée en 1953.] Réintégration des moins-values enregistrées depuis 1938 correspondant à un total de 2.803.400 F.

Fin 1948
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Deuxième partie - Hypolite Worms (2e du nom)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en février 1949.] « Fin 1948, M. Hypolite Worms était président du conseil d'administration des sociétés suivantes : Société française des transports pétroliers, Nouvelle Compagnie havraise péninsulaire de navigation à vapeur ; et administrateur de : Compagnie nantaise des chargeurs de l'Ouest, Distilleries de l'Indochine, Société française d'entreprises de dragages et de travaux publics, La Réunion française et Compagnie d'assurances universelles réunies. »
[D'un auteur anonyme.] "Mémoire [non daté] sur la guerre franco-allemande de 1939-1940, sur la défaite truquée de mai-juin 1940, sur la prise de pouvoir de juillet 1940 et sur la préparation idéologique et technique du renversement des institutions républicaines depuis 1930".

Conteneur

B-A

Informations portées sur les bordereaux d'archivage
(B-A = boîte archives)

W/186

923

Armement - Offres d'achat et vente de navires (1920-1952)

W/186

927

Armement - Divers
[Voir février 1948.]

W/209

1039

Armement - Demandes d'embarquement (1929-1949)
Matelots, timoniers, lieutenants, mécaniciens, officiers, élèves officiers, pilotins...

W/210

1045

Société française des transports pétroliers (SFTP) - Divers (1938-1962) - Position de la flotte [Dossiers désordonnés]
Personnel navigant. Demandes d'embarquement, d'emploi à bord des pétroliers. Certains postulants sont des anciens de la Compagnie générale transatlantique.

W/222

1104

Services charbons - Divers (1924-1957).

 

Retour aux archives de 1948