1960.00.00.Recueil d'informations.Janvier à décembre

Ce fichier a été établi par la saisie ou la numérisation de documents conservés chez Worms 1848 et consultables à partir de ce recueil en cliquant sur leurs intitulés (en bleu + soulignement). Les sources concernant l’année 1960 sont constituées :  De documents de toute nature émanant de la direction générale, des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime ainsi que de Worms Compagnie maritime et charbonnière, qui sont entreposés chez Locarchives, sous le code 11014, dans les conteneurs : W/162 à W/227 et W/236 à W/252. Les dossiers, dans lesquels ces pièces se trouvent, ont été archivés "tels quels" par les divers services qui les ont produits. Classés par objet et non par date, ils couvrent – ensemble – une période allant de la fin du 19ème siècle au début des années 1960. Les archives les plus significatives extraites de cette série sont inventoriées ci-après dans une notice indiquant leurs coordonnées chez Locarchives. Les témoignages relatifs au département bancaire proviennent le plus souvent du secrétariat général et de la direction de Worms & Cie, d’une part, et d’extraits de livres ou d’études, d’autre part. Rares sont en effet les archives émanant directement de ces Services ; la raison en est que la Banque Worms, lors de sa nationalisation en 1982, a repris la totalité de ses dossiers (y compris les plus anciens) et les conserve, depuis, indépendamment de la Maison Worms.

[Inventaire chronologique des archives numérisées et des renseignements ou extraits collectés dans les copies de lettres et les dossiers :]

Années 1960

De Pierre Darredeau : [Extrait d’une note datée du 21 octobre 1977]. Services maritimes. « Après 1960, nous avons petit à petit cessé les exploitations [en Europe du Nord] qui n'étaient plus rentables, malgré les manutentions qu'elles apportaient à nos succursales. La ligne d'Allemagne fut prolongée dans le temps, grâce à la location que nous faisait l'Argo Reederei, notre partenaire sur cette ligne depuis les années 30, d'un de ses navires… Pour en revenir aux lignes régulières, les événements, en Tunisie d'abord, avec l'indépendance [1957], la création de la Compagnie tunisienne de navigation, dont le commandant Hallé a tiré le maximum, en obtenant sa représentation et une sorte d'exploitation très liée, en Algérie ensuite, avec la chute du trafic à la suite de l'indépendance [1962] et, malgré les accords passés avec la Compagnie nationale algérienne, tous ces événements nous ont contraints à nous retirer peu à peu de ces lignes sur lesquelles nous étions dans ce secteur et à vendre à la Cotunav, par exemple, notre "Château-Petrus" [1960]. À signaler, une tentative sur la mer Rouge [février 1964], la ligne étant reprise par la NCHP, à qui nous avons cédé notre "Château-Lafite". Il nous a donc fallu nous orienter de plus en plus vers la consignation pour fournir une activité de remplacement à nos succursales, qui avaient déjà de belles représentations d'armateurs dans différents ports, ce qui ne suffisait cependant pas, d'autant que les manutentions, qui avaient été le secteur le plus rentable, le devenaient de moins en moins. En outre, nous nous étions sentis moralement obligés, après les événements d'Égypte [1956], de Tunisie, d'Algérie, de reclasser en France essentiellement, tous ceux de notre personnel qui étaient revenus de ces différents pays… Les consignations ont progressé entre les années 60 et 70, les principales me paraissant être la NYK, et les Car-ferries. Elles ont encore progressé davantage par la suite. Dans la première période, il y a eu, en même temps, une concentration inévitable des manutentions dans chaque port. Nous nous sommes efforcés, en outre, de développer nos activités de voyages, de magasinage (Eurotransit, Satema devenue Satma) et de transports routiers, cette dernière comme la précédente, étant, en réalité nouvelle pour nous, d'où les difficultés de début. Le routier, en particulier, mais le reste aussi, se sont beaucoup développées par la suite. Cette recherche de compensations et aussi de développements nouveaux, de même que la perte de certaines activités antérieures, ont eu pour conséquences la création de succursales ou de filiales, ou simplement d'agences, mais aussi en contrepartie, la disparition de certaines autres… Lors de la baisse du trafic entre la France d'une part, l'Algérie et la Tunisie d'autre part, nous avons, le commandant Hallé en prenant l'initiative, créé avec nos amis de Castro, la Comesmar, en Italie, et inclus des escales à Gênes dans nos itinéraires. Nous avons, après l'affaire de 1956 en Égypte, créé une filiale, la Semco, pour essayer de survivre là-bas.

À Marseille, nous avons agi en créant une filiale de manutention avec la Cotunav. À Lyon, nous avons ouvert une agence pour le commercial et avons créé en même temps, une agence de voyages et nous avons fait de même à Tours. Des accords avec l'agence maritime Pommé, à Port-de-Bouc, nous ont permis d'y avoir notre filiale de la Compagnie auxiliaire maritime… À Caen, il y a eu création de la Société de gérance et de navigation, Sogena, qui a remplacé notre succursale d'avant-guerre. À Cherbourg, nous avons créé, lors de la mise en service des car-ferries Thoresen, sur Southampton, le Havre est Cherbourg, l'Agence maritime cherbourgeoise, en association, dans ce port, avec la Scac, qui nous y représentait. Les car-ferries ont commencé en 1964. Pour la Belgique, on note la création d'Euro Shipping, ce qui conduit à rappeler les intérêts pris par nous dans la Belgian Bunkering & Stevedoring. En Allemagne, à signaler la création de Worms & Cie maritime et charbonnière GMBH (commissariat d'avaries). Pour l'Espagne, il convient de faire état des escales faites à Valence, quelque temps, par nos navires de la ligne nord-Algérie, pour essayer d'y enlever des primeurs. De même, il y a eu des tournés de nos navires en Méditerranée, à Barcelone. En ce qui concerne la Hollande, la création d'Interzee Scheepvaartmaatschappij BV à Rotterdam [est en mettre en liens avec] la prise de participation, après la guerre, de Worms dans Manufrance, création commune à l'Atic… dont nous-mêmes, la Sanara (Société fluviale française sur le Rhin), etc. Une autre filiale fut créée, l'Ovet, groupant à peu près les mêmes et émanation de Manufrance. »

 

1960

De Worms Compagnie maritime et charbonnière : [Extrait d’une fiche sur la société Lebègue de Bourdelière, classée au 31 décembre 1961.] Avance à M. Grédy de 2 actions. Valeur nette chez Worms & Cie : 125.000 F correspondant à 98 actions. Apport à Worms CMC pour un prix de revient de 1.312.000 F.

D'une publication (titre non précisé) sur la construction navale : [Le texte est illustré par 5 photographies dont celle du "Gypsum-Countess", transport de gypse de 10.677 tonnes de port en lourd, construit par les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime pour la Panama Gypsam Cy (Panama) et celle du "Yainville", minéralier de 3.600 tonnes de port en lourd, construit par les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime pour la Compagnie Worms.

Des Services bancaires : Augmentation de capital de la Société du Louvre (magasins, exploitation hôtelière, immobilier) et du Lutetia (hôtel).

Par le Ciave (société d'études et de mise en place de financements de grands ensembles industriels à l'étranger), Worms participe à la réalisation d'une raffinerie de pétrole à Cavite Rosario, aux Philippines (11.000.000 $).

Du Ciave : [Extrait d'une plaquette de présentation des réalisations depuis 1951, document non daté et classé en 1970.] Philippines : Filoil Refinery Corp. = raffinerie de pétrole (à Cavité, Rosario) ; principaux promoteurs et actionnaires : Gulf Oil Corp. Pittsburgh ; entreprise générale ou principaux fournisseurs : Procofrance ; montant : US $ 11.000.000.

Argentine : Sté Genaro Grasso = usine de Tubes ; principaux promoteurs et actionnaires : Sté Genaro Grasso ; entreprise générale ou principaux fournisseurs : Damiron ; montant : US $ 4.000.000.

 

De Roger Mennevée : [Extrait d’un article intitulé "Les grandes banques privées françaises - La banque Worms & Cie - Ses modifications internes depuis 1959 à 1962", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d’informations internationales, en mars 1963. Voir également l’article de Roger Mennevée, paru en mars 1965.] Relevé des opérations effectuées par les Services bancaires : a) Créations de filiales, prises ou augmentations de participations, opérations internationales :

  • Worms et Cie (Maroc) : concentration en janvier sous ce titre des intérêts Worms au Maroc et du département bancaire du Crédit marocain, au capital de 250 millions de francs marocains.
  • Port charbonnier de Paris : participation à cette création par l'intermédiaire de sa filiale dite Compagnie française Powell-Duffryn SA.
  • Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : augmentation du capital à 6 millions NF de cette filiale. Henri Nitot, directeur général prenant sa retraite, est remplacé par Joseph Brocard, précédemment directeur général adjoint.
  • Société française pour favoriser la décentralisation industrielle : participation à la création - avec la Banque générale industrielle La Hénin - de cette société au capital de 300.000 NF.
  • Méthane-Transport : Worms et Cie fonde cette société au capital de 2.600.000 NF avec la Banque de Paris et des Pays-Bas, la Banque industrielle de l'Afrique du Nord, Vernes et Cie et diverses autres sociétés. Robert Labbé, associé-gérant de Worms et Cie en est président-directeur général.
  • Le Portefeuille-Investissements : le capital de cette filiale de Worms, dont Jacques Barnaud était président-directeur général, est porté en avril de 20 à 25 millions NF par actions d'apports destinées à rémunérer divers apports de titres de placements et de bons du trésor. Ceux faits par Worms et Cie se sont élevés à 1.279.570 NF et ont été rémunérés par 6.193 actions nouvelles de 100 NF, ce qui, avec les 138.356 actions reçues au moment de la création de la société en septembre 1958, portait le nombre de titres possédés par Worms et Cie à 144.549 actions. Puis, en août, le capital était porté à 27.500.000 NF toujours par la création d'actions d'apports dont Worms et Cie reçut 5.000, ce qui portait à 149.549 actions le nombre de titres possédés par la banque.
  • Société auxiliaire de gestion immobilière et mobilière (Socagim) : participation à la création de cette société de gestion de portefeuilles par l'intermédiaire de ses filiales dites Compagnie générale des transports en Afrique, Ateliers de constructions mécaniques et d'outillage (Acmo) et Société mobilière et immobilière de l'Afrique Noire, (Somian). L’Acmo siège au conseil de la Socagim.
  • Banque Hoskier : Guy Brocard, directeur général de Worms et Cie, est nommé (avril) président de cette banque, dont il était déjà administrateur, en remplacement de René Favre-Gilly, décédé. Des modifications importantes interviendront par la suite dans cette banque sous la direction de Worms et Cie qui en avait pris le contrôle. En effet, la banque Hoskier devait fusionner quelques mois après avec une autre filiale indirecte du groupe Worms et Cie, la Société métropolitaine de financement et de banque (Sofibanque), sous le titre de Sofibanque-Hoskier.
  • Société métropolitaine de gestion : précisément, par l'intermédiaire de la Société métropolitaine de financement et de banque, Worms et Cie avait participé à la Société métropolitaine de gestion au capital d'un million de NF, au conseil de laquelle le groupe était représenté par Guy Erwyn Marin et Pierre Marbet.
  • Société pétrochimique de l'Atlantique : participation à la création de cette société anonyme fondée par Socantar et Progil, mais en réalité avec le groupe "Worms-Pechelbronn". Officiellement, Worms et Cie ne détenait que 5% du capital, mais il suffit de connaître ses liens avec les autres fondateurs pour comprendre que, dans la réalité, il en était autrement. A cette constitution intervenait, indirectement, la Standard Oil Of California par l'intermédiaire de sa filiale Oronite Chemical Corporation, opérant elle-même, sous le couvert de sa filiale suisse California Chemical SA[1]. Mais sous la forme d'une nouvelle société française, sous le nom de "Californie-Atlantic", qui fut créée en avril au capital de 4.500.000 NF, porté en août à 7 millions de NF, Worms et Cie fut appelée au premier conseil d'administration de la Société pétrochimique de l'Atlantique.
  • Salamander-France : en mai, participe à la constitution en France de cette société franco-allemande de chaussures-cuir. Worms et Cie est représentée au conseil d'administration par Patrice de Corgnol qui est directeur à la banque.
  • Lloyd de France-Vie : le groupe d'assurances, plus ou moins contrôlé par Worms et Cie (La Préservatrice, La Foncière) est intervenu dans les sociétés du Lloyd de France, et Guy Taittinger, déjà cité, et Marcel Henry, administrateur-directeur général de la Préservatrice-Vie et directeur général de la Préservatrice-Accidents sont devenus administrateurs du Lloyd de France-Vie.
  • Omnium marocain d'investissement - (Omi) : création en novembre 1960, avec le Groupe financier et commercial (filiale de la banque Vernes et Cie) et les Mines de Zellidja, de cette Société au capital de 500 millions de francs marocains. La filiale Worms et Cie (Maroc), le Groupe financier et commercial du Maghreb, et les Mines de Zellidja composaient le premier conseil où l'on trouve - es-qualité - certains personnages mêlés depuis (ou alors) à des affaires délicates, mais qui, quoique privées, ont défrayé la grande presse quotidienne.
  • La Foncière Transports : Worms et Cie, déjà intéressée au groupe d'assurances La Foncière, au conseil duquel il était représenté par Guy Taittinger, a participé à la réorganisation du groupe tendant à la centralisation des diverses sociétés de risques de La Foncière, décidée par les assemblées générales de Novembre et spécialement celle de La Foncière Transports. Regrettons à cette occasion, que La Foncière Transports ait cru devoir démolir l'hôtel particulier qu'elle possédait, place de la Bourse à Paris, pour y substituer - par modification - un building "moderne" dont nous n'aurons pas la cruauté de qualifier l'aspect artistique.
  • Le groupe Hôtel du Louvre : ce groupe comprenant les Grands Magasins du Louvre, l'Hôtel du Louvre, le Grand Hôtel Lutétia et quelques sociétés annexes, relève de Worms et Cie et de la famille Taittinger. Le Grand Hôtel de la rive gauche Lutétia a procédé, en octobre, à l'augmentation de son capital de 4.222.500 NF à 5.911.500 NF par l'émission à 195 NF de 16.890 actions nouvelles de 100 NF. D'autre part, la Société d'expansion hôtelière Louvre a décidé, le 24 novembre, de porter son capital de 900.000 NF à 1.800.000 NF et l'assemblée générale dudit jour a, en même temps, coopté trois nouveaux administrateurs dont la société Le Portefeuille industriel, filiale de Worms et Cie. Précisons, en outre, que Worms et Cie était scrutateur aux assemblées générales de la Société du Louvre au conseil de laquelle elle était représentée par Raimond Meynial, Henri Goudchaux et le Consortium industriel et financier.
  • Worms Compagnie maritime et charbonnière : fin 1960, Worms et Cie a fait apport à sa filiale, Worms Compagnie maritime et charbonnière, de titres de diverses sociétés moyennant l'attribution de 4.852 actions de 100 NF, entièrement libérées à valoir sur une augmentation de capital (pour porter ce capital de 12.500.000 NF à 15.985.200 NF) et dont les 30.000 autres nouvelles furent souscrites en espèces par le groupe familial et commercial Worms.
  • Société franco-espagnole de distribution de produits pétroliers : constituée en société française en août 1960, par la société anonyme Compania Espagnola de Petroleos de Madrid, en association avec la filiale de Worms et Cie dite Entreprises Albert Cochery, sous forme de société à responsabilité limitée au capital de 100.000 NF, les deux sociétés fondatrices étant co-gérantes.
  • El Paso France-Afrique SA : Worms et Cie a participé, en mai 1960, à la formation de cette société au capital d'un million de NF, filiale française de la Compagnie El Paso Natural Gas Products américaine, qui avait pour but d'étudier les possibilités dans le domaine de la pétrochimie en France métropolitaine, ainsi que l'utilisation des hydrocarbures du Sahara. Les autres actionnaires de la nouvelle société française étaient le Crédit lyonnais et la banque de Rothschild Frères. Worms et Cie figurait au premier conseil d'administration en même temps que Rothschild et A. de Rivoyre, représentant le Crédit lyonnais. Les cinq autres administrateurs, dont le président-directeur général, Richard Klehe, étaient les représentants du groupe américain, ainsi que le directeur général adjoint et le directeur commercial.

b) Augmentations de capital : Société nouvelle A. Godde Bedin ; Lorymer-Red-Hand (société Lory) ; Entreprises Albert Cochery ; Société générale de matières grasses ; Arjomari ; Le Louvre (par répartition de réserves) ; Maison Bréguet, espèces (juin), répartition (octobre) ; Le Portefeuille-Investissement ; Établissements Luchaire (par répartition de réserves) ; La Réunion française (assurances) ; Établissements V. Q. Petersen et Cie : Introduction à la bourse des 160.000 actions de 5.000 F CFA composant le capital de cette société sénégalaise, le 8 juin 1960, à la cote des agents de change de Paris, appartenant au groupe Worms et particulièrement intéressée à la filiale Le Portefeuille-Investissement. Il n'apparaît pas que les conditions de cotation aient rencontré une approbation unanime. Société commerciale et industrielle de la Côte d'Afrique (échanges d'actions) ; Société industrielle pour la fabrication des antibiotiques ; Chemins de fer du Nord ; Société de développement régional du Sud-Est ; Kléber-Colombes ; Forges et Ateliers du Creusot ; Compagnie française d'investissements immobiliers et de gestion ; etc. Association presbytérale de Lyon (Service des titres), Progil (obligations), Ateliers de montages électriques (AME) (obligations), Crédit naval (obligations), etc. »

 

Début de 1960
De Roger Mennevée : [Extrait d’un article intitulé "Les grandes banques privées françaises - La banque Worms & Cie - Ses modifications internes depuis 1959 à 1962", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d’informations internationales, en mars 1963.] « Au début de l'année 1960, Marguerite Viviane Worms, fille de M. et Mme Hypolite Worms, qui avait épousé, en premières noces, le 20 avril 1935, à Saint-Jean-Cap-Ferrat, Robert Clive, fils de l'ambassadeur d'Angleterre au Japon, et dont elle avait divorcé, a épousé en secondes noces, Raymond Émile Louis Roche, directeur de sociétés. »

4-5 janvier 1960
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Augmentation de capital. Traité d'apport (30 novembre 1959) - assemblée générale extraordinaire de la société en date du 12 décembre 1959 (avec en annexes le procès-verbal du conseil d’administration du 26 novembre 1959, la liste des biens immobiliers et mobiliers apportés avec leurs valeurs respectives, créances, origine de propriété…), assemblée générale extraordinaire en date du 28 décembre 1959.

11 janvier 1960
De Robert Malingre, à Robert Labbé, Paris : « L'insertion à publier et relative à l'apport fait par Worms et Cie à la société des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime doit indiquer que les immeubles apportés ont été évalués 190.851.259 F et que la créance également comprise dans l'apport s'élève à 209.148.741 F, soit au total 400 millions, contre une augmentation de capital de 250 millions… Je signale que la question a déjà été envisagée et résolue par la négative lors de l'augmentation de capital du 29 septembre 1952 ; mais à cette époque l'apport avait été évalué à 821 millions contre une augmentation de capital de 250 millions seulement, alors qu'actuellement la disproportion des chiffres est moins grande. »

12 janvier 1960
D’Hypolite Worms, au personnel de Worms & Cie : Discours de remerciement prononcé à l’occasion du cinquantenaire de son entrée dans la Maison (1909).

14 janvier 1960
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : Conseil d’administration. Entrée en service du "Normanville", vente du "Barsac". Relations avec la Compagnie tunisienne de navigation - Cotunav. Fusion entre Le Transit saharien et la Société commerciale de transports aériens, maritimes et terrestres - SCTR. Baisse des exportations de charbon sur l'Algérie à partir de 1958 (- 50% en 1959). Emprunt au Crédit national. Augmentation des ventes de butane et de propane. Accord avec Antargaz et Antar. Extension des opérations commerciales à Marseille grâce à une entente avec la Société commerciale d’affrètements et de combustibles - Scac, et par la constitution d'une société, la SARL des combustibles Gilly - Socogilly, dont l'objet est le commerce de combustibles pétroliers et de toutes sortes, dont Worms CMC et Scac détiennent chacune 50%.
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : [Extrait d’un tableau intitulé "Participations au 31 décembre 1961".] Entrée au capital de la SARL Société des combustibles Gilly - Socogilly, située à Marseille et spécialisée dans le négoce des combustibles.
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : [Extrait d’un tableau intitulé "Participations au 31 décembre 1961".] Prise ou augmentation de la participation dans la SA Société commerciale d’affrètements et de combustibles - Scac, spécialisée dans l’affrètement, le transit et le négoce de combustibles et de matériaux. [Voir 1947 et 1958.]

15 janvier 1960
De Me Jean Chalain, notaire, Paris : Société anonyme des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime. Acte d’apport du 30 novembre 1959 et résolutions des assemblées générales extraordinaires des 12 et 28 décembre 1959, portant le capital de 350 millions de NF à 600 millions de NF.

19 janvier 1969
Du journal d’annonces judiciaires et légales, Les Petites Annonces : Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime. Insertion. Apport de Worms & Cie et augmentation de capital. [Un avis a également été inséré dans Les Affiches de Normandie le 26 janvier 1960 ; il est conservé à cette date dans la boite archives : 1960.]

20 janvier 1960
De Roger Mennevée : [Extrait d’un article intitulé "Les grandes banques privées françaises - La banque Worms & Cie - Ses modifications internes depuis 1959 à 1962", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d’informations internationales, en mars 1963.] « Aucune modification n'intervint dans [la] répartition du capital jusqu'au 20 janvier 1960, date à laquelle les associés-gérants cédèrent à Pierre Ernest Herrenschmidt une partie de leurs droits sociaux de 40.000 nouveaux francs (4 millions de francs anciens) soit 1/3% du capital social ; à raison de 24.000 NF par Hypolite Worms, 4.600 NF par M. Barnaud, 8.200 NF par Robert Labbé et 3.200 NF par Raymond Meynial, et au prix de 111.123 NF à M. Worms, 21.151 NF à M. Barnaud, 37.713 NF à M. Labbé et 14.773 NF à M. Meynial soit à raison de 463,50% en chiffres ronds. De ce fait, M. Herrenschmidt devenait associé-gérant de Worms et Cie. Pierre-Ernest Herrenschmidt était né à paris le 15 février 1906… [Carrière.] Il avait épousé le 20 avril 1934, Christine Gensoul, fille de l'amiral Gensoul, ce qui fait mieux comprendre son entrée chez Worms sous les doubles auspices de Jacques Barnaud, fils lui-même de l'amiral du même nom [?], et de ses "anciens" à l'École des sciences politiques, Robert Labbé et Raymond Meynial. A la suite de cette modification, le capital de Worms et Cie, resté au nominal de 1.200 millions d'anciens francs (soit NF 12 millions) était réparti (en NF) comme suit :… En même temps, diverses modifications étaient apportées aux statuts sociaux. » [Versement par les associés de sommes et valeurs à la société] ; « prélèvement de 10% pour constituer un fonds de réserve jusqu'à 10% du capital ; répartition du surplus des bénéfices distribuables entre les associés… Les pouvoirs des gérants furent également à nouveau précisés, la voix de M. Hypolite Worms restant toujours prépondérante le cas échéant… A cette époque, les divers "départements" de Worms et Cie étaient dirigés, en dehors des associés-gérants, comme il suit :… »
De Worms & Cie : Circulaire [datée de janvier 1960]. « Nous avons l’honneur de vous informer que M. Pierre Herrenschmidt est entré comme associé dans notre Maison à la date du 20 janvier courant. »

26 janvier 1960
De Worms & Cie : Circulaire. Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime. Remplacement d’Henri Nitot, directeur général de la société, suite à son désir de prendre sa retraite, par Joseph Brocard, précédemment directeur général adjoint.
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Extrait du PV du conseil d'administration.

30 janvier 1960
De Worms, Compagnie maritime et charbonnière - Tours : Exemple de facture émise par le service mazout.

5 février-29 juin 1960
Des services financiers, à Guy Brocard : [Extrait d’une note du 23 mars 1961.] Plus-values 1959 à réinvestir. Achats d’actions Decentrex (5 février 1960), Sofet (11 juin 1960), NCIP (24 juin 1960), et actions d’apport Le Portefeuille-Investissements (2 avril 1960/28-29 juin 1960).

12 février-mars 1960
Du commandant Yves Sellier : [Extrait d’un témoignage (non daté) classé au 16 janvier 1987.] « Le "Château-Petrus" a été vendu à la Compagnie tunisienne de navigation - Cotunav sous le nom de "Carthage" et un commandant détaché en mission de notre compagnie le commanda sous ce nom et sous ce pavillon tunisien pendant une période assez longue après sa vente. » [Vente effectuée le 12 février 1960 d’après un document sur l’évolution de la flotte, daté du 31 décembre 1963.]

16 mars 1960
De Worms & Cie - siège social : Le Portefeuille-Investissements. Relevé des actions détenues : 5.815 à ce jour.

25 mars 1960
De Roger Mennevée : [Extrait d’un intitulé "Les transformations de la banque Worms & Cie - Son activité en 1963", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d’informations internationales, en mars 1965.] Le Portefeuille algérien. « Cette société, filiale algérienne du Portefeuille Investissements - elle-même filiale directe de Worms et Cie a… été créée à Alger le 25 mars 1960, au capital de 10.000 F, porté en octobre suivant à 250.000 F, en 2.500 actions de 100 F. Le conseil d'administration, au moment du transfert du siège social à Paris était composé de M. Pierre Lelièvre, à Alger, M. Guy Brocard et Robert Dubost à Paris, tous trois représentant Worms et Cie. »

Avril 1960
Worms se trouve parmi les fondateurs de la Société pétrochimique de l'Atlantique, fondée par des sociétés de son groupe, Socantar et Progil.

1er avril 1960
A Worms & Cie Marseille - Services bancaires : Acte du 20 janvier 1960 - Entrée de Pierre Herrenschmidt. « Pour être clairs et complets, nous avons préféré établir un nouveau texte in-extenso et à jour de nos statuts, à la suite de l'entrée le 20 janvier écoulé de M. Pierre Herrenschmidt, comme associé-gérant. »

23 avril 1960
De la Société française des transports pétroliers : Discours à l’occasion du lancement du “Béarn“, La Ciotat. « Crise qui frappe déjà depuis 4 ans les flottes pétrolières. »

26 avril 1960
De Worms CMC : [Extrait d’un tableau du 31 décembre 1960 sur le matériel naval.] Mise en service du "Château-Margaux".
Mise en service du "Château-Margaux", ex "Fanny-Scarlett", construit, en 1958, par Nordenwerft Koser & Meyer (Hambourg). [Voir, au sujet de cette unité, une note de Pierre Darredeau du 21 octobre 1977.]
"Château-Margaux" : Iconographie.

28 avril 1960
D’un journal de Fécamp : Article intitulé "Voici le nouveau Château-Margaux". « Ancien danois "Fanny-Scarlett", voici le "Château-Margaux", de l'armement Worms, au quai de La Réunion. Ce navire qui est destiné au trafic métropole-Algérie, va recevoir huit cuves à vin, actuellement en finition, d'une contenance de 5.500 hectolitres. Son premier voyage est prévu pour le 7 mai. »

2 mai 1960
"Fanny-Scarlett", cargo acheté à Norderwerft Koser & Meyer par Worms CMC, est rebaptisé "Château-Margaux".
Du commandant Yves Sellier : [Extrait d’un témoignage (non daté) classé au 16 janvier 1987.] Comme "Château-Latour", "Château-Margaux" est affecté à la ligne Anvers-Le Havre-Algérie.

29 mai 1960
De R.Pellevilain, à M. Romet, directeur, Worms CMC Bayonne : « II est possible qu'au point de vue "charbons" l'ensemble de la succursale soit en régression de tonnage…, mais en se penchant sur les chiffres vous constaterez que dans la branche qui me concerne, le tonnage manipulé ou vendu depuis 18 mois est plutôt en augmentation qu'en diminution, et que vous y avez ajouté ou consolidé des activités annexes, ceci avec une certaine réduction d'effectif, d'où la nécessité pour moi d'une surveillance ou d'un contrôle plus actif, d'autant plus que les valeurs qualitatives ne sont plus les mêmes. Quant aux manutentions maritimes les chiffres parlent d'eux-mêmes, à tel point que vous avez dû augmenter votre effectif au bureau central, et il va de soi que si le travail augmente dans les services internes, c'est que par voie de conséquence celui de l'extérieur a été plus important. »

31 mai 1960
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : Conseil d’administration. Entrée de M. Herrenschmidt au conseil d'administration. Vente du "Château-Petrus" le 12 février 1960 à Cotunav ; acquisition du "Château-Margaux" le 26 avril 1960. Accord avec la société Sintès, à Alger, pour la prise de participation dans cette société. À l'issue de la fusion du Transit saharien avec la Société commerciale de transports aériens, maritimes et terrestres - SCTR, Worms CMC détient 50% de cette dernière. Accords de concentration à Nantes et à Bordeaux : projet de prendre 12,5% dans la Compagnie des combustibles de la Basse-Loire, Socobal, projet de prendre 12,65% dans la Société bordelaise d’agglomération, SBA (société à créer), et projet de prendre une participation de 50% dans la Société bordelaise de distribution.
De James Burness & Sons, Londres, à Raymond Meynial : Encaissement des droits de passage du canal par James Burness & Sons pour le compte de Worms & Cie. « The sum now due to you in this connection amounts to a total of £260,000 and it has been agreed that this should be repaid to you over a period of 5 years by the following instalments:... »

2 juin 1960
De James Burness & Sons, Londres, à Raymond Meynial : Encaissement des droits de passage du canal par James Burness & Sons pour le compte de Worms & Cie.

3 juin 1960
De James Burness & Sons, Londres, à Raymond Meynial : Encaissement des droits de passage du canal par James Burness & Sons pour le compte de Worms & Cie. « A credit of £288,811.18.6d. had been held in suspense in our books which arose as a result of accumulated balances being the differences between sums received from various Shipping Companies as payment for Suez Canal Dues and disbursements between 1952 and 1956 and sums paid to the Suez Canal Company in London. This money was collected by us in the name of Worms et Cie., Port Said, who were then a branch office of Worms et Cie., Paris, but later Worms et Cie, Port Said, ceased to be a branch of Worms et Cie., Paris. This money was held in our own banking accounts in suspense depending upon clarification as to how much of it belonged to us and how much to Worms et Cie., Paris. At a recent meeting in Paris in order to clarify the position, it was agreed that £28,811.18.6d. properly belonged to James Burness & Sons Ltd. for work undertaken by them and that the balance represented the amount due by James Burness & Sons Ltd. to Worms et Cie., Paris. »

20 juin 1960
De la Société de combustibles de la Basse-Loire - Socobal, à Worms CMC Nantes : « La fusion de nos sociétés en Socobal provoque des mutations de personnel de chacune de nos sociétés vers Socobal ou Sédico. »
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : [Extrait d’un tableau intitulé "Participations au 31 décembre 1961".] Entrée au capital de la SARL Société de combustibles de la Basse Loire - Socobal, située à Nantes et spécialisée dans le négoce de charbons. (Le bénéfice de Socobal va à l’Association en participation nantaise.)

25 juin 1960
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : Conseil d'administration à l'assemblée générale. Services maritimes : au 31 décembre 1958, la société possédait une flotte de 14 navires ; livraison en février 1959 du "Léoville" et en juin 1959 du "Normanville" ; vente du "Barsac". Fin 1959, la flotte devrait compter 15 navires. Au premier trimestre 1959, vente par Worms & Cie du "Château-Larose" ; commande au 31 décembre 1959 de deux navires : un minéralier charbonnier du type "Caudebec", livrable par les Ateliers et Chantiers de la Seine maritime, dans le courant 1961, et d'un minéralier gros-porteur en copropriété avec l’Union navale, livrable en 1963. Projet de vente de cinq navires déjà désarmés : "Cantenac", "Cérons","Fronsac", "Château-Palmer", "Château-Lafite".

15 août 1960
De Worms CMC : Matériel naval. Amortissements. Autorisations maximum. "Cérons", "Château-Lafite", "Château-Palmer", "Fronsac", "Jumièges", "Sauternes", "Cantenac", "Château-Latour", "Pomerol", "Château-Yquem", "Caudebec", "Médoc", "Léoville", "Normanville", "Château-Margaux" + cargo ACSM et minéralier.

27 août-25 octobre 1960
De Worms CMC : [Extrait d’une note du 6 février 1961 sur les ventes de navires.] Vente du "Château-Palmer" à Bombay Shipping Cy (Bombay), navire livré le 25 octobre 1960 à Marseille. [Vente effectuée le 27 août 1960 d’après un document sur l’évolution de la flotte, daté du 31 décembre 1963.]

20 septembre 1960-25 novembre 1960
De Worms CMC : [Extrait d’une note du 6 février 1961 sur les ventes de navires.] Vente du "Cantenac". [Vente effectuée le 20 septembre 1960 à Gazoéan d’après un document sur l’évolution de la flotte, daté du 31 décembre 1963.]

23 septembre 1960
De Worms CMC : Vente du "Fronsac" à The Tunnel Portland Cement & C° Ltd (Londres) d’après un document sur l’évolution de la flotte, daté du 31 décembre 1963.

3 novembre 1960
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : Conseil d’administration. Augmentation de capital par apports en numéraire et en nature et par fusion de sociétés. Approbation de l'apport de parts et participations, consenti par Worms & Cie, dans les sociétés : Sérac (société charbonnière au Havre), Société marseillaise de manutention et de transport - SMMT, Société nantaise de consignation et de gérance - SNCG, Unef, Charbonnière dunkerquoise, Établissements Trautmann Strasbourg, Worms & Cie Anvers (4.500 parts) ; approbation de l'acquisition de participations dans différentes sociétés nécessitant une augmentation de capital de 3.000.000 F ; projet d'absorption de la Société d’approvisionnement en combustibles gazeux - SACG, rémunérée par l'attribution de 5.148 actions de 100 F ; modification de l'article 7 des statuts sous réserve de l'approbation de l'assemblée générale. [Voir le 21 novembre 1960.] Crédit naval. Vente des "Cantenac", "Château-Palmer" et "Fronsac". Accord projeté avec la société Delmas Vieljeux pour les opérations charbonnières dans la région parisienne et rouennaise, réunion des activités des deux sociétés. Accord avec la Compagnie française de raffinage - CFR pour regrouper les activités de marché de gros et de détail du pétrole, création d'une société à Paris.

10 novembre 1960
Entre Worms & Cie et Worms Compagnie maritime et charbonnière : Traité d’apport par Worms & Cie de parts dans les sociétés Sérac (Paris), Lebègue de Bourdelière et Cie (Angoulême), Établissements Trautmann et Cie (Strasbourg), Société d'approvisionnement pour le chauffage central (Saint-Germain-en-Laye), Compagnie charbonnière Walter et Williams (Bordeaux), Société civile immobilière Châteaudun-Lafayette (Paris), Société des anciens établissements Bichet (Le Havre), le Consortium maritime tunisien (Tunis), la Société de transports par containers - Sotranco - (Paris), la Compagnie maritime de la mer Rouge (Paris), l’Union des remorqueurs de l'océan (Paris), la Société boulonnaise de pointage (Boulogne-sur-Mer), la Société civile immobilière Jason (Paris). Valeur totale des biens apportés : 679.280 NF. Entrée en propriété et en jouissance : 1er octobre 1960. « Les apports, nets de tout passif, sont consentis et acceptés moyennant l'attribution à Worms & Cie, apporteur, de 4.852 actions de 100 NF chacune, entièrement libérées, représentant une valeur nominale globale de 485.200 NF, de la société Worms Compagnie maritime et charbonnière, lesquelles actions seront créées à titre d'augmentation de capital social. »
De Robert Malingre - Worms CMC : « Pour la perception des droits d'enregistrement seulement le président-directeur général de la société Worms, Compagnie maritime et charbonnière bénéficiaire de l'apport, déclare que l'évaluation de 120.000 NF donnée au fonds de commerce apporté doit être répartie ainsi qu'il suit : agence du Havre - 32.000 ; agence du Mans - 10.000 ; agence de Nantes - 59.000 ; agence de Tours - 19.000. Total 120.000. »
De Worms CMC : Achat du "Château-Margaux", ex-"Fanny-Scarlett", livré à Rotterdam le 26 avril 1960. Échéancier d’octobre 1960 à avril 1963.

21 novembre 1960
De Worms, Compagnie maritime et charbonnière : Assemblée générale extraordinaire. Augmentation de capital en deux étapes. 1° - émission de 3.000 actions de 100 F à souscrire en numéraire, portant le capital de 12.500.000 F à 15.500.000 F. Jouissance au 1er octobre 1960. Déclaration devant Me Chalain, consignée au registre des conseils d'administration, en date du 8 novembre 1960, enregistrée au bureau 1559, n°12, volume 185. Modification de l’article 7 des statuts. 2° - apports en nature et en numéraire de Worms & Cie sous forme de parts dans différentes sociétés, référence au contrat d’apport entre Worms & Cie et Worms CMC, en date du 10 novembre 1960, reçu par Me Chalain le 16 novembre 1960. Certificat de dépôt au Tribunal de commerce de Paris, délivré le 22 novembre 1960 sous le n°1761. Acceptation sous la réserve de l'approbation d'une assemblée générale subséquente visant à augmenter le capital de 485.200 F par l'émission de 4.852 actions de 100 F, attribuées à Worms & Cie en rémunération de ses apports. Modification de l’article 6 des statuts. [Voir le 29 décembre 1960 et l’insertion dans les Petites affiches du 18 janvier 1961.]

29 novembre 1960
Du commandant Yves Sellier : [Extrait d’un témoignage (non daté) classé au 16 janvier 1987.] « D'après un court article de "Paris-Normandie" du 29 novembre 1960, le "Fronsac" a été vendu aux Anglais et a pris le nom de "Westport". »

7 décembre 1960
De Worms CMC Marseille : Plan du chantier Gèze - terrain SNCF. [Adresse : Worms 1848 – boîte archives : 1960.]

16 décembre 1960
Des Petites Affiches : [Extrait d’une insertion du 18 janvier 1961.] « Aux termes d'un acte reçu par Maître Chalain, notaire à Paris, le seize décembre mil neuf cent soixante, Monsieur Malingre, délégué spécialement à cet effet par le conseil d'administration [de Worms CMC] par une délibération authentique constatée suivant acte dressé par ledit Maître Châlain, le trois novembre mil neuf cent soixante, a déclaré que les trente mille actions nouvelles de numéraire avaient toutes été souscrites et libérées des versements exigibles, ainsi que le constate l'état des souscriptions et des versements annexe audit acte de déclaration. »
De Worms CMC : [Extrait d’un document sur l’évolution de la flotte, daté du 31 décembre 1963.] Vente du "Cérons" à Cottaropoulos.

29 décembre 1960
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : Assemblée générale extraordinaire. Référence à un acte sous seing privé du 10 novembre 1960 entre Worms & Cie et Worms CMC. Approbation de l'apport consenti par Worms & Cie, modification entérinée de l'article 6 des statuts et de l'article 7 portant à 15.985.200 F le capital social. [Voir l’insertion dans les Petites affiches du 18 janvier 1961.]
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : [Extrait d’un document intitulé Évolution du capital social et analyse des statuts, en date du 31 décembre 1972.] Apport en numéraires : nominal – 3.000.000 F ; prime de souscription – 1.200.000 F ; total – 4.200.000 F. Apport en nature – participations : nominal – 485.200 F ; prime de souscription – 194.080 F ; total – 679.280 F. Le capital est ainsi porté à 15.985.200 F (nominal) + 6.394.080 F (prime de souscription) = 22.379.280 F (159.852 actions de 100 F).

31 décembre 1960
De Worms Compagnie maritime et charbonnière : [Extrait du rapport à l’assemblée générale du 17 août 1961.] Exercice 1960. Réduction du tonnage transporté par les Services maritimes de 20.000 tonnes en 1959 et 1960 (de 593.000 à 573.000). Il peut y avoir des effets compensatoires, comme l'augmentation des "lignes du Nord" (la Scandinavie, semblerait-il, mais alors par transbordement des ports allemands/affrètements), qui arrivent à bien redresser le tonnage pour l'exercice 1961, (+ 163.000 tonnes), malgré la baisse du trafic méditerranée (- 35.000 tonnes en 1961) qui ne cesse de s'affirmer. Accélération du programme de vente des navires "traditionnels" (4 unités vendues en 1960). A partir de mai 1960, l'Union navale a confié à la Compagnie la gérance du minéralier-charbonnier "Eldonia", sister-ship du "Yainville" (tramping). II est clairement mentionné que « les navires sous pavillon français ont cessé d'être compétitifs » en particulier pour les lignes sur la Belgique, la Hollande, l'Allemagne, la Grande-Bretagne et l'Irlande. La politique d'affrètement à l'année s'amplifie.
De Worms CMC : Bilan.
De Worms CMC : Bilan. Titres de participation.
De Worms CMC : Bilan. Titres de placement.
De Worms CMC : Matériel naval. Mise en service. Valeurs initiales (Worms & Cie) et d’acquisition par Worms CMC. Amortissements remplois des plus-values. Valeur d’actif avant réévaluation. Valeur réévaluée. Amortissement réévalué. Valeur nette réévaluée. Amortissement 1960. Valeur nette au 31.12.1960. Amortissement maximum autorisé. Éléments financiers concernant les navires : "Jumièges", mis en service le 21 juillet 1948 ; "Château-Lafite", mis en service le 9 octobre 1950 ; "Sauternes", mis en service le 28 septembre 1951 ; "Château-Latour", mis en service le 14 mars 1955 ; "Pomerol", mis en service le 12 juin 1957 ; "Château-Yquem", mis en service le 23 avril 1958 ; "Caudebec", mis en service le 7 août 1958 ; "Médoc", mis en service le 25 septembre 1958 ; "Léoville", mis en service le 7 février 1959 ; "Normanville", mis en service le 29 juin 1959 et "Château-Margaux", mis en service le 26 avril 1960.
De Worms Compagnie maritime et charbonnière - Services combustibles : [Extrait d’un tableau daté au 31 décembre 1962 et intitulé "Statistiques d'exploitation (1959 à 1962)". Activité d’ensemble Worms – France et exportation (facturations, expéditions) : tonnages et chiffres d’affaires concernant les charbons, les combustibles liquides, les combustibles gazeux, les manutentions-transit-consignations, les appareils de chauffage. Activités des succursales Worms d’après les mêmes critères pour Paris, Bayonne, Bordeaux, Le Havre, Marseille, Nantes, Tours, Rouen, Elbeuf. Activités des principales filiales d’après les mêmes critères pour la Compagnie charbonnière de Provence, les Établissements Trautmann, Société d’exploitation rationnelle des agglomérés et du charbon, la Compagnie havraise de manutentions rationnelles (1958/1959-1961/1962), la société des combustibles Gilly (1960-1962).

 

[1] Nouvelle preuve de l'intérêt qu'il y aurait à suivre de très près - surtout maintenant - les sociétés que nous avons qualifiées de "à tiroirs". Signalons à ce propos que les éditeurs anglais O. W. Roskill and C° (Reports) Ltd ont publié deux éditions d'un "Who Owns Whom"(une édition concernant l'Angleterre et l'Amérique, l'autre l'Europe continentale) qui révèlent les liens étroits existant dans les affaires de l'oligarchie internationale. On peut se procurer (très cher) ces volumes à la librairie Brentano’s, avenue de l'Opéra à Paris.

Retour aux archives de 1960