1931.00.00.Recueil des informations de janvier à décembre

Ce recueil recense chronologiquement les données collectées sur l'année citée en référence, dans :

  • les copies de lettres à la presse1,
  • les doubles des courriers reçus par le siège, à Paris, entre 1930 et 19352,
  • la correspondance, les notes, rapports, circulaires, accords, traités... (originaux ou duplicatas) émanant de la direction générale de la Maison, des départements maritimes et combustibles, des chantiers de constructions navales du Trait, ainsi que des succursales françaises et étrangères. Les dossiers d'où proviennent ces pièces ont été classés "tels quels" par les services qui les ont produits. Répertoriés par objet et non par date, ils couvrent – ensemble – une période allant de la fin du 19ème siècle au début des années 1960. Une notice située à la fin du présent article, reproduit le descriptif qui est fait des archives les plus significatives sur les bordereaux d'inventaire,
  • les synthèses réalisées par la Maison et notamment :
    • "Historique de la succursale de Newcastle (1848-1948)", classé en 1948
    • "Historique de la succursale de Port-Saïd, relations avec l'Égypte (1869-1948)", daté du 16 juin 1948.

A ces informations s'ajoutent celles recueillies :

  • auprès des services administratifs : état civil, tribunal de commerce...
  • dans les annuaires et les minutes notariales...
  • dans la presse, les revues professionnelles et les ouvrages d'histoire...

Du fait de la nationalisation de la Banque Worms en 1982, les témoignages relatifs au département bancaire proviennent essentiellement du secrétariat général et de la direction de Worms & Cie, d'une part, et d'autre part, d'extraits de publications externes ou d'études conduites par la Maison Worms. Ainsi :

Les documents d'où sont extraits les renseignements rassemblés dans ce recueil sont consultables à partir de ce fichier en cliquant sur leur intitulé (en bleu + soulignement).

1+2 : Ces corpus n'ont pas fait l'objet d'un dépouillement exhaustif comme cela a été le cas pour les chronos de correspondance datant du 19ème siècle.

 

Inventaire chronologique des archives numérisées
et des renseignements ou extraits collectés dans les copies de lettres et les dossiers

[Documents pluriannuels]
1911-1943
De Worms & Cie Le Havre : Charbons. Amortissements (dont usine d'agglomération de Graville). Relevés annuels et correspondance échangée avec Paris sur le suivi des écritures comptables.
1923-1947
Tableau [non daté, classé en 1947] : Tonnages annuels du cabotage national et international (entre la France et les Pays Baltes, Pologne, Allemagne, Belgique, Angleterre, Espagne, Danemark, Finlande, Irlande, Norvège, Suède, côtes occidentales d'Afrique).
Des Services maritimes [tableau non daté] : "Répartition des vapeurs entre les lignes après la mise en service des vapeurs neufs." Planning de janvier à juillet 1931 ; de juillet 1931 à janvier 1932 ; janvier à juillet 1932 ; après juillet 1932. Dessertes de Leningrad et Reval, Königsberg et Danzig ; des lignes Hambourg-Bordeaux, Hambourg-Rouen, Dunkerque-Bordeaux, Bordeaux-Anvers, Le Havre-Anvers-Rotterdam, Écosse, canal de Bristol, Dieppe-Grimsby, Bordeaux-Pasajes, Nantes-Boulogne, Nantes-Rouen, Lorient, Rouen-Bordeaux, avec les navires : "Normanville", "Lussac", "Château-Yquem", "Château-Lafite", "Jumièges", "Château-Palmer", "Château-Latour", "Caudebec", "Margaux", "Pontet-Canet", "Suzanne-et-Marie", "Barsac", "Léoville", "Cérons", "Burstow", "Pessac", "Cantenac", "Fronsac", "Haut-Brion", "Mérignac", "Bidassoa", "La-Mailleraye", "Pomerol". Vapeurs en réparation ou éliminés selon les années : cas des "Yainville" et "Sauternes".
1924-1932
Registre d'inventaire de la Maison.
1928-1937
Note [sans émetteur ni destinataire] datée du 4 juillet 1938 et intitulée "Exploitation des lignes de cabotage" : Évaluation des dépenses, recettes, pertes avant amortissements, amortissements, pertes après amortissements.
1930-1938
De Worms & Cie : [Extrait d'une note sur les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime - ACSM, en date du 11 juin 1941.] Hormis les navires de guerre (1.260 T), le pourcentage des lancements effectués aux Chantiers du Trait, en 1931, s'établit à 9.78% de l'ensemble des chantiers de constructions navales français, soit 10.113 Tx sur un total de 103.419 Tx.
1930-1941
De Worms & Cie : [Extrait d'une note datée du 21 janvier 1942.] Pourcentage des lancements de navires par les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime par rapport à ceux de l'ensemble des chantiers de constructions navales français - moyenne des années 1930 à 1939 : 10.415%.
1931-1939
De Worms & Cie : [Extrait d'une note sur les Services charbons en date du 14 juin 1941.] Tonnage de charbons vendus en France par Worms & Cie en 1931 : 1.201.000 tonnes sur un total de 28.089.000 tonnes.
1931/1937-mars 1941
Note [sans émetteur ni destinataire] datée de mars 1941 : Statistiques concernant la Marine marchande française. Situation avant la guerre (1931/1937-1er janvier et juin 1939) : Tonnage global, nombre et tonnage des navires de plus de 500 tonneaux, classement du tonnage par type de navires, âge moyen de la marine marchande française, vitesse, équipement, navires à vapeur et à moteur, propriété de l'État et propriété privée.

[Informations sans dates précises]
Par l'entremise du Trésor et de l'Office national des combustibles liquides, l'État acquiert 35% de la Compagnie française des pétroles - CFP et 40% des droits de vote. La CFP a été créée en 1924 par un consortium de pétroliers et de banquier (directeur : Ernest Mercier) en vue de reprendre les 25% dans l'Irak Petroleum Cy (IPC) que le gouvernement français s'est fait attribuer par le traité de San Remo, en 1920, et qui étaient précédemment détenus par l'Allemagne.
De Francis Ley, Banque Worms : [Extrait d'un historique sur la Banque Worms (1928-1978), daté du 10 avril 1978.] M. Thion de La Chaume confie à Paul Baudouin, inspecteur général, la direction générale de la Banque de l'Indochine.
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Les débuts de M. Hypolite Worms (2ème du nom)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en mai 1948.] Jacques Gustave Édouard Lebel est président de la Société séquanaise des sables et membre du conseil d'administration de l'Association nationale des sociétés par actions (Ansa).
De Francis Ley, Banque Worms : [Extrait d'un historique sur la Banque Worms (1928-1978), daté du 10 avril 1978.] Les Services charbonniers concurrencèrent, à partir de 1931, les célèbres anthracites gallois avec ceux de Hongay.
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : [Extrait d'une fiche sur la Société d'approvisionnement pour le chauffage central, 31 décembre 1961.] Souscription par les Services charbons de 53 actions (montant total : 26.500 F) à la création de cette société. [Voir également un tableau intitulé "Participations au 31 décembre 1961" :] Entrée de Worms & Cie au capital de la SA Société d'approvisionnement pour le chauffage central, située à Paris et spécialisée dans le négoce de combustibles.
Note [sans émetteur ni destinataire] : Informations sur les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime depuis leur création en 1917.
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, Le Trait. [Extrait d'une note datée du 17 janvier 1936.] « Un nouveau département [a] été créé en 1931 pour la construction des réservoirs de pétrole et l'exploitation d'un brevet de toits flottants, dit toits Wiggins. »
Des Renseignements généraux : [Extrait d'un rapport sur la Banque Worms en date du 13 mai 1949.] « En 1931, [la Banque Worms] participe aux opérations en France de la société hollandaise dite Compagnie générale de prêts fonciers, en accord, encore une fois, avec la Banque Lazard Frères et le Groupe Kreuger, représenté par la Banque de Suède et de Paris. Elle se crée des liens d'intérêts puissants avec les banques de Londres et de New York, et a pour correspondants bancaires : à Londres, M. Samuel & Co. Ltd, Hambros Bank Ltd, Lazard Brothers & Co. Ltd ; à New York , Brown Brothers Harriman & Co., Guaranty Trust Cy of New York. » [Cette information est donnée mot pour mot par Roger Mennevée, dans son article sur la Banque Worms, paru en janvier 1948 dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales.]

Début de 1931
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 3. De 1925 à 1940 (suite)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en novembre 1949.] « Au début de 1931, le groupe Bauer-Marchal et Cie abandonna le contrôle de la Société immobilière du boulevard Haussmann, qui passa sous celui de la banque Lazard Frères et de Worms et Cie. A la suite de cette modification, le conseil d'administration de cette société comprit Guillaume de Tarde, président, (Lazard Frères et Cie), Eugène Gravelotte, entrepreneur de travaux publics, du groupe fondateur de la société, Gabriel Le Roy Ladurie et Charles Milliot, appartenant tous deux au groupe Worms et Cie, Roger Moutet, ingénieur civil des mines (Banque de Paris et des Pays-Bas). La société avait été créée en 1913 sous les auspices de la banque Bauer-Marchal et Cie, elle avait pour objet la réalisation du prolongement du boulevard Haussmann et toutes opérations immobilières, mobilières et financières... Au moment où les banques Lazard Frères et Worms en prirent le contrôle et où le siège social fut transféré, 47, boulevard Haussmann, dans l'immeuble de Worms et Cie, la société semblait avoir une marche normale. Ses bénéfices s'étaient élevés en 1928 à 2.080.775 F, puis en 1929 à 2.539.475 F et à 2.970.000 F en 1930. Au début de 1929, l'objet social avait été étendu ; il comprenait la participation et l'intérêt sous toutes les formes et sous tous les modes de droits à toutes opérations immobilières en France, dans les colonies et pays de protectorat ainsi qu'à l'étranger... La société avait conclu, à fin 1930, une convention avec le gouvernement hellénique pour la construction entre Athènes et Le Pirée de plusieurs centres de réfugiés. L'entrée du groupe Lazard-Worms à la Société immobilière du boulevard Haussmann avait, par ailleurs, coïncidé avec le développement de la crise économique qui toucha particulièrement les affaires immobilières, et bien que la société ait fait un nouvel appel à l'épargne par une émission de 40 millions de bons 5 ½%, les bénéfices de la société diminuèrent de près de 30% puisqu'ils n'atteignirent pour 1931 que 1.931.979 F contre 2.970.000 F en 1930. »

22 janvier 1931
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, Le Trait : Lancement du "Ville-de-Tamatave", pour le compte de la Compagnie havraise péninsulaire de navigation.

23 janvier 1931
De L'Ouest-Éclair : « Le Havre, 22 janvier. Le steamer "Ville-de-Tamatave" a été lancé cet après-midi des Chantiers du Trait et a fait route immédiatement pour notre port, où il entrera cette nuit. »

Février 1931
De Francis Ley, Banque Worms : [Extrait d'un historique sur la Banque Worms (1928-1978), daté du 10 avril 1978.] « En février 1931, les Services bancaires avaient délégué M. Erwyn Marin auprès des Établissements Marret, Bonnin, Lebel & Guieu dont la marche donnait des inquiétudes. Cette affaire exploitait un fond de fondeur d'or et subissait de plein fouet les conséquences de la crise diamantaire et boursière. » [Voir 22 novembre 1932, et la note de Worms & Cie sur ces Établissements, classée en 1941, qui suit, semble-t-il, une chronologie quelque peu différente.]

16 février 1931
D'Henri Nitot, Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : [Extrait d'une note datée du 29 octobre 1945.] « Nous avons également obtenu le 16 février 1931 de la Maison Krafft & Weichardt à Brême la représentation de la licence exclusive des rampes d'amerrissage pour avion, système Hein. Cet accord était valable jusqu'au 1er octobre 1933 et pouvait être ensuite dénoncé chaque année, mais en fait cette dénonciation n'a jamais eu lieu ; nous avons d'ailleurs fourni à la Marine militaire française plusieurs voiles d'amerrissage de ce système. »

23 février 1931
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Travaux au Trait

19 mars 1931-30 mai 1931
Des Services combustibles : Visite de Jean Rimbaud, directeur de la Compagnie parisienne de distribution de chaleur en vue d'obtenir une offre de services de la Maison. Cette société installe dans les immeubles des appareils de chauffage dont elle assure l'approvisionnement en charbon : besoin annuel de 8 à 10.000 tonnes, achetées sur péniches et rendues à son appontement en Seine. Elle a créé un parc de stockage à Asnières à partir duquel elle alimente ses installations. Pour faciliter leurs affrètements, ses fournisseurs utilisent ce parc pour leur compte : le tonnage manutentionné s'élève entre 4 et 5.000 tonnes par an. Jean Rimbaud souhaite pouvoir compter sur une combinaison semblable, qui lui permet d'amortir une partie assez forte des frais généraux, au cas où sa société changerait de fournisseur. Note du 28 mai 1931 : « Il nous intéresserait vivement d'entrer en relations d'affaires avec la CPDC... Les tonnages que nous pourrions lui demander de manutentionner pour notre compte seraient très loin des chiffres réalisés par le fournisseur actuel, mais la situation pourrait se modifier d'ici la campagne prochaine. » Note du 30 mai 1931 : Les fournisseurs de la CPDC sont Delmas Vieljeux Graigola, la maison Guittet et la Société commerciale d'affrètements et de commissions (SCAC).

26 mars 1931
A J. Revoil, Worms & Cie Marseille : « Votre participation à 10% sur les résultats de l'exercice 1930 s'élèvent à F 65.630,80. Désireux de vous manifester notre satisfaction sur l'activité avec laquelle vous dirigez notre Maison de Marseille et pour tenir compte des charges plus lourdes dont l'exercice clos a été grevé, nous avons décidé de vous allouer une somme de F 85.000, sensiblement équivalente à celle que vous avez reçue pour l'exercice 1929. »

Avril 1931
De Worms & Cie : Circulaire. Liste mise à jour des signatures autorisées au siège social de la Maison. Les modifications par rapport à la liste de janvier 1930 concernent les détenteurs de procurations collectives.
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 3. De 1925 à 1940", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en juillet 1949.] Compagnie centrale de prêts fonciers. « Des sociétés effectuèrent, en avril 1931, un emprunt international de 140 millions de francs, émis par la Compagnie centrale de prêts fonciers, chargées du service financier de la Compagnie, et dont les représentants siégeaient au conseil d'administration et parmi les administrateurs délégués de celle-ci. En France, ces banques étaient Lazard Frères, la Banque nationale de crédit, la Société générale, la Banque de Suède et de Paris (groupe Kreuger), la Banque de l'union parisienne, et Worms et Cie. Le conseil d'administration (conseil des commissaires) de la Compagnie centrale de prêts fonciers, comprenait alors Jean Marlio (Français), président... » Jacques Barnaud figurait parmi les commissaires délégués. « Ultérieurement, il fut remplacé par André Guex comme représentant de Worms et Cie parmi les commissaires-délégués de la Compagnie centrale des prêts fonciers. A la veille de la guerre, les commissaires et commissaires délégués français appartenaient tous au groupe Lazard Frères. La maison Worms et Cie ne paraissait plus y avoir de représentant. »
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 3. De 1925 à 1940 (suite)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en novembre 1949.] « La société Le Portefeuille industriel, fondée en décembre 1924 pour l'achat et la souscription de tous titres, parts d'intérêts ou droits sociaux quels qu'ils soient, dans toutes les sociétés françaises ou étrangères, [est] une sorte de holding ayant comme principal objet la gestion du portefeuille de la famille Petsche, l'un des magnats de l'électricité, et à laquelle appartenait Maurice Petsche, l'homme d'État français. Le capital d'origine était d'un million en 1.000 actions de 1.000 F souscrites en espèces. Il fut porté à 4 millions en février 1925, à 4.500.000 F en avril suivant, à 5 millions en mai 1926 et à 6 millions en 1928. En août 1928, le siège social avait été transféré au 3, rue de Messine au siège de l'Union d'électricité, puis le capital fut porté à 7 millions en avril 1929, à 8 millions en février 1930, à 9 millions en décembre 1930 et à 10 millions en avril 1931. Le groupe Worms était intervenu dans cette dernière augmentation du capital. »

9-10 avril 1931
De la Gazette des tribunaux et des Petites affiches : Cession par la société Consortium de Paris à Worms & Cie d'un fonds de commerce de banque, sis 47, boulevard Haussmann.

23 avril 1931
Entre Worms & Cie, Cont. Tank Works et Int. Tank Works of Chicago : Memorandum agreement (PDF seul)

25 avril 1931
De Georges Benoit-Lévy : Visite du Trait

24 juin 1931
De Francis Ley, Banque Worms : [Extrait d'un historique sur la Banque Worms (1928-1978), daté du 10 avril 1978.] Société lyonnaise des eaux et de l'éclairage. « A l'assemblée générale du 24 juin 1931, M. Barnaud était désigné comme administrateur, poste qu'il occupa jusqu'en 1940. »

10 juillet 1931
La France durcit les droits d'entrée des marchandises sur son territoire et, par le décret du 10 juillet 1931, soumet les importations charbonnières à la délivrance d'autorisations préalables. Leur volume total ne devra pas excéder 25 millions de tonnes par an. Ainsi, le contingentement est rétabli.
Au ministre de la Marine marchande, Paris : [Extrait d'une lettre datée du 24 juin 1932.] « La politique que le gouvernement français semble avoir été obligé de pratiquer pour défendre les intérêts de nos producteurs et industriels, contre une concurrence dangereuse, a singulièrement aggravé les difficultés que nous rencontrions, de telle sorte que ce n'est plus la question du lien maritime avec Riga qui se trouve en cause mais bien celle de tout le trafic français en Baltique. Comme nous avons eu plusieurs fois l'occasion de le dire à vos services, cette politique des contingentements étendue aux bois de Baltique a porté un coup très dur à nos lignes de cette région. Plusieurs de nos vapeurs, - nous en avions eu jusqu'à 7 en ligne - ont été désarmés, ce qui rend bien plus difficile encore des escales dans les ports de Reval et de Riga. Nous ne pouvions, en effet, aller visiter ces ports, où on ne trouve, accidentellement d'ailleurs, que des appoints, qu'en profitant de ceux de nos navires qui, étant allés charger à Dantzig et/ou à Königsberg, avaient un vide correspondant à une offre émanant des ports baltes. Nous avions trouvé un palliatif en demandant de nous autoriser à prendre, hors contingent, et en qualité d'importateurs de charbon, quelques chargements de houille polonaise qui, à défaut de mieux, auraient pu nous aider à maintenir en ligne quelques vapeurs, au moins pendant un certain temps. Vous savez que, malgré votre précieux appui, dont nous vous sommes vivement reconnaissants, cette autorisation nous ayant été refusée, nous avons été obligés de désarmer quatre vapeurs. »

16 juillet 1931
Du président du tribunal civil de la Seine : Ordonnance de référé. « Le Consortium de Paris, sis à Paris, 47, boulevard Haussmann, a vendu à la société Worms et Cie dont le siège est à Paris, 45, boulevard Haussmann, le fonds de commerce de banque comprenant la clientèle, l'achalandage, la dénomination sociale et le droit au bail avec prise de possession fixée au 1er mars 1931. La société Worms a terminé à l'heure actuelle son emménagement. »

19 juillet 1931
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, Le Trait : Lancement du "Ville-de-Majunga", pour le compte de la Compagnie havraise péninsulaire de navigation.

21 juillet 1931
Du Journal officiel : Hypolite Worms est promu au grade de commandeur de la Légion d'honneur.

11 août 1931
De L'Ouest-Éclair : « Le cargo "Ville-de-Tamatave" est parti ce matin pour les Chantiers du Trait  où il subira des transformations. Les travaux dureront un mois. »

17 août 1931
Entre l'Etat - port de Toulon et Worms - ACSM : Marché de gré à gré.

18 août 1931
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, Le Trait : Lancement du sous-marin "Antiope", pour le compte de la Marine nationale.

19 août 1931
De La Dépêche de Rouen : Article du Lancement du sous-marin Antiope
Du Journal de Rouen : Article du Lancement du sous-marin Antiope

12 septembre 1931
Du journal Les Travaux Nord-Africains : Article sur la cité-jardin du Trait.

16 septembre 1931
De L'Ouest-Éclair : « Le lancement d'un navire ponton au Havre. Rouen, 15 septembre. Les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, au Trait, procéderont mercredi prochain à 15 heures [16 septembre], au lancement d'un ponton construit pour l'administration des Ponts et Chaussées. Ce bâtiment, qui sera le ponton d'embarcation du bac du Hode, aura le déplacement de 400 000 tonnes. Immédiatement après sa mise à l'eau il quittera les Chantiers du Trait et sera remorqué vers Rouen. »

21 septembre 1931
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en mars 1949.] L'assemblée du 21 septembre 1931 prorogea la durée de la Compagnie charbonnière de manutentions et de transports jusqu'au 1er octobre 2030, et modifia son titre en celui de CCMT - Compagnie charbonnière de manutentions et de transports.

Octobre 1931
Des Services maritimes : Transports de fer entre Caen et Bordeaux pour compte de la CGT.

21 octobre 1931
Faire-part de décès de Maurice-Jean Langevin, directeur honoraire de la Maison Worms & Cie.

29 octobre 1931
[Extrait d'un dossier, sans émetteur ni destinataire, daté du 22 mars 1941 et intitulé "Développement de la Banque Worms & Cie".] « L'assemblée générale extraordinaire du 29 octobre 1931 de la Compagnie havraise péninsulaire de navigation à vapeur a décidé la mise en dissolution anticipée de la société et sa mise en liquidation amiable. M. Paul Bosse, demeurant - 6, rue de Volnay, à Paris - a été désigné comme liquidateur amiable assisté d'un représentant des obligataires et d'un représentant des autres créanciers de la société. »

Novembre 1931
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Les débuts de M. Hypolite Worms (2ème du nom)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en mai 1948.] La Société d'escompte et de crédit assuré, ex-Compagnie de commerce et d'armement, après avoir changé une nouvelle fois son titre en Escompte-Crédit et Banque, est dissoute en novembre 1931, au moment des premières difficultés de la Banque nationale de crédit, qui contrôle son plus fort actionnaire, le Crédit foncier colonial et de banque, et dont le représentant au conseil d'administration est Paul Leroy.

5 novembre 1931
De Hypoite Worms : Le Trait. Discours devant L. de Chappedelaine, ministre de la Marine marchande.

13 novembre 1931
Au président du Conseil des ministres, Paris : « Le contingentement des charbons a pour but essentiel la sauvegarde des houillères françaises, mais il est permis de supposer que les Pouvoirs publics ont, en même temps, le désir et la préoccupation que cette mesure de restriction pèse le moins lourdement possible sur ceux qui, en France, sont appelés à en supporter les effets... Dès la promulgation du décret du 16 juillet, et sans que les intérêts français aient pu être utilement consultés, les producteurs allemands, hollandais, belges se voyaient attribuer la répartition des licences sur lesquelles la direction des Mines peut encore, par l'intermédiaire de l'administration des douanes, exercer un contrôle quantitatif, mais nullement qualitatif... Si les Pouvoirs publics veulent que [le contingentement] protège, avec le maximum d'efficacité, la production nationale, en lésant le moins possible ceux des consommateurs que cette production ne peut pas ravitailler ; si, comme il est permis de le supposer, les intérêts du contribuable français, en l'espèce le commerce et l'industrie du littoral, les préoccupent davantage que ceux des producteurs étrangers ; s'ils ont, enfin, le désir de placer ces derniers sur un pied d'égalité, il faut non pas qu'ils dessaisissent la direction des Mines des licences dont elle a encore le contrôle, mais que celle-ci récupère les prérogatives qui ont été abandonnées à la production étrangère. »

17 novembre 1931
Instruction générale pour l'application de la loi du 28 mars 1928 sur les droits de quai (en France, y compris Alger).

26 novembre 1931
Du Journal de la Marine Marchande : Article sur l'aide aux chantiers navals français.

17 décembre 1931
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Deuxième partie - Hypolite Worms (2e du nom)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en février 1949.] « Après le krach Homberg (1930), la Banque Lazard Frères, la Banque de l'Indochine et la société Worms et Cie ayant repris l'affaire, M. Worms en redevint administrateur, et sa nouvelle nomination fut ratifiée par l'assemblée du 17 décembre 1931. »
De Francis Ley, Banque Worms : [Extrait d'un historique sur la Banque Worms (1928-1978), daté du 10 avril 1978.] Après le krach du groupe Homberg durant la grande crise, Lazard Frères, Worms et Cie et la Banque de l'Indochine, sauvent la Société française d'entreprises de dragages et de travaux publics - SFEDTP, et en décembre 1931, M. Worms reprend la place qu'il occupa au conseil de 1925 à 1929 et la gardera sa vie durant. »

28 décembre 1931
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, Le Trait : Lancement du sous-marin "Amazone", pour le compte de la Marine nationale.

31 décembre 1931
De Worms & Cie Paris : Memorandum of agreement. Tarifs des charbons anglais pour Alger, Marseille, Port-Saïd, Le Havre, Rouen et Bordeaux. Est joint à ce document un contrat vierge [non daté] de fourniture de charbon gallois.
De Worms & Cie Marseille : Consignations - Transit. Échange de courriers avec Paris au sujet de la clôture de l'exercice.
Des ACSM : État des habitations du personnel.

Fin 1931
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Troisième partie - Filiales et participations - Chapitre 3. De 1925 à 1940", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en juillet 1949.] L'Omnium colonial. « L'exercice 1931 se solda par un déficit de plus de 11 millions, et la société dut entrer en liquidation volontaire à fin 1932. »

Conteneur

B-A

Informations portées sur les bordereaux d'archivage
(B-A = boîte archives)

W/164

814

Services maritimes : Transports - Trafics (1929-1947)
Échange de correspondance entre Le Havre et Paris à propos de la mise au point de contrats de transport (fret) de divers produits. Contrats. Produits transportés par cabotage national : ciments et tôles - 50 à 60.000 tonnes de Boulogne à [la Ninon] Brest ; fiche de renseignements fournis par la maison de Boulogne au Havre sur une cimenterie (maison Lavocat & Cie) boulonnaise. À propos du transport, concurrence affaiblie de la Compagnie nantaise de navigation à vapeur qui affrète des voiliers, lesquels manquent. Est évoquée la question de l'emprise des chalutiers sur le port, de la maison Mory et de son "parc à charbon". Le commerce local est "grignoté" par la pêche et pressé par les services réguliers de navigation du Southern Railway et de la Bennett Steamship.
Transport de tabacs (1931-1937). Des ports français sur Brême ; de Hongrie sur les ports français ; via Hambourg ; entre Bordeaux, Le Havre et Saint-Nazaire ; entre Rotterdam et Le Havre (400 tonnes) ; entre Hongrie, Anvers et Saint-Nazaire par la Société de navigation danubienne (250 tonnes en feuilles).

W/164

817

Worms & Cie Alexandrie
Correspondance et suivi des opérations (1921-1935).

W/186

923

Armement
Offres d'achat et vente de navires (1920-1952).

W/186

924

Armement
Vente de navires Worms & Cie (1925-1942).
Offres d'achat et projets de vente de divers navires (1925-1938). "Séphora", "Normanville", "Jumièges", "Château Larose", "La Mailleraye", "Listrac", "Cantenac", "Pontet Canet", ["Margana".]
Du CCAF : Circulaire sur le prix de vente des navires.

W/188

935

Compagnie générale transatlantique - CGT (1922-1939)
Worms & Cie Dantzig représente la CGT (1930-1939).
La CGT assure le trafic des Osseines, La Pallice et les Etats-Unis, via Le Havre. La Compagnie, qui alimente en marchandises la ligne Bordeaux-Le Havre exploitée par la Maison, supprime les départs de Bordeaux sur New York et le Pacifique Sud ; Worms & Cie perd de ce fait l'aliment que représentaient les transbordements dans le port girondin. Renseignements sur l'activité de transbordement à Rotterdam.
[Voir octobre 1931.]
Des Services maritimes : Rapprochement entre les Chargeurs réunis et la Compagnie générale transatlantique avec transfert de personnel d'une société à l'autre (1931-1937).
Worms & Cie Varsovie représente la CGT dont elle est l'agent.

W/188

936

Compagnie générale transatlantique - CGT
Dossier de base (1929-1932).
Renseignements sur la Compagnie générale transatlantique : Statuts, plaquettes annuelles, rapports d'activités et rapports techniques.

W/188

937

Compagnie générale transatlantique - CGT (1923-1943)
Renseignements sur la Compagnie.
Coupures de presse (1931-1933).

W/189

938

Compagnie nantaise de navigation à vapeur - CNNV (1922-1939)
Des Services maritimes : Concurrence - Compagnie nantaise de navigation à vapeur - CNNV. Projet d'entente faisant suite à l'accord élaboré en 1923. La Nantaise exploite des lignes sur l'Algérie (service pour lequel la Maison assure les manutentions à Dunkerque et à Boulogne), le Portugal, le Maroc et Londres (trafic de transbordement), Rouen, Nantes et la Pallice. Sa présence au Maroc ressort d'un accord conclu (juillet 1929) avec la Compagnie générale transatlantique.

W/189

940

Messageries maritimes - MM (1929-1946) ; Société nantaise de consignation et de gérance - SNCG ; Compagnie nantaise de navigation à vapeur - CNNV
Services maritimes : Messageries maritimes. Fonctionnement de l'agence de Dieppe (1931/1936-1937).

W/209

1039

Armement - Demandes d'embarquement (1929-1949)
Demandes d'embauche : matelots, timoniers, lieutenants, mécaniciens, officiers, élèves officiers, pilotins...

W/209

1042

Services charbons - Anthracites du Hongay (1931-1937)
Correspondance. De nombreuses lettres sont échangées avec J. Burness & Sons relativement à des transports de charbon par steamers depuis Camphra ou Hongay, en relation avec la Société française des charbonnages du Tonkin, vers les ports hexagonaux. « L'anthracite est un combustible de vente saisonnière s'adressant à une clientèle de détaillants. » En Égypte, il est employé exclusivement pour les moteurs à gaz pauvre, qui sont peu à peu remplacés par des moteurs à mazout. Le chargement des navires doit être organisé de telle sorte que les cargaisons puissent être débarquées dans les ports d'escale (Marseille...) et que le poids du bateau permette de remonter la Seine jusqu'à Rouen où le charbon est éventuellement transbordé sur des péniches expédiés à Paris.

W/210

1043

Services charbons - contrats divers (1913-1931)
De Worms & Cie Cardiff : Contrats de remorquage (1918-1931). Depuis 1914 environ, Worms & Cie, Chargeurs réunis, Havraise, Messageries... et selon les années, Sud Atlantique, Maurel Frères, Armateurs français...sont liés par contrat à la Maison J. Davies qui assure les opérations de remorquage dans le port de Cardiff.

W/214

1067

Direction générale des Services charbons : Office commercial français aux Pays-Bas
Notes et correspondance (1921-1935).
Rapports d'étude sur l'économie hollandaise (1928-1935).

W/222

1103

Services charbons - Divers (1920-1941)
Charbons de soute (1926-1939) : Soutes et charbonnages dans les différents ports. Le Havre, Grimsby, Bordeaux, Calais, Brest. Variations des stocks par année ; correspondance ; mais sans récapitulatifs. Jusqu'en novembre 1931. « Mory, maison que nous trouvons partout dans nos jambes, s'intéresse à tous les trafics, à toutes les destinations, vient s'installer au Havre où nous a enlevé une affaire importante. » Sous-traitance à Boulogne avec un concurrent de Mory : la Société de navigation et de charbonnage, très bonnes relations avec les armateurs français, offre des conditions intéressantes. Mory, grâce à ses relations avec les mines de Courrières, assure la quasi-totalité du trafic sur Dunkerque. Dégradation des relations avec cette société car il y a quelques années, la Maison Worms n'avait pas voulu s'intéresser au négoce charbonniers sur Boulogne pour ne pas gêner Mory. Les postes charbonniers à grand rendement sont l'apanage de Mory sur Boulogne. Possible d'y charger du charbon sans opérer au quai spécial et par conséquent sans être les mains de ce concurrent qui détient le monopole des appareils à grand rendement.
[Voir 13 novembre 1931.]

W/222

1104

Services charbons - Divers (1924-1957)
Rouen. Société des ciments d'Origny, Sainte Benoîte. Chargement des automoteurs en ciment vers Rouen et des charbons anglais au retour.

 

Retour aux archives de 1931