1923.00.00.Recueil des informations de janvier à décembre

Ce recueil recense chronologiquement les données collectées sur l'année citée en référence, dans :

  • les copies de lettres à la presse1,
  • les courriers, notes, rapports, circulaires, accords, traités... (originaux ou duplicatas) émanant de la direction générale de la Maison, des départements maritimes et combustibles, des chantiers de constructions navales du Trait, ainsi que des succursales françaises et étrangères. Les dossiers d'où proviennent ces pièces ont été classés "tels quels" par les services qui les ont produits. Répertoriés par objet et non par date, ils couvrent – ensemble – une période allant de la fin du 19ème siècle au début des années 1960. Une notice située à la fin du présent article, reproduit le descriptif qui est fait des archives les plus significatives sur les bordereaux d'inventaire,
  • les synthèses réalisées par la Maison et notamment :
    • "Historique de la succursale de Newcastle (1848-1948)", classé en 1948
    • "Historique de la succursale de Port-Saïd, relations avec l'Égypte (1869-1948)", daté du 16 juin 1948.

A ces informations s'ajoutent celles provenant :

  • des services administratifs : état civil, tribunal de commerce...
  • des annuaires et minutes notariales...
  • de la presse, des revues professionnelles et ouvrages d'histoire...

Les documents d'où sont extraits les renseignements rassemblés dans ce recueil sont consultables à partir de ce fichier en cliquant sur l'intitulé de chacun d'eux (en bleu + soulignement).

1 : Ce corpus n'a pas fait l'objet d'un dépouillement exhaustif comme cela a été le cas pour les chronos de correspondance datant du 19ème siècle. Les copies de lettres reçues entre 1922 et 1929 manquent.

 

Inventaire chronologique des archives numérisées
et des renseignements ou extraits collectés dans les copies de lettres et les dossiers

 

[Documents pluriannuels]
1911-1943
De Worms & Cie Le Havre : Charbons. Amortissements (dont usine d'agglomération de Graville). Relevés annuels et correspondance échangée avec Paris sur le suivi des écritures comptables.
1913/1923-1924
Des Services combustibles : Statistiques. Importations de combustibles minéraux en France ; importations des charbons suivant leur origine, consommation française suivant l'origine et répartition entre houille, agglomérés et cokes.
1er semestre 1916-2ème semestre 1923
Registre des chartes-parties.
1919-1927
Bilans annuels de la Maison.
1923-1947
Tableau [non daté, classé en 1947] : Tonnages annuels du cabotage national et international (entre la France et les Pays Baltes, Pologne, Allemagne, Belgique, Angleterre, Espagne, Danemark, Finlande, Irlande, Norvège, Suède, côtes occidentales d'Afrique).
2ème semestre 1923-2ème semestre 1927
Registre des chartes-parties.

[Informations sans dates précises]
[Extrait d'une note non datée, classée en 1944.] « Hypolite Worms était, jusqu'en 1923, administrateur de la Maison Burness. »
De Worms & Cie : [Extrait d'une note du 7 mai 1945.] « La Maison Worms a été pendant 25 années (de 1899 à 1923) agent général pour l'Égypte, la Palestine et la Syrie, de la Shell Transport & Trading Cy et de l'Asiatic Petroleum Cy... »
De Worms & Cie : [Extrait d'un historique de la flotte, daté du 29 mai 1937.] Entrée en flotte du "Viola" rebaptisé "Pontet-Canet". « Le "Pontet-Canet", vapeur de 1.560 tonnes de port en lourd, est cédé en 1923 par l'État à la Maison Worms & Cie en compensation de la perte du navire du même nom, torpillé près de Saint-Malo en août 1918. Le "Pontet-Canet" est un ancien navire allemand à un pont avec gaillard et longue superstructure de dunette et château combinés ; il peut soutenir en service une vitesse de 11 noeuds. »
"Pontet-Canet" : Iconographie.

Janvier 1923
Tableau [sans émetteur ni destinataire] intitulé "Port du Havre" : Rapport entre Worms & Cie et la Compagnie nantaise de navigation à vapeur du nombre de vapeurs et des tonnages enlevés dans les ports du Havre, Nantes, Dunkerque, Brest, Rouen, Boulogne-sur-Mer, Bayonne, Saint-Nazaire et Bordeaux.

10 janvier 1923
De Worms & Cie Bordeaux et Worms & Cie Rotterdam : Prix des transports de charbons de Ludwigshafen [en face de Mannheim sur le Rhin] à Bordeaux via Rotterdam et des transports de poteaux de mines sur wagons depuis Bordeaux à Ludwigshafen (estimation de différents scénarii).

18 janvier 1923
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, Le Trait : Lancement du cargo "Barsac" pour le compte de Worms & Cie.
De L'Ouest-Éclair : [Extrait du numéro du 20 janvier 1923.] « Lancement - Le Havre, 19 janvier. Le steamer "Barsac", construit pour la Maison Worms, a été lancé hier aux Chantiers du Trait (près Rouen) complètement achevé et a gagné Le Havre la nuit dernière par ses propres moyens. »
De Worms & Cie : [Extrait d'un historique de la flotte, daté du 29 mai 1937.] « Les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime ont entrepris en 1922 la construction de 4 navires étudiés, en accord avec le service technique de la direction générale des Services maritimes, dont le siège est au Havre, en vue de réaliser un type de navire côtier destiné spécialement au cabotage national, c'est-à-dire au trafic de marchandises diverses. Les deux premiers de cette série, le "Léoville" et le "Sauternes", furent mis en service en septembre et novembre 1922 et les deux autres "Barsac" et "Cérons" prirent rang dans la flotte en janvier et juin 1923. Ces 4 vapeurs ont une portée en lourd de 1.200 tonnes, ils sont du type à un pont avec long gaillard et dunette et château combinés, leur machine est située à l'arrière. Le pont du gaillard couvre un entrepont supérieur. II y a 5 cales et 3 panneaux, chacun d'eux desservi par une paire de mâts de charge. Ces vapeurs donnèrent aux essais une vitesse de 12 noeuds. »
De la direction générale des Services maritimes : [Extrait d'une note datée du 31 janvier 1949.] "Listrac", "Pessac" et "Léoville" (1909-1916), construits par les Forges et Chantiers de la Méditerranée, « ont été à la base de la construction des 4 navires : "Léoville" [2ème du nom], "Barsac", "Cérons" et "Sauternes" au Trait, dont le type se rapproche beaucoup du leur, mais qui ont été notablement agrandis. »
"Barsac" : Iconographie.

25 janvier 1923
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Pose de la quille du vapeur "Château-Lafite".

26-27 janvier 1923
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Résultat des essais du vapeur "Barsac"

30 janvier 1923
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Dossier - lancement et essais du cargo "Barsac"

12 février 1923
Du Journal officiel : Texte de la nomination d'Hypolite Worms au grade d'officier de la Légion d'honneur, survenue le 11 février 1923. « M. Worms (Hypolite), armateur : 16 ans de services, Services exceptionnels : associé d'une ancienne et importante maison d'armement en rapports suivis avec la marine depuis plus d'un demi-siècle. A rendu pendant la guerre de précieux services en acceptant de transporter d'Angleterre en France le charbon nécessaire au ravitaillement de la flotte de guerre à des conditions très avantageuses pour le département, malgré les responsabilités qu'il assumait et les risques qu'il prenait à sa charge. Depuis la fin des hostilités, a contribué à l'expansion de la marine nationale en créant une ligne de navigation régulière entre les ports de France et la Baltique. » [L'élévation d'Hypolite Worms au grade d'officier de la Légion d'honneur fut proposée par M. Rio, ministre de la Marine marchande.]

Mars 1923
[Extrait d'une note non datée, sans émetteur ni destinataire, intitulée "Nos relations avec la Compagnie nantaise de navigation à vapeur" et classée au 29 août 1923.] « La Nantaise ne peut continuer sans s'épuiser, et les négociations vont s'ouvrir à nouveau : Première démarche (officieuse) de M. Dumont, sous-directeur de la Compagnie havraise péninsulaire, près de M. Serret, le 5 mars 1923. Nous n'en tenons pas compte, pour ne pas sembler aller au-devant de la discussion. » [Voir suite en juin 1923.]

6 mars 1923
A Worms & Cie Le Havre, de Worms & Cie Anvers : Armement Deppe. Correspondants officiels. Entrefilet à paraître dans "Neptune" et le "Lloyd anversois" au sujet de la reprise par l'armement Worms de son service en droiture d'avant-guerre, Bordeaux-Anvers. Référence à l'impossibilité dans laquelle se trouvait la Maison de rétablir ce service en raison du grand nombre de ses bateaux coulés pendant la guerre. « Depuis, les Chantiers de construction de la Seine-Maritime, créés par la Maison Worms, viennent de lancer plusieurs unités nouvelles destinées à leurs différents services de cabotage. Et c'est ainsi que le s/s "Sauternes" inaugurera le 24 mars, au départ de Bordeaux, le service direct Bordeaux-Anvers qui existait avant guerre. Les départs suivants auront lieu tous les 14 jours, et, s'intercalant avec ceux de la ligne Bordeaux-Dantzig, permettront d'assurer des relations hebdomadaires entre Bordeaux et Anvers, les unes directes, les autres avec escale intermédiaire au Havre. D'autre part, le rétablissement de ce service va également permettre d'assurer au départ d'Anvers, tous les 14 jours, un service direct sur Bordeaux, dont le premier départ aura lieu par le s/s Sauternes le 31 mars. »

20 mars 1923
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, Le Trait : Lancement du "Capitaine Jean Laborie" pour le compte de la Société commerciale du Nord.

30 mars 1923
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Pose de la quille du vapeur "Château-Yquem".

16 mai 1923
De L'Ouest-Éclair : « Nouveau navire - Le Havre, 15 mai. On active aux Chantiers du Trait la construction d'un nouveau cargo type "Léoville" destiné à la Maison Worms. Ce navire, quatrième et dernier de la série, prendra le nom de "Cérons". Il aura Le Havre comme port d'attache. »

Juin 1923
[Extrait d'une note non datée, sans émetteur ni destinataire, intitulée "Nos relations avec la Compagnie nantaise de navigation à vapeur" et classée au 29 août 1923.] « Conversations au cours d'une séance au Comité des armateurs, entre MM. Dal Piaz et Pergeline, et M. Worms ; puis entre M. Guillet et M. Worms, et il est décidé que les négociations vont être menées entre M. Berton et le siège social, puis avec la DGSM. » [Voir 12-20 juillet 1923.]

3 juin 1923
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, Le Trait : Lancement du cargo "Cérons" pour le compte de Worms & Cie.
De L'Ouest-Éclair : [Extrait du numéro du 5 juin 1923.] « Lancement - Le Havre, 4 juin. Le steamer "Cérons" a été lancé hier après-midi aux Chantiers du Trait (près Rouen) pour le compte de la Maison Worms. Il est entré au Havre, cette nuit, par ses propres moyens. »
NB. M. Quemin, dans Le Trait, berceau de 200 navires - Que sont-ils devenus ? - éditions 1987 et 1993, date par erreur ce lancement au 8 juin 1923. Le document du 12 juin 1923, intitulé « Note sur les essais et le lancement du "Cérons" », voir ci-après, établit que le lancement a eu lieu le 3 juin 1923.
De Worms & Cie : [Extrait d'un historique de la flotte, daté du 29 mai 1937.] « Les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime ont entrepris en 1922 la construction de 4 navires étudiés, en accord avec le service technique de la direction générale des Services maritimes, dont le siège est au Havre, en vue de réaliser un type de navire côtier destiné spécialement au cabotage national, c'est-à-dire au trafic de marchandises diverses. Les deux premiers de cette série, le "Léoville" et le "Sauternes", furent mis en service en septembre et novembre 1922 et les deux autres "Barsac" et "Cérons" prirent rang dans la flotte en janvier et juin 1923. Ces 4 vapeurs ont une portée en lourd de 1.200 tonnes, ils sont du type à un pont avec long gaillard et dunette et château combinés, leur machine est située à l'arrière. Le pont du gaillard couvre un entrepont supérieur. II y a 5 cales et 3 panneaux, chacun d'eux desservi par une paire de mâts de charge. Ces vapeurs donnèrent aux essais une vitesse de 12 noeuds. »
De la direction générale des Services maritimes : [Extrait d'une note datée du 31 janvier 1949.] "Listrac", "Pessac" et "Léoville" (1909-1916), construits par les Forges et Chantiers de la Méditerranée, « ont été à la base de la construction des 4 navires : "Léoville" [2ème du nom], "Barsac", "Cérons" et "Sauternes" au Trait, dont le type se rapproche beaucoup du leur, mais qui ont été notablement agrandis. »
"Cérons" : Iconographie.

9 juin 1923
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime : Résultat des essais du vapeur "Cérons".

12 juin 1923
De Worms Le Havre : Lancement et essais du cargo "Cérons".

30 juin 1923
Compagnie nantaise de navigation à vapeur - CNNV : Considérations générales sur le cabotage national (concurrence) en vue d'un accord avec la Compagnie nantaise. Celle-ci exploite 6 navires dont 5 en pleine propriété ; les services qu'elle assure ne sont toutefois pas réguliers. De fait des perturbations naissent sur les lignes en raison de ces irrégularités et du manque d'affectation des vapeurs à une desserte particulière. Le trafic de la CNNV est estimé au quart, voire au tiers, de celui de Worms & Cie. Rappel : La Maison fut l'agent de Chevillotte Frères au Havre (lignes Le Havre-Nantes et Le Havre-Lorient) et ceux-ci le furent pour la Maison à Brest. Puis, le rachat par Chevillotte des navires de la Compagnie des vapeurs brestois arma une concurrence qui fut dénouée en 1911 par un accord qui ne fut cependant jamais respecté par ces derniers notamment au sujet des taux de fret. Parallèlement les relations avec la Nantaise furent souvent entachées par la tendance récurrente de cette compagnie à casser les prix. Or cette compagnie a pris pour base de son armement les anciens services de Chevillotte qu'elle exploite par l'intermédiaire de sa filiale, Les Messageries de l'Ouest, considérée comme une affaire modeste mais florissante et solide. [La confusion entre la Nantaise et Chevillotte ainsi que la superposition de leurs lignes avec celles de la Maison sont révélatrices des maux, hérités du 19ème siècle, qui affectent le cabotage. La politique est la même depuis des décennies : laisser les concurrents vivre tout en s'efforçant d'avoir la mainmise sur eux. L'accord de partage entre les lignes est obtenu au prix d'un marchandage.]

4 juillet 1923
Entre les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime et l'administration : Sixième acte additionnel au marché passé le 20 octobre 1919 pour la fourniture de 8 navires charbonniers.

12-20 juillet 1923 au 29 août 1923
Note [non datée, sans émetteur ni destinataire, et classée au 29 août 1923] intitulée "Nos relations avec la Compagnie nantaise de navigation à vapeur" : « Les négociations entre M. Berton et la DGSM ont lieu effectivement du 12 au 20 juillet, et un projet d'accord est soumis par nous, le 8 août 1923 à la Nantaise ; il est signé le 15 août et notifié aux succursales le 29 août 1923, suivant copie ci-jointe. » [Document manquant.]

11 août 1923
Plan des équipements de Worms & Cie au port du Havre : Installation de conduites d'eau et d'un compteur.

12 août 1923
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - Les débuts de M. Hypolite Worms (2ème du nom)", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en mai 1948.] « Emmanuel Fauchier-Delavigne fut nommé chevalier de la Légion d'honneur, par décret du 12 août 1923, dans la promotion spéciale de l'exposition coloniale de Marseille, avec cette "citation" (Journal officiel du 17 août 1923) : "Industriel, 3 ans et 3 mois de services militaires - 4 campagnes de guerre - vice-président de la Chambre syndicale du commerce des papiers de France, a fondé à Tunis une importante usine de transformation de l'alfa en pâte à papier, président du jury de la classe 23, hors concours, services exceptionnels rendus à l'occasion de l'exposition nationale coloniale de Marseille". Jacques Gustave Édouard Lebel a été nommé chevalier de la Légion d'honneur par décret du 12 août 1923 (J.O. 17 août), lui aussi dans la promotion de l'exposition coloniale de Marseille, avec la "citation" suivante : "Industriel, 7 ans 6 mois de services militaires, 6 campagnes de guerre, une blessure, une citation, 20 ans de pratique industrielle, vice-président du Comité d'admission à l'exposition, membre du jury - classe 44 C - services exceptionnels rendus à l'occasion de l'exposition nationale coloniale de Marseille". »

11 septembre 1923
Entre les Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime et l'administration : Septième acte additionnel au marché passé le 20 octobre 1919 pour la fourniture de 8 navires charbonniers.

8 novembre 1923
De Worms & Cie : Acte déposé au Registre du commerce sous le n°58.567. Nouvelles succursales, et nomination de M. Lanvin en qualité de fondé de pouvoirs du Bureau des Services maritimes à Paris.
De Roger Mennevée : [Extrait de l'article intitulé "La Banque Worms - Histoire générale - De 1927 à la Libération", paru dans Les Documents de l'agence indépendante d'informations internationales en juin 1948.] Extrait de la copie des inscriptions portées au registre analytique sous le n°24842 au nom de la Société Worms et Compagnie dont le siège social est à Paris, 45, boulevard Haussmann à Paris. Par voie modificative du 8 novembre 1923, adresse du siège social : 43 et 45, boulevard Haussmann à Paris... Par voie modificative en date du 8 novembre 1923, ajouter la succursale ci-après : Gand, 90, rue des Distillateurs ; supprimer les succursales ci-après : Saint-Nazaire, Lille, Arkhangelsk, Le Caire ; changer comme suit les adresses des succursales ci-après : Boulogne-sur-Mer, Bassin Loubet, quai sud Dieppe, 4, quai Berigny Rouen, 18, quai Gaston Boulet - Hambourg, Hocke Brucke 1, Duisbourg Ruhrort, Harmonestrasse 41 - Prague, 34 Marienska... Par voie modificative en date du 8 novembre 1923, nomination de M. Langevin, Jean Maurice, demeurant 6, rue de Babylone à Paris, né le 15 octobre 1856 à Bordeaux, Français, comme fondé de pouvoirs pour le bureau de Paris des Services maritimes.

24 novembre 1923
De Worms & Cie Le Havre, au Préfet de la Seine-Inférieure : Demande d'autorisation d’édifier une construction en briques pour l'abri de veilleurs.

27 novembre 1923
Des Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime, Le Trait : Lancement du "Dionée" pour le compte de la Compagnie africaine d'armement.

5 décembre 1923
De Worms & Cie Rouen, aux Fils de Paul Chrétien, usine de la Cules à Cousance : Facture pour livraison d'une caisse de 11 kg transportée de Stockholm par le steamer "Wanesborg" à Rouen, puis par chemin de fer.

6 décembre 1923
De Worms & Cie Bordeaux, à Worms & Cie Bayonne : Charbons de la Sarre - qualités, prix, transport (comparaison entre la voie fluviale et le rail), quantités.
 

Conteneur

B-A

Informations portées sur les bordereaux d'archivage
(B-A = boîte archives)

W/164

817

Worms & Cie Alger
Opérations courantes de la succursale ; correspondance échangée avec James Burness & Sons (1922-1923), notification relative au changement de prix, relations avec Watts Watts & Co.'s depot (1923-1924) et contrats conclus.

W/164

817

Worms & Cie Alexandrie
Correspondance et suivi des opérations (1921-1935).

W/186

923

Armement - Offres d'achat et vente de navires (1920-1952)

W/188

935

Compagnie générale transatlantique - CGT (1922-1939)
Des Services maritimes : Concurrence sur la ligne de Dantzig (1922-1924).

W/188

936

Compagnie générale transatlantique - CGT (1923-1943)
Renseignements sur la Compagnie : Note sur les avances faites par Worms & Cie à la CGT en vue de reprendre des relations après une période d'ostracisme.

W/189

938

Compagnie nantaise de navigation à vapeur - CNNV (1922-1939)
Des Services maritimes : Concurrence - Compagnie nantaise de navigation à vapeur - CNNV. Bordereaux par quinzaine et par mois établi par la CNNV dans les ports du Havre [voir janvier 1923], Boulogne, Dunkerque, Bordeaux, Nantes, Saint-Nazaire et Brest comptabilisant pour elle et Worms & Cie le nombre de vapeurs, le tonnage de marchandises en provenance et à destination (transbordées par la Compagnie générale transatlantique dans certains cas). Du 15 ou 31 janvier, Worms & Cie verse 4.742 tonnes de marchandises à Nantes (amenées de Dunkerque) et 8.619 tonnes à Bordeaux. Une note intitulée « Contrôle de la concurrence de la Nantaise » tient compte du tonnage journalier entré et sorti dans chaque port français. S'y ajoutent des informations sur du fret saisonnier versé à Bilbao. Le dynamisme expansionniste de la Nantaise est stigmatisé : si des lignes sont exploitées en combinaison avec celles des Messageries maritimes, de Chevillotte et de Worms & Cie (Le Havre-Brest), sur d'autres la concurrence est vive (Dunkerque-Boulogne-Brest). Selon le réseau choisi, les frets maritimes peuvent varier de 25%.
[Voir 30 juin 1923.]

W/197

978

Beyrouth - Alexandrette - Alexandrie - Mersina - Port Soudan - Périm (1918-1928)
De Worms & Cie Port-Saïd : Alexandrie. Agence des navires de l'Anglo-Saxon Petroleum Co. Ltd.

W/209

1040

Services charbons : Charbons sarrois (1919-1929)
Mines domaniales de la Sarre (1921-1923) : Worms & Cie Bordeaux. La réponse du siège est la même que pour Marseille : d'accord pour des livraisons occasionnelles mais refus d'aller plus loin. La Maison veut rester importateur de charbons anglais. « Il n'est pas de bonne politique pour nous d'essayer d'implanter le charbon de la Sarre dans la région bordelaise au détriment de nos combustibles anglais car nous nous apercevrions très vite de la perte de tous nos clients qui, après avoir commencé à prendre du charbon de la Sarre chez nous, pourraient très facilement le faire venir directement par fer, eux-mêmes, ou l'acheter par n'importe quel intermédiaire, M. Mallet ou autre, qui nous copierait. » - Trafic des poteaux des mines landais (1921-1924) vers la Sarre par l'intermédiaire de Worms & Cie Bordeaux et Worms & Cie Rotterdam, qui organise avec Duisburg et Anvers le transport des charbons sarrois sur la France.

W/210

1043

Services charbons - contrats divers (1913-1931)
De Worms & Cie Cardiff : Contrats de remorquage (1918-1931). Depuis 1914 environ, Worms & Cie, Chargeurs réunis, Havraise, Messageries... et selon les années, Sud Atlantique, Maurel Frères, Armateurs français...sont liés par contrat à la Maison J. Davies qui assure les opérations de remorquage dans le port de Cardiff.
Société gazière des achats en commun (1921-1927). Worms & Cie est son agent pour la réception et la manutention des cargaisons de charbon qui lui sont destinées à Rochefort, Bordeaux, Bayonne et Marseille. Dans ce dernier port, la succursale se charge d'approvisionner la Compagnie du gaz.
France et Étranger. Échange de correspondance (1922-1926).
Office des charbons des secteurs électriques (1922-1928). Transport de 30.000 tonnes d'Anvers sur Rouen. Transport de Gand à Rouen... Contrats avec les Armateurs français.

W/210

1046

Worms & Cie Le Havre : Flotte (1906-1924)
Brochures des compagnies d'assurances : La Réassurance nouvelle, L'Océanide... (1922-1923).
Entrée en flotte du "Viola" rebaptisé "Pontet-Canet".

W/210

1047

Service charbons - Succursales de Rochefort, Limoges, Bayonne, Pasajes, Strasbourg (1901-1928)
Worms & Cie Rochefort : Parc de Mouillepied, concession de la Chambre de commerce ; référence à Delmas Vieljeux et à Faustin (1922-1924).
Worms & Cie Bayonne : Soudières de l'Adour (société dans le capital de laquelle l'État possède une part importante) ; elles approchent à plusieurs reprises Worms & Cie Bayonne pour l'approvisionnement de leurs usines ; les besoins sont estimés à 5.000 tonnes/jour. Il est impossible de savoir si l'affaire a abouti. Alimentation des Salines (1923-1925).

W/214

1067

Direction générale des Services charbons : Office commercial français aux Pays-Bas (1921-1935)
Notes et correspondance.

 

Retour aux archives de 1923