1899.00.00.Recueil des informations de janvier à décembre

Ce recueil recense chronologiquement les données collectées sur l'année citée en référence. Il reprend notamment un important travail d'analyse effectué par la Maison Worms – préalablement à la rédaction du livre Un Centenaire - 1848-1948 - Worms & Cie –, dans :

  • les copies de lettres à la presse,
  • et les doubles du courrier reçu par le siège, à Paris, entre 1875 et 1902.

Dans le cadre de cette étude, la correspondance sélectionnée pour son intérêt historique a été résumée ou reproduite en intégralité ou partiellement sur des centaines de fiches manuscrites. Les lettres les plus significatives ont fait l'objet d'une retranscription dactylographique. Ces sources ont en outre été synthétisées et commentées dans les notes suivantes :

  • "Historique de la succursale de Newcastle (1848-1948)", classé en 1948
  • "Historique de la succursale de Port-Saïd, relations avec l'Égypte (1869-1948)", daté du 16 juin 1948
  • "Historique de Worms & Cie – 2ème partie (1877-1911)", daté du 27 avril 1948.

A ces informations s'ajoutent des extraits :

  • de courriers, notes, rapports, circulaires, accords, traités... (sous forme d'originaux ou de duplicatas) émanant de la direction générale de la Maison et des départements maritimes et combustibles, ainsi que des succursales françaises et étrangères. Les dossiers d'où proviennent ces pièces ont été classés "tels quels" par les services qui les ont produits. Répertoriés par objet et non par date, ils couvrent – ensemble – une période allant de la fin du 19ème siècle au début des années 1960. Une notice située à la fin du présent article, reproduit le descriptif qui est fait des archives les plus significatives sur les bordereaux d'archivage,

et des renseignements provenant :

  • des services administratifs : état civil, tribunal de commerce...
  • des annuaires et des études notariales...
  • de la presse, de revues et d'ouvrages d'histoire...

Les documents d'où sont extraites les informations rassemblées dans ce recueil sont consultables à partir de ce fichier en cliquant sur leur intitulé (en bleu + soulignement).

 

Inventaire chronologique des archives numérisées
et des renseignements ou extraits collectés dans les copies de lettres et les dossiers

 

[Documents pluriannuels]
10 juillet 1871-10 février 1919
Registre des navires.
28 décembre 1881-5 janvier 1906
Copies de lettres. Circulaires aux capitaines de navires.
1887-1914
De Worms & Cie Bayonne : [Extrait d'une note datée de 1914.] "Prix moyens des charbons à gaz de Newcastle sur wagon Bayonne, de 1887 à 1914".
1896-1899
Grand livre de comptabilité.
1896-1918
Bilans annuels de la Maison.
1899-1900
De Worms & Cie Le Havre : Copie de lettres des services techniques.

[Informations sans dates précises]
A Worms & Cie Le Havre : « Le "Grafton" hier n'avait pas encore quitté l'île d'Elbe. »
Début de l'année
A Marcus Samuel & Co., Londres, Worms & Cie Port-Saïd et la Compagnie du canal de Suez : Lancement de l'affaire en Égypte ; achat de 12 porteurs "hoppers" et leur transformation en "tank steamers" par Lobnitz.

2 janvier 1899
A James Burness & Sons, Londres : « We are exceedingly obliged for your kind wishes which we most sincerely reciprocate, and we can assure you that on entering today upon we believe our 27th year of relations with your firm. »

9 janvier 1899
A Worms & Cie Zanzibar : « Nos amis MM. Samuel & Co., de Londres, ont entrepris de répandre l'usage du pétrole, tant pour les besoins de la navigation et de l'industrie comme combustible que pour l'éclairage. Ils ont fait construire pour le transport du pétrole en vrac une importante flotte dénommée "Shell Line" qui prenait jusqu'ici à Batoum des chargements de pétrole qu'elle transportait aux Indes et plus loin par la voie du canal de Suez. Aujourd'hui, la situation s'est bien modifiée. Ces messieurs s'étant rendus acquéreurs d'immenses gisements de pétrole à Bornéo ont entrepris d'établir sur tous les principaux points de relâche de la ligne entre Suez Extrême-Orient des dépôts de mazout ou liquide fioul destiné à la navigation et l'industrie, et de kérosène pour l'éclairage. Notre maison de Suez procède en ce moment à l'érection de trois réservoirs de 4.000 tonnes chacun pour le mazout et à l'installation de réservoirs et d'une usine d'emballage pour la distribution de la "kérosine". Nous avons l'impression que le champ d'opérations pour Zanzibar en pétrole est assez restreint et que le moment n'est pas encore venu de parler d'un dépôt de mazout, mais nous avons pensé que pour la kérosine la situation est peut-être différente et qu'il pourrait y avoir une place à prendre. Nous vous prions d'étudier la question et de nous envoyer par un prochain courrier un rapport que nous puissions transmettre à nos amis. »

15 janvier 1899
De Worms & Cie Port-Saïd, à Worms & Cie Zanzibar : "Mémorandum". « Nous avons l'avantage de vous remettre ci-inclus connaissement à 24 couffes ; la facture suivra par prochain courrier. »

16 janvier 1899
Décès d'Arthur Delavigne : Faire-part.

1er février 1899
A Worms & Cie Marseille : « "Grafton". Nous avons décidé de donner à ce vapeur le nom de "Michel" qui est celui du fils de notre Sieur Goudchaux. »

10 février 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : « Nous avons trouvé très dur d'être obligés d'admettre que parce que vos voisins Royle ont eu jusqu'à présent la fourniture presque exclusive des navires de guerre des États Unis d'Amérique à Port-Saïd, nous serions privés de la possibilité de participer aux besoins de cette marine et des transports de troupes qui ont pris une récente et considérable extension par suite des événements politiques aux Philippines. Vous verrez par la copie incluse d'une minute d'une conversation qui vient d'avoir lieu à Londres entre nos amis Burness, M. Lambert et M. Cory que ces derniers partagent notre manière de voir et que le dernier mot n'est pas dit. »

11 février 1899
A M. Lépine, agent des Messageries maritimes, Dakar : « Nous avons bien reçu votre lettre du 25 janvier et avons lu avec beaucoup d'intérêt les renseignements que vous voulez bien nous donner concernant les opérations de la Compagnie de charbonnages. Elle a évidemment de grandes aspirations, car elle expédiera à Dakar 100.000 tonnes de charbon d'ici à la fin de l'année courante. Mais les mécomptes qu'elle aura probablement, ne serait-ce qu'avec les compagnies de navigation qu'elle compte attirer à Dakar et qui ne sont peut-être pas si décidées que cela à faire cette nouvelle escale, lui montreront... »

15 février 1899
De Worms & Cie Port-Saïd, à Worms & Cie Zanzibar : Envoi de 12 couffes en rotin.

4 mars 1899
A Worms & Cie Buenos Aires : « We wrote the other day to Mrs. Wilson enquiring what supplies they had made at La Plata last year under our contracts transferred to them and we enclose copy of their reply stating they had not delivered a single ton to our customers. We have no reason to disbelieve their statement. »

6 mars 1899
A Worms & Cie Newcastle : « Charbons américains. Nous avons lu avec intérêt le "Commercial Intelligence" que nous envoyons à la Maison de Marseille pour sa gouverne. Elle a déjà reçu des offres de charbons américains mais, jusqu'à présent, il n'y a aucune chance d'introduire ces charbons dans les dépôts de la Méditerranée. »
A Worms & Cie Marseille : « Charbons américains. Nous vous envoyons le journal anglais "Commercial intelligence" du 4 courant, édité à Londres, avec un article « American coal in Marseilles ». Nous croyons inutile de vous signaler les inexactitudes de l'auteur de l'article. »

13 mars 1899
De M. Samuel & Co., Londres : Communication d'une lettre de Prosper Durand d'Alger.

14 mars 1899
A M. Samuel & Co., Londres : La Maison est d'avis que la réelle signification de la lettre de Prosper Durand « is that moving of the arrangement you are making for having a line of liquid fuel depot for steamers and assuming that you would have one at Algiers, he has it upon that the plan of opening up a correspondence with you and that his communication is nothing but an indirect and disguised application for your agency ».

15 mars 1899
De M. Samuel & Co., Londres : « It is out of the question that we should give the agency in Algiers to anyone but your goodselves, if we decided to put tanks there which is quite probable. »
Aux Messageries maritimes, Paris : Pour leur demander de faire des essais d'utilisation du pétrole comme combustible pour la navigation. Sur la demande de M. Samuel & Co. qui adresse à la maison de Marseille un échantillon de 20 tonnes pour être mis à la disposition des Messageries maritimes.

16 mars 1899
A Worms & Cie Alger : « Vous n'ignorez pas les essais qui ont été faits dernièrement aussi bien aux Indes que dans la métropole britannique sur l'emploi de combustibles liquides dénommés "mazout" qui étaient tirés, il n'y a pas longtemps encore, presque exclusivement de Bakou et dont Samuel & Co. transportaient des quantités considérables de bateaux aux Indes et dans l'Extrême-Orient. Ces messieurs s'étant rendus acquéreurs de vastes gisements de pétrole dans l'île de Bornéo, la position de la question s'est trouvée sensiblement modifiée. »

17 mars 1899
A Worms & Cie Marseille : « Vous connaissez le projet de MM. Samuel et Co d'établir depuis le Japon jusqu'à l'Angleterre une chaîne ininterrompue de dépôts de combustible liquide dénommé mazout pour l'usage des navires aussi bien que pour les chemins de fer ou les industries locales. Ces amis... nous ont fait connaître leur intention de nous expédier une quantité de 20 tonnes de mazout que vous devriez mettre en entrepôt pour les en titrer au fur et à mesure des besoins que feraient naître les expériences que les compagnies de navires ou les industriels se montreront disposés à en faire. Nous avons prié MM. Samuel de surseoir à l'envoi... jusqu'à ce que nous ayons votre avis à cet égard. Néanmoins, nous comptons que vous pourrez nous faire savoir promptement que vous ne rencontrerez aucune difficulté à faire admettre en entrepôt la quantité qui vous sera adressée. D'autre part vous aurez à voir si vous pouvez éviter les droits d'importation en obtenant la sortie de l'entrepôt en franchise pour être mis à bord des remorqueurs ou "steam launches" sur lesquels ce combustible serait expérimenté... Plus tard il s'agira d'étudier les voies et moyens à employer pour réaliser l'installation d'un dépôt de mazout dans votre port... Nous recevons une nouvelle lettre de MM. Samuel dans laquelle ils nous pressent de faire tous nos efforts pour amener le PLM à essayer le combustible liquide. Les relations que vous avez avec M. Giffard vous permettront de lui soumettre la question avec quelque chance de bon accueil. Nous ne nous faisons pas d'illusions et nous ne nous attendons pas à ce que les choses marchent toutes seules... Mais il n'en est pas moins certain que si les expériences faites en Angleterre sur une grande échelle ont pour résultat de démontrer la supériorité du combustible pétrole, l'installation d'un dépôt à Marseille s'imposera et sera organisée et exploitée par nos soins et que par conséquent il est tout naturel que nous cherchions dès à présent à seconder les vues de MM. Samuel pour pousser leurs affaires. »
A M. Samuel & Co., Londres : « Mazout. We shall be seeing them (Messageries) again. We shall not fail to bring your remarks before them and shall endeavour to induce them to make an experiment, what you tell us about the P&O ought we believe to be of some weight with them. We intend calling on our Admiralty early next week and shall report the result of our interview. We fully expect to find that they have already tried the liquid fuel, but we shall try and ascertain what prospects there are of their using it extensively. » De même PLM par la Maison de Marseille. Leur propose en outre de faire démarche auprès du ministre du commerce pour obtenir un abaissement des droits de douane.

18 mars 1899
A Worms & Cie Le Havre : "Grafton". « La traversée que ce steamer vient de faire du Middles[...] au Havre s'est accomplie dans des conditions tout à fait favorables. Nous sommes satisfaits d'apprendre qu'à première vue ce bateau vous plaît beaucoup. »

20 mars 1899
A Worms & Cie Marseille : « Nous avons lu avec intérêt votre lettre spéciale et notons que si vous prévoyez que l'installation d'un dépôt de mazout dans votre port doit être accompagnée de difficultés assez grandes, vous n'en pensez pas moins réussi à surmonter ces obstacles est en tout cas vous pourrez faire les arrangements nécessaires pour recevoir et mettre en entrepôt 20 tonnes. Nous avons vu le ministre de la Marine que nous avons trouvé très bien disposé pour faire des essais sur les bâtiments de l'État à Toulon et il est plus que probable que vous aurez expédié dans ce port la plus grande partie sinon la totalité des 20 tonnes en question. »
A Worms & Cie Bordeaux : "Michel". « Nous vous remettons sous ce pli un plan montrant la disposition des cales, le pointillé rouge indique le faux pont mobile qu'on prépare. Nous regrettons de vous dire que, malgré toute la diligence du Havre, il faut compter environ 15 jours avant que le bateau puisse partir pour se mettre à votre disposition. M. Rouyer et M. Mayer, qui ont passé hier la matinée au Havre, sont revenus enchantés de notre nouvelle acquisition. »
"Michel" : Iconographie. Porte le prénom du fils d'Henri Goudchaux.

23 mars 1899
A Worms & Cie Marseille : « Nous avons pratiquement vendu à la Marine les 20 tonnes par "Téléna" et il est probable que vous n'ayez pas d'autre chose à faire que de les débarquer et de transporter sur un vapeur de la compagnie navale de l'ouest avec laquelle nous sommes en pourparlers ici concernant les conditions de transfert de Marseille à Cherbourg. Toutefois, il est possible que MM. Samuel préférant laisser l'échantillon de "Téléna" à Marseille en vue d'essais avec le PLM ou d'autres, s'arrangent pour livrer un autre lot à la Marine. »
A MM. Samuel & Co., Londres : « As you may be aware we have a line of steamers trading between Bordeaux, Le Havre and Hamburg and if you could suggest some such arrangements as would ensure to us regular supplies at one of those ports, Havre preferred, we should probably be disposed to make the experiment with our steamer "Frédéric-Franck". »
D'H. Follin, Worms & Cie, aux capitaines de la flotte : Circulaire n°205. « Nous vous rappelons que toutes communications, quelles qu'elles soient, doivent être adressées à Messieurs Worms & Cie. Lorsque vous avez des renseignements de nature "particulière", il suffit de l'indiquer par ce mot sur la lettre. Mais, en aucun cas, des communications relatives au service ne doivent être adressées personnellement au directeur, au capitaine d'armement ou aux ingénieurs de la Maison, cette manière de faire étant contraire au bon ordre et pouvant entraîner des retards dans la transmission des affaires de service. »

25 mars 1899
A MM. Samuel & Co., Londres : « Marseilles. The Messageries maritimes have to day received the reply from their works at La Ciotat declining the parcel per "Téléna" which therefore we had better dispose of to the Admiralty. Our own steamer. We fear the requirements of even the whole of our fleet would be hardly big enough to justify the erection of tanks at Havre, which however would be quite feasible when the matter of oil fuel has been taken up by other shipowners besides ourselves. »
Au ministre de la Marine, Paris : « Nous avons l'honneur de vous exposer que, d'accord avec une maison de Londres avec laquelle nous avons de vieilles et intimes relations, nous nous proposons de créer en France, dans certaines de nos colonies et à l'étranger, des dépôts de combustibles liquides, destinés aux besoins des navires militaires et marchands, des chemins de fer et de l'industrie, besoins qui, d'après nos renseignements, se produiront sans doute dans un avenir assez rapproché et nous tenons dès à présent à mettre cette indication sous vos yeux comme point de départ des propositions que nous serons peut-être plus tard amenés à vous présenter au cas où vous vous décideriez à généraliser l'emploi de ce combustible liquide pour les bâtiments de la Marine nationale. Aujourd'hui, nous venons porter à votre connaissance que nous attendons à Marseille le vapeur "Telena" qui doit nous apporter un échantillon de 20 tonnes en caisses de pétrole de Bornéo, cette provenance étant celle dont nous avons l'intention d'alimenter nos divers dépôts, et pour le cas où ils entreraient temps pour convenance de recevoir ce petit lot en vue d'expériences à faire dans l'un de vos arsenaux, nous avons l'honneur de vous en soumettre l'offre pour vous en effectuer la livraison soit à Toulon au prix de ... soit à Cherbourg au prix de... »

29 mars 1899
A Worms & Cie Marseille : « Il est maintenant décidé que les cent barils de ce combustible (pétrole de Bornéo) qui seront apportés par le "Téléna" doivent être réexpédiés à Cherbourg par le plus prochain départ de la Société navale de l'Ouest. »

1er avril 1899
De Worms & Cie Le Havre : « En vue de développer les facilités offertes au commerce pour le trafic entre l'intérieur de l'Allemagne et la France, via Hambourg, nous venons de donner une importance nouvelle à notre agence de Berlin et de la transférer à M. R. Heinrich, Charlottenstrasse, 8, Berlin S. W. » [En en-tête, énumération des 11 steamers suivants : "Michel" - 2.600 tonnes ; "Suzanne-et-Marie" - 2.000 tonnes ; "Séphora-Worms" - 2.000 tonnes ; "Emma" - 2.000 tonnes ; "Lucie-et-Marie" - 2.000 tonnes ; "Thérèse-et-Marie" - 2.000 tonnes ; "Hypolite-Worms" - 1.300 tonnes ; "Frédéric-Franck" - 1.200 tonnes ; "Commandant-Franchetti" - 1.200 tonnes ; "Marguerite-Franchetti" - 1.100 tonnes ; "Ville-de-Nantes" - 1.000 tonnes.]

6 avril 1899
A S. Marcus & Co., Londres : « We now have the pleasure to hand you a type copy of the original report which we received from him (directeur de la Maison de Zanzibar) yesterday. »

7 avril 1899
A Worms & Cie Port Tewfik : « Reste la question de kérosène pour laquelle nous voyons que vous ne perdez pas un moment en vue de préparer des installations de réservoirs dans les principaux villages du Delta. »

15 avril 1899
A M. [Doumer], gouverneur général de l'Indochine, Saigon : « Nous avons l'honneur d'accuser réception de la lettre que vous avez bien voulu nous adresser relativement au régime douanier des huiles qui pourraient être importées en Indochine pour pouvoir y être employées comme combustible. »

21 avril 1889
Du président de la Chambre de commerce, Le Havre : Allocution prononcée aux obsèques de Frédéric Mallet. « Deux ou trois ans plus tard, ses rares qualités lui ouvrirent les portes d'une maison dont il fut longtemps l'associé. C'est là que le chef d'une grande entreprise qui a eu l'audacieuse initiative d'installer une importante maison française au Pays de Galles, des succursales au canal de Suez et des agences dans les escales les plus éloignées, M. Worms, vint le chercher et se l'attacha. M. Frédéric Mallet devint alors le chef de la maison qui porta son nom et, mis ainsi en mesure de réaliser ses conceptions, libre d'appliquer les méthodes précises qui étaient caractéristiques de son esprit supérieur, il créa cette belle ligne de steamers entre Bordeaux, Le Havre et Hambourg, qui a assuré à la navigation française une place prépondérante dans le trafic entre la France et le grand port allemand, et sut, par l'intelligente impulsion qu'il lui donna, y trouver la fortune... Dès 1882, en pleine prospérité, il prit la détermination de se retirer. »

23 avril 1899
A Worms & Cie Port Tewfik : Longue et intéressante lettre au sujet des relations avec M. Samuel & Co. qui apprécient hautement les services de la Maison mais sont toujours disposés à la rémunérer le moins possible. Installation à Alexandrie et au Caire et achat de tanks dont la construction a été commencée à Alexandrie.

26 avril1899
De M. Samuel & Co., Londres : « Would you kindly pass on and let us know whether you would be prepared to establish under our agreement a suitable office at Alexandria to conduct the Egyptian business from that port. We have very great faith in the future trade there, and we think it would be desirable to start it at both end. »

27 avril 1899
A M. Samuel & Co., Londres : « Meanwhile we may start that having decided to give you our earnest co-operation in developing the Egyptian business we shall be prepared to open an office in Alexandria as you suggest. »
A Worms & Cie Bordeaux : « Nous avons eu des entretiens avec notre ami, Monsieur Gustave Pereire, qui voudrait pousser au développement du port de Pasajes et également avec M... D'après ces messieurs il va passer par Pasajes... des quantités importantes de minerai de fer qui seront envoyées en Angleterre, ce qui devra faciliter comme contrepartie les affrètements de charbon. Il y a selon eux une place à prendre à Pasajes, et étant donné que partout où nous sommes, nous sommes également marchands de charbon, ils nous ont demandé pourquoi nous n'avons pas essayé et pourquoi nous n'essayons pas maintenant de prendre cette place. Nous ajoutons, mais d'une façon plus confidentielle, qu'en ce moment la maison Raynal fait des démarches en vue d'arriver à occuper cette place et si on est venu nous trouver c'est justement parce qu'on veut faire échouer cette combinaison-là et faire aboutir la nôtre. Nous serions assurés de tous les encouragements et de toutes les facilités possibles de la part de l'administration du port de Pasajes. Nous vous serions obligés de vouloir bien étudier la question ; nous supposons qu'il serait facile d'avoir la statistique des importations de charbon anglais à Pasajes, mais même si les quantités n'en étaient pas très importantes, cela ne signifierait peut-être pas grand-chose si, comme on nous le dit, les charbons espagnols, dont la qualité est mauvaise, doivent de plus en plus perdre pied devant un commerce de charbons anglais convenablement mené. Il se peut que votre organisation actuelle à Pasajes, suffisante pour ce que vous y faites, ne le soit pas pour une affaire tout à fait différente, comme le serait le commerce des charbons, mais dans ce cas, et une fois le principe admis, il serait facile de compléter cette organisation. »

28 avril 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : « MM. Samuel ont évidemment le désir d'avoir partout en Égypte MM. Worms comme agents. Supposant que le jour où nous aurions acheté pour Samuel les tanks d'Alexandrie, nous fonderions à ce moment-là un bureau à Alexandrie, il nous semble que nous devrions faire la même chose au Caire. »

4 mai 1899
A Eugène Lebon & Cie, Paris : Approvisionnement de l'usine de la Société du gaz de Port-Saïd en charbon Durham.

5 mai 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : « Nous avons vu MM. Lebon qui nous ont démenti le bruit concernant leur intention de vendre à une société anglaise. Nous avons très bon espoir de conserver leur clientèle à Port-Saïd. »
A James Burness & Sons, Londres : Historique de l'utilisation du Canal de Suez par les lignes anglaises d'Australie.

9 mai 1899
A Worms & Cie Zanzibar : « Messieurs Samuel se sont bornés à nous accuser réception du travail que nous leur avons envoyé. Nous nous proposons de revenir sur la question avec eux à la première occasion. »

10 mai 1899
A Worms & Cie Bordeaux : Développement de Pasajes en liaison avec G. Pereire. Explication plus détaillée sur l'origine de l'affaire et la situation dans le nord de l'Espagne. « Depuis que nous vous avons écrit ce qui précède, nous avons causé avec vous et nous ne demandons pas mieux que de modifier notre attitude à l'égard des ouvertures qui nous ont été faites. Nous allons donc voir ces messieurs et nous leur dirons qu'à la condition que nous obtenions du nord de l'Espagne un contrat d'une importance suffisante, nous serons disposés à donner suite à la chose, ce contrat devant être la base qui nous permettrait de chercher à étendre nos affaires de charbon avec d'autres acheteurs. »

12 mai 1899
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : « Cairo tank. We see that you strongly recommand that the 50 tons tank provided for this shall be erected at Ganta but you do not seem to have the sanction for the site as yet. Up country sites. We have to congratulate you on the result of our visit to Cairo with Mr... which resulted in your obtaining the site at [Ziyazag] an alternative one at Cairo. »

13 mai 1899
A Worms & Cie Port-Saïd et Port Tewfik : « Nous voyons par les journaux que l'arrivée du "Commandant Marchand" est annoncée pour le 17 courant à Djibouti et nous supposons que le "D'[Assas]" repartira immédiatement de ce port ramenant la mission en France. Nous lisons d'autre part que les diverses colonies françaises d'Égypte préparent des manifestations en l'honneur de notre compatriote et de ces vaillants compagnons et nous ne serions pas autrement surpris de voir les autres colonies se joindre à la nôtre dans l'expression de leur sentiment d'admiration. De toutes façons, nous désirons vous faire comprendre que nous souhaitons vous voir vous joindre de la façon la plus complète à ce qui sera fait par la colonie française du canal de Suez et nous n'avons pas besoin de vous recommander en outre de soigner d'une façon toute particulière le coaling du "D'Assas". »

19 mai 1899
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : « Cairo installations. We are surprised but pleased to see that the consumption equal 500.000 cases per annum (si c'est exact, il faudra une bien plus vaste installation et emploi d'un plus grand nombre de wagons, qu'il en a été assigné. A étudier.). With so considerable consumption we strongly recommend the organisation of parambulating tank carts, comme ceux adoptés par nos amis de Madras. Le système fonctionne à Bombay. »

20 mai 1899
Au ministre de la Marine, Paris : Au sujet de son acceptation de l'offre faite le 25 mars d'un échantillon d'environ 20 tonnes en fûts de pétrole à livrer à Cherbourg.
A L. [Amiot], Paris : Au sujet des origines des relations en participation avec lui et la Compagnie des chemins de fer de PLM.

23 mai 1899
De M. Samuel & Co., Londres : « The depots we have opened for liquid fuel in the east, are as follows: Yokohama, Kobe, Shanghai, Hong Kong, Bangkok, Singapore, Penang, Calcutta, Bombay, Madras, Suez, Colombo; Colombo is fast approaching completing as are also various China coast ports, while Aden will not be ready for yet a few months. »

24 mai 1899
Au ministère de la Marine, Paris : « Nous nous empressons de répondre à la question que vous avez bien voulu nous adresser (Direction du Matériel, État-major général, Services auxiliaires, Bureau des constructions navales, quatrième section, approvisionnements de la flotte) en vous soumettant d'autre part la liste des dépôts de ‘'combustibles liquides' où nous sommes dès à présent. Nous serons très prochainement en mesure de mettre à votre disposition les approvisionnements qui pourraient être nécessaires aux bâtiments de l'État dans les ports compris entre Suez et l'Extrême-Orient. Nous tenons en même temps à vous signaler que notre dépôt de Suez et celui de Colombo seront très prochainement en état de fonctionnement. Nous aurons un peu plus tard à vous faire connaître l'ouverture du dépôt d'Aden ainsi que celle de quelques dépôts dans divers ports de Chine. » [La liste donnée était la suivante : Suez, Aden, Colombo, Bombay, Madras, Calcutta, Penang, Singapour, Bangkok, Hong Kong, Shanghai, Kobé, Yokohama.]

31 mai 1899
A Worms & Cie Marseille : « Huiles expédiées par "Telena". Nous avons retiré de votre lettre deux exemplaires de connaissement à ces huiles dont vous êtes enfin débarrassés et qui sont maintenant en route pour Cherbourg. »
A Postel et ses Fils, Cherbourg : « Nous avons à livrer à l'arsenal de Cherbourg cent barils d'huiles minérales qui font route depuis Marseille à destination de votre port... Nous vous serions obligés de vouloir bien nous faire connaître les conditions auxquelles vous vous chargeriez de soigner la réception et la livraison à la Marine desdites marchandises. »

2 juin 1899
A Worms & Cie Port Tewfik : « Commandant Marchand. Nous vous remercions pour les détails que vous nous donnez et sommes très heureux de savoir la part que vous avez prise aux démonstrations dont ce vaillant officier a été l'objet à son passage chez vous. »
A Worms & Cie Port-Saïd : « Nous avons noté avec satisfaction la part que vous vous êtes empressés de prendre aux démonstrations projetées par d'autres colonies en l'honneur de ce vaillant officier à son passage chez vous. »
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : « Alexandria. We should have an installation here capable on receiving easily a full cargo of say 5.000 to 6.000 tons; a part cargo would be to expensive a method. »

9 juin 1899
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : « Cairo tanks. We have decided to send one tank of 100 tons capacity. »

16 juin 1899
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : « We were pleased to be able to cable you on the 10th the sailing of our s/s "Bullmouth" with 300 tons of kerosene for your port, the exact quantity being 294 tons 2 cwt. »

18-24 juin 1899
De Worms & Cie Port-Saïd : Relevé hebdomadaire des navires en transit.

23 juin 1899
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : « We are pleased to hear of the sailing of the s/s "Bullmouth" after of having discharged her cargo satisfactorily. »

[28] juin 1899
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : Étroitesse du marché à Port-Saïd. M. Samuel & Co. y voient une raison supplémentaire d'avoir une autre installation à Alexandrie.

29 juin 1899
D'H. Follin, Worms & Cie, aux capitaines de la flotte. Circulaire. « Les obligations des officiers en ce qui concerne les marchandises devront se borner à une surveillance constante des cales dans lesquelles ils auront à descendre très fréquemment pendant le cours des opérations. Tout officier qui constatera un flagrant délit recevra une gratification de F 50, par contre lorsqu'un vol aura été constaté et qu'une enquête démontrera un manque de surveillance de l'officier de service au moment où le vol s'est commis, cet officier pourra être imposé d'une amende de F 50. » Gratifications aux officiers en cas de moindres réclamations pour manquants. Rappel de la grave responsabilités des officiers en cas de vol des colis de grandes valeurs contenant des espèces, des bijoux, de la vanille... »

30 juin 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : « Nous avons appris avec plaisir que la réception du premier lot de kérosène que vous venez de recevoir à Port Tewfik par s/s "Bullmouth", s'est accomplie dans d'excellentes conditions et sans la moindre difficulté sauf sur la question de quantité que votre ingénieur dit être 290 tonnes tandis que la quantité sq s/s "Bullmouth" serait de 294 tonnes. »
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port-Saïd : « Up country installations. We note that you have closed with Mrs. [Dovrie] for Tantah and other depots, notwithstanding that the price quoted were so much in excess of our experience in Madras. Alexandria. We are still desiring a site for a large installation at Alexandria capable of storing and dealing with a full cargo at one time. Seeing the saving of the Canal [dues], it would suit us to lay oil down at Alexandria from Batoum. Port Said. Thank you for you suggestions with regard to the supply of Port Said from Suez. »
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : « "Bullmouth". We congratulate you in the successful receipt of your first shipment, and we are pleased to recognize that the arrangements made by your good selves and Mr. Aveline were effective. »

6 juillet 1899
A Worms & Cie Alger : Matériel flottant. « Nous avons appris avec plaisir le lancement de votre quatrième et dernier chaland neuf, ce qui vous permet maintenant de faire flotter jusqu'à 2.700 tonnes de charbon. Vous devez encore insister auprès des autorités compétentes et faire tous vos efforts pour obtenir l'autorisation de compléter votre matériel au moins jusqu'à 3.000 tonnes. »

7 juillet 1899
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : Réponse à leur lettre du 26 juin. « Commencement of business. Thank you for what you write. We are since in receipt of your cable of Monday reporting 930 gallons at...We are somewhat surprised (de la faible quantité et se demande s'il ne s'agit pas d'autres unités que le gallon). Supplies, we are anxious to estimate when you will require your next shipment. »

10 juillet 1899
A A. E. Monod, Worms & Cie Marseille : « Nous apprenons ainsi que vous le verrez par l'extrait inclut du journal La Vérité, de Port-Saïd, que MM. Cory Bros viennent de louer dans ce port un lot de terrains assez grands en vue de l'établissement d'un dépôt de charbon et la chose nous est confirmée par une lettre que nous recevons de Monsieur Guy. Nous vous serions obligés d'aller voir M. Savon et de lui demander si l'intention de sa maison est de se retirer complètement de Port-Saïd ; il y aurait un grand intérêt pour nous à être renseignés sur ce point aussi entièrement et aussitôt que possible. Si M. Savon peut également vous dire quelque chose des intentions de MM. Cory, cela nous ferait plaisir. »

12 juillet 1899
A James Burness & Sons, Londres : « We wish to make it clear that Mrs. Savon Bazin in addition to their coal lighters (which belong to them for one third, the other two thirds being the property of Cory Brothers) have the Docks and Entrepôts which are appropriated for handling and warehousing goods after those coal and which could not serve the purpose of any coal dealer at Port Said. You would remember that when there was some talk a little time ago of Mrs. Savon treating for the sale of their Docks & Entrepôts, the intruding purchasers were the Bounded Warehouse of Alexandria, and Mr. Guy reports that the same parties are again in treaty with M Savon and we do not think they would be likely competitors against the existing coal firms. The real danger would begin if Mr. Savon after the termination of their contract with Mr. Cory were to start a coaling depot in conjunction with W. Blee, M Aguis or some one else. Mr. Cory's contention is that their agreement with Mrs. Cory terminates all them end this year but Mr. Savon says it will be in force until the 31st December 1900. We see Mr. Savon prior to his going to London. We will try and persuade him that it is his interest as well as of everybody else to do all in his power in order to maintain his connection of 35 years' standing with Mrs. Cory. »

13 juillet 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : « Avant d'être mis au courant par vous, nous avions appris la chose par nos amis de Londres, mais comme MM. Cory nous avaient fait promettre de ne pas vous en parler nous nous étions conformés à leur demande. Aussitôt que par votre lettre et par la lecture de l'entrefilet de La Vérité, nous avons vu que la chose était publique, nous avons cru que ce qu'il y avait de mieux à faire, était d'aller à la source [de] cette affaire qui vous le comprendrait nous causait une certaine inquiétude. D'après ce que nous avons ainsi recueilli, nous sommes portés à croire que les deux parties sont plus disposées qu'elles veulent laisser paraître à arriver à un arrangement. M. Savon doit se rendre à Londres et viendra nous voir à son passage, nous espérons pouvoir montrer à cet ami combien il est désirable dans l'intérêt de tous qu'il trouve un terrain d'arrangement avec MM. Cory. »

14 juillet 1899
A Worms & Cie Port Tewfik : Difficultés au début dans la vente du kérosène. « Ce n'est pas avant la mise en oeuvre de notre installation dans les grandes villes de l'intérieur que les ventes auront quelque importance. Étude de la possibilité d'un trafic par le Canal au moyen de barques arabes pour Port-Saïd. »

15 juillet 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : « Affaires pétrole. En ce qui concerne l'installation du Caire nous penchons décidément pour la solution à laquelle vous semblez vous-même donner la préférence, à savoir d'envoyer au Caire un de vos propres employés pour y installer une agence. La combinaison de Tr... aurait ses avantages, notamment celui de vous faire entrer d'emblée et sans peine sur le marché qu'il possède très bien, mais c'est là une affaire de longue haleine en présence de laquelle il ne faut pas redouter les petits ennuis ou difficultés de la première heure et si les débuts de votre propre agence sont moins brillants que ne l'ont été la combinaison de Tr., un avenir prochain ne peut manquer de vous donner une large compensation. »

16 juillet 1899
De Worms & Cie Port-Saïd, à Worms & Cie Zanzibar : Envoi de 24 couffes en jonc renforcées. « Il vous manque encore 2 couloirs en fer pour débarquement. »

21 juillet 1899
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : « We confirm our cable of yesterday asking you with regard to liquid fuel whether you could receive about 2.000 tons, arrival about 21st August and we have to thank you for your reply informing us that you accept the offer of we consider it necessary but that you can see no immediate prospect of uptake   We are converting as fast as we can, our own  s.s. for the burning of this fuel, and shall require bunkers for them at any rate in the near future, so that we should like to have supplies at you port, while the fast that we have them will assist us in our negotiations not only with your railways, but with others steam shipowners. »

28 juillet 1899
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : « Nous apprenons avec intérêt le résultat de votre envoi d'essai à Port-Saïd en bidons et par barques arabes ainsi que le début de votre dépôt de Tantah. »

29 juillet 1899
A Worms & Cie Le Havre : Au sujet échouement du "Commandant-Franchetti" sur les Goodwin Sands sur la côte anglaise. Il se rendait du Havre à Amsterdam avec une cargaison de cacao.

31 juillet 1899
A Worms & Cie Marseille : « Nous vous avons fait part de la tension qui s'est produite récemment dans les rapports de MM. Cory Bros Limited avec nos amis MM. Savon qui sont leurs agents à Port-Saïd. Nous avons eu le regret d'apprendre ce matin par une visite de M. Ludovic Savon que les négociations sont actuellement rompues. Malgré tout nous ne pensons pas qu'il faille absolument désespérer de les voir reprendre car les conséquences d'une rupture définitive seraient certainement aussi fâcheuses pour l'une que pour l'autre des parties. »
Entre The Albion Steam Coal Co. Ld et Worms & Cie Cardiff : Échange de notes. « Stemming notes for "Crosshill"; it is not our intention to supply anymore coal under this contract. »

Août 1899
De la direction générale des Services maritimes : [Extrait d'une liste non datée des navires Worms, classée en février 1951.] Vente du "Président" [à la démolition ?.]

3 août 1899
A James Burnes & Sons, Londres : Longue lettre sur les relations entre Cory Bros. Ltd et MM. Savon.

4 août 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : « En présence de la rupture qui nous paraît imminente entre MM. Cory et Savon, notre attention a été tout de suite appelée sur M. Barbaze que notre Sieur Rouyer et vous-même connaissez depuis de longues années et nous vous avons télégraphié pour vous prier de sonder ses intentions. Nous avons eu dès le lendemain matin votre réponse très satisfaisante par laquelle nous avons appris sans surprise que M. Barbaze ne connaissait pas du tout la situation mais que si les choses ne s'arrangeaient pas il serait très content de faire un arrangement avec nous. Vous voudrez bien nous dire par votre prochaine lettre si vous ne croyez pas que M. Barbaze, tel qu'il est et avec l'expérience qu'il a acquis des affaires et les langues qu'il possède, ne serait pas précisément l'homme qui nous conviendrait le mieux en vue de l'extension que prend le travail de direction de notre maison de Port-Saïd et de Port Tewfik, par suite surtout de l'adjonction des affaires Samuel. Mais il est bien entendu que nous ne voudrions pas que quoi que ce soit dans cette circonstance pût porter ombrage à nos voisins MM. Savon et Bazin avec lesquels nous avons les relations amicales que vous savez. »
A Worms & Cie Port Tewfik : « Nous notons que le dépôt de Tantah a dû être prêt à fonctionner dès la dernière semaine de juillet et "Kafr Zayat" puis "Benah" devaient respectivement à leur tour entrer en opération un mois et six semaines plus tard. »

11 août 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : « Nous sommes très contents de noter au passage le bon vouloir que vous nous signalez avoir montré par M. Ch. Rouger que vous avez détaché de votre personnel pour aller immédiatement procéder à l'installation d'une agence à Tantah. »
De Paul Rouyer, à M. Guy, [Worms & Cie Port-Saïd] : « J'ai à vous prier de remercier M. Barbaza de la lettre qu'il m'a adressée personnellement, pour me remercier d'avoir pensé à lui et me confirmer que, le cas échéant ainsi qu'il vous l'a dit à vous-même, il serait très heureux de venir avec nous. Une correspondance directe entre lui et moi à ce sujet serait alors chose fort délicate et nous avons pensé qu'il était préférable que je vous priasse de vouloir bien me servir d'intermédiaire pour lui dire combien nous avions apprécié la délicatesse avec laquelle il a envisagé la situation. Il était au naturel que Barbaza pensât que c'est moi qui ai pensé à lui et mis son nom en avant dans cette circonstance, et vous qui êtes en mesure de le juger, l'ayant connu depuis longtemps déjà, vous penserez sans doute comme moi que nous pourrions en faire à un moment donné un « right man at the right place ». Toutefois la question qui s'est élevée entre MM. Cory Bros et leurs agents à Port-Saïd doit forcément rester en suspens pendant quelques semaines et nous ne pensons pas que nous puissions savoir quelque chose de définitif avant le milieu de septembre. Veuillez donc bien, en faisant à M. Barbaza la communication que je vous indique, l'assurer de notre entière discrétion. »
A M. Samuel & Co., Londres : « You will permit us to express our feeling of surprise and disappointment at your having made your Zanzibar arrangements with Mrs. Smith Mackenzie & Co. although no doubt you must have had some good reasons for taking the matter up with our neighbours. »

14 août 1899
A l'envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de sa Majesté l'Empereur du Japon, Paris : Rappel de la lettre du 16 octobre 1897. « Depuis cette époque nous avons eu le plaisir d'être chargé de la fourniture à Suez du charbon destiné au croiseur de première classe "Tokina". »
De Samuel & Co., Londres : « We much regret that you should be disappointed at our having made Zanzibar arrangement with Mrs. Smith, Mackenzie & Co. This firm is the correspondent of the London firm of Mrs. Gray Dawes & Co., with whom we have made comprehensive arrangements, both for Zanzibar and Mombassa, and all Persian Gulf Ports. It being quite impossible to have had more satisfactory relations with any friends that have existed with your good selves. »

17 août 1899
De Worms & Cie Port-Saïd, à Worms & Cie Zanzibar : Envoi de 2 couloirs en tôle.

18 août 1899
A Worms & Cie Port Tewfik : « Nous avons noté que les sites choisis pour vos installations à Damiette, Mansourah, Samanouh, Metiallah et Kebir ont été approuvés par le département de la sûreté publique. »
De la direction générale des Services maritimes : [Extrait d'une liste non datée des navires Worms, classée en février 1951.] "Ville-de-Nantes" est coulé par abordage avec le s/s "Amity" [ou "Anity"] en Gironde.

23 août 1899
De Worms & Cie Le Havre : Annonce par Eugène Cellier de la mort de John Perlbach avec lequel un accord avait été conclu du temps de F. Mallet pour mettre fin à une concurrence entre les deux maisons.

24 août 1899
A Eugène Cellier, Hambourg : « Notre maison du Havre nous annonce la mort de M. John Perlbach avec lequel nous avions depuis le temps de M. Mallet des accords qui ont toujours été loyalement tenus et qui nous semblent avoir été mutuellement avantageux. C'est avec un profond chagrin que nous voyons ainsi disparaître d'anciens amis avec lesquels le temps et une similitude d'intérêts avaient créé des liens d'estime et de confraternité. »

28 août 1899
A Eugène Cellier, Hambourg : « Avons bien reçu votre lettre du 26 courant et vous remercions des intéressants renseignements qu'elle nous porte sur les opérations de la maison Perlbach. Dans le cas où la maison Kirsten reprendrait la suite de ses affaires, nous supposons qu'il n'y aurait rien de changé en ce qui nous concerne. »
De M. Samuel & Cie, Londres : Transmission d'une lettre expédiée le 7 août 1899 par Éd. Suarès & Cie, Alexandrie, à MM. Rothschild et Sons, Londres, et communiquée par ces derniers à M. Samuel & Cie. Depuis quinze ans dans le commerce de pétrole de Russie et d'Amérique, Éd. Suarès & Cie ont appris que la Shell Transp. & Trade & Cie, dont les Rothschild sont les principaux promoteurs, a décidé d'établir des citernes pour pétrole en vrac à Alexandrie et de rayonner de là dans toute l'Égypte. Ils savent que la Shell a des engagements antérieurs avec Worms & Cie établis sur le Canal. Égypte et Canal forment deux parties distinctes. Le Canal vit du transit, du service de consignation des navires. Alexandrie est la métropole commerciale du pays où s'échangent tous les produits de l'intérieur et ceux de l'importation. D'ici, rayonnement sur le Caire et tous les villages. Toute affaire commerciale en Égypte doit être centralisée à Alexandrie. En deuxième lieu, habitude commerciale du pays. Avantage pour la Shell de diviser son affaire Égypte en deux ports distincts et autonomes. Demande à Rothschild leur concours pour soumettre à Shell une demande de leur agence en Égypte. M. Samuel & Cie recommandent qu'on avise Port-Saïd en lui disant de se mettre en rapport avec Suarez à qui eux-mêmes répondent qu'ils n'ont pas donné leur agence et de correspondre avec la Maison.
De Worms & Cie Port-Saïd : [Extrait d'une note datée du 7 mai 1945.] « La Maison Worms a été pendant 25 années (de 1899 à 1923) agent général pour l'Égypte, la Palestine et la Syrie, de la Shell Transport & Trading Cy et de l'Asiatic Petroleum Cy. Elle avait créé, pour compte de ces sociétés, 65 agences ou sous-agences dans le Moyen-Orient et ceci jusqu'au moment où ce groupe a estimé, devant l'importance des affaires traitées, devoir s'installer pour son propre compte dans cette partie de la Méditerranée. »

1er septembre 1899
De Worms & Cie Port-Saïd : Circulaire. Frédéric Guy, en charge de l'agence de Suez depuis 20 ans, est nommé directeur général en Égypte avec sous son contrôle les succursales de Port-Saïd, Suez et autres. W. S. Macdonald demeure directeur de la succursale de Port-Saïd, fonctions qu'il occupe depuis 4 ans.

8 septembre 1899
A Worms & Cie Port Tewfik : « Nous notons avec plaisir que vos ventes de pétrole commencent à prendre un peu d'ampleur et que les arrangements que vous faites très économiquement avec quelques capitaines, vos amis, vous permettent de fournir aux besoins de Port-Saïd lorsque vous n'avez pas le bateau de la "Shell Line" pour effectuer le transport. Vos installations de l'intérieur se complètent successivement. Nous croyons que vous avez intérêt à ne rien précipiter de façon à amener le fonctionnement de chacune aussi près que possible de la perfection. »
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : « Liquid Fuel. We may probably land at your port the whole of the oil by our "Nerite" say some 6 300/6 400 tons, and we hope therefore that you will make all preparations so as to be able to receive this. (« Tout anxieux d'avoir de la vente locale pour ce produit. ») Our own steamers will not for the moment require very large quantities, as the steamers proceeding to Europe will at the most want about 600 tons and of there we shall have very few for the next few months. »
De Laboratory & Assay Office, Newcastle : Charbon New River. Compte-rendu d'analyse.

15 septembre 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : « American War Department. Nous sommes très heureux de vous confirmer l'avis que MM. Burness vous donneront certainement que leur nouvel agent aux états-Unis a réussi à nous assurer ce contrat pour Port-Saïd jusqu'à la fin de l'année au prix de 23/3. » Difficultés rencontrées pour le renouvellement du [H. V.], entre autres celle créée parce que les nouveaux arrangements de Cory pour faire leurs affaires eux-mêmes risqueraient de susciter une nouvelle concurrence de la part de Savon. Bon espoir d'une entente avec Savon. « M. Samuel & Co. Avons noté avec beaucoup d'intérêt les détails que vous nous donnez sur le développement des ventes de kérosène dans vos divers dépôts déjà ouverts et nous comptons que ce mouvement ne fera que s'accentuer avec l'ouverture des nouveaux dépôts. »
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port-Saïd : « Supplies. Thank you for confirming receipt of a telegram to your Port Tewfik friends and we are confirming to them our message of the 11th inst. advising them the sailing on the previous day from Novossibirsk of our s/s "Murex" with 860 tons. »

19 septembre 1899
De Worms & Cie Marseille : Charbon New River. Compte-rendu d'analyse.

22 septembre 1899
A M. Guy, Worms & Cie Port-Saïd : « M. Samuel & Co. Nous voyons que vos ventes continuent à prendre leur développement normal sur les trois points où vous les aurez commencées et que l'effet de l'ouverture de vos dépôts commence à se faire sentir à Alexandrie pour la vente du pétrole en caisses. L'Alderman (Samuel) a exprimé à nouveau son désir de voir l'affaire du dépôt à Alexandrie entrer dans la période d'exécution dans le plus bref délai possible. »
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : « Our s/s "Nerite" will bring you about 6.000 tons of liquid fuel, is now loading in Singapore. We expect our s/s "Nerite" to sail from Singapore for your port about the 25th inst. »

29 septembre 1899
D'H. Follin, Worms & Cie, aux capitaines de la flotte. Circulaire. « En vue de l'avancement des sciences météorologiques, nous serions heureux de voir un plus grand nombre de nos capitaines et de nos officiers prendre soin des cahiers de météorologie que le service hydrographique de la Marine veut bien mettre à leur disposition. Les instruments seront placés par les soins de la Maison dans la cabine de l'officier qui voudra bien se charger des observations à prendre. »
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : « We cabled you on the 25 inst. The sailing on the previous day of our s/s "Nerite" from Singapore for your port with 6.050 tons. This you will probably store in tanks 2 and 3, as we see that you are using n°1 for kerosene. »

Octobre 1899
D'Eduardo Risso & Co., Buenos Aires : « We are sorry to inform you that our business does not permit us to accept the kind invitation of your firm to assist of the meeting which is to take place in London to discuss the agreement on the coal trade. But, what we could say personally, we express by writing in this letter, trying you communicable it to your firm as well as so Messrs Wilson Sons & Co. Ltd and Worms & Co. » Exposé sur les pratiques des revendeurs et sur l'inefficacité d'un accord entre les principaux importateurs pour venir à bout de ce problème.

4 octobre 1899
A Worms & Cie Marseille : « Le meeting de Londres réuni aujourd'hui a décidé le renouvellement de l'entente pour Marseille, sous réserve que l'entente à Port-Saïd serait maintenue. Malheureusement pour cette dernière nous rencontrons de grandes difficultés. »

5 octobre 1899
D'Eduardo Risso & Co., à G. de Boisduval, Buenos Aires : « The object of the present is to authorize you to represent our firm at the meeting that is to take place in London with the representatives of Messrs Wilson Sons & Co., Worms & Co. and Cory Bros & Co. Ltd, and to accept whatever agreement respecting coal business in this market which in your conscience you may consider equitable. »

6 octobre 1899
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : « Our s/s "Nerite" passed Colombo on the 2nd instead and we should be due with you shortly. On arrival we should like you to make some sort of advertisement by bringing together probably consumers, including steamships owners, officials of railways etc. so as to start the business at your port with some éclat (rapport qu'on aura besoin de ventes locales, le stock étant supérieur à celui des navires de la Shell qu'elle n'a pas eu le temps de transformer pour leur totalité). We should like you to get the khedive to witness the discharging of the "Nerite" (suggère un dîner à bord). »
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Saïd : « D'après le capitaine du "Murex", l'installation à Suez est la meilleure de toutes les installations de la Shell. »
D'Eduardo Risso & Co., à G. de Boisduval, Buenos Aires : Lui expose l'idée de créer un syndicat entre les 4 principaux importateurs de la place afin de lutter contre les revendeurs.

9 octobre 1899
A Worms & Cie Le Havre : « John Perlbach. Nous vous remettons le jaune d'une lettre de M. Cellier, en date du 6 courant, par laquelle vous verrez que la mort de cet armateur n'a rien changé aux arrangements faits par la maison H. J. Perlbach & Co. pour les questions de fret, ce qui est fort heureux. »

10 octobre 1899
A James Burness & Sons, Londres : Contrat de charbon de la Royale Dutch Co. à Port Saïd. « If the Royal Dutch are determined in not confirming their coal contract to us simply because we are Mess. Samuel's agree we are quite helpless in the matter. Nous pensons que Burness pourrait leur suggérer de placer leur agence in the hands of Mrs. Stapledon and leaving their coal contract to us. »

12 octobre 1899
A James Burness & Sons, Londres : « We have duly received your favour and take due note that we have no longer to deal with the Royal Dutch Petroleum Co in Holland but solely and exclusively with Mrs. Gilvy Gillanders & Co....We are much disappointed to hear of the arrangement which Mrs. Watts, Watts & Cie seem to have made with their German friends for their coaling requirements at Algiers as such as action must tend to diminuate the prospect of the agreement being renewed for next year. »
A W. Stapledon, Devon : « The purpose of this is to send you the press copies of letters, which we have, recently, exchanged with Mrs. Burness and Samuel with reference to the business of the Royal Dutch Petroleum Co. of the [?] whose agency and coaling contract we have, as you may know, always held since they started. The Company, through their London agents, Mrs. Ogilvy, Gillanders & Co.? have expressed themselves perfectly satisfied with our services, but, in view of our intimate relations with the Shell Transport & Trading Co. and last it might occasionally be difficulties for us to "serve two masters", they intimated their decision to change their arrangements in future and to begin with they have entrusted their agency to Mrs. Wills & Co., our coaling contract with them remaining in force to the end of the year. The idea at once occurred to us that the difficulty might be got over their placing their agency in your hand. We should thus be enabled to retain the coaling contract. (MM. Wills & Co. pour retenir l'affaire offriront sans doute à ne percevoir aucune taxe d'agence s'ils ont le contrat charbon, notre intention serait alors to intimate Mrs. Ogilvy etc. that they will receive their coal contract with us we shall be prepared to bear ourselves your charge for steamers agency. I hope you would see no objection to such a course and, in that case, I shall feel obliged by your cabling us on what terms you would be prepared to undertake the steamers agency. »

13 octobre 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : Relations avec Stapledon en lien avec l'agence de la Shell et de la Dutch Petroleum. Situation de conflit Cory et Savon, qui ne s'est pas améliorée, au contraire. Conséquence sur le H. V. dans le cas où Savon déciderait d'ouvrir un dépôt de charbon, conséquence qui pourrait peut-être décider la Maison à enlever à Savon ses affaires de transbordement. « Nous serons bien heureux d'apprendre que vous avez pu faire les arrangements qui vous satisferont entièrement pour les dépôts qui fonctionnent déjà ou qui vont être prêts, c'est-à-dire Tantah, Benha & Kafr Zayat. »

14 octobre 1899
A James Burness & Sons, Londres : Arrangement conclu par Watts avec les armateurs de Hambourg. « You know the great difficulty there is in obtaining storing accommodation there (Alger) and we do not know that if the German people had M. Watts ground organisation placed at their disposal they would not have been compelled to give up their chance. »
A M. J. Lechelle, Oran : A la suite d'une conversation avec M. Delmas, la Maison contacte J. Lechelle sous ses auspices pour lui demander s'il serait disposé à travailler pour les charbons de Cardiff et s'il y a lieu, de Newcastle qu'elle lui vendrait.

15 octobre 1899
De Worms & Cie Port-Saïd (jointe à la lettre du 16 courant) : « "Nerite". We note that you would like us to have the cargo per this s/s. Discharged with éclat and that you would wish us to issue an invitation to the Khedive and to officials in the railways etc. Unfortunately the Khedive does not return to Egypt until the end of the month and most etc. we are however, inviting the governor of Suez, the various steam ship agents, captain of the port (etc.) to be present at the discharge and to lunch on board. »

17 octobre 1899
De Worms & Cie Port-Saïd, au consul italien : Ce dernier est chargé d'une enquête sur le liquid fuel à Port-Saïd. « Il n'est pas question pour le moment d'établir un dépôt de mazout à Port-Saïd, et en principe les navires qui veulent se fournir de ce produit peuvent avoir recours à notre dépôt de Suez qui d'ici quelques jours en sera approvisionné d'environ 6.000 tonnes. Cependant par exception, s'il s'agissait de fournir ici à un navire quelconque une petite quantité pour lui permettre d'atteindre Suez, nous pourrions toujours la faire venir sans difficulté. Si la quantité demandée à Port-Saïd était d'une certaine importance nous pourrions moyennant avis et un arrangement à l'avance la faire venir exprès par nos citernes à vapeur. »

19 octobre 1899
De Worms & Cie Alger : « M. Heckmann, le représentant à Alger de Watts Williams & Cie est de retour et nous avons entendu dire qu'il fait courir le bruit qu'il a pu s'arranger avec un syndicat d'armateurs allemands pour entreprendre un dépôt de charbons ici pour leurs navires. Le charbon sera expédié ici par MM. Watts Williams & Cie, en Angleterre, pour le compte de ces armateurs et leur maison ici en fera la réception et la fourniture à leurs navires. Il paraît que M. Heckmann a même fait des propositions à MM. Schiaffino & Cie pour la manutention de ce charbon. Comme un tel procédé de nos voisins Watts Williams & Cie toucherait gravement l'entente entre les cinq maisons installées à Alger, M. Delacroix a beaucoup insisté auprès de Schiaffino qu'ils n'accepteraient pas la proposition faite par M. Heckmann. » Alger ne garantit pas l'entière vérité des bruits courants.

20 octobre 1899
Worms & Cie Alger : H. V. Deutsch Kohlen Depot. « That with reference to the German agreement made by Watts Willams & Co., Mr. Watts explained that he understands it is limited to the firms or companies parties to the agreement, viz. R. M. Sloman, A. C. de Freitas & Co., Hansa Co, Deutsch Levant Lines, Nord-Deutscher Lloyd, Hamburg-Amerikanische Co, who are to supply their coals to their own steamers only but that if it should afterwards appear that they intend selling coals to other owners, he will take care that it be limited to the German flag and that such supplies be not charged for to the owners at less than the full prices fixed by the Coal Depot Owners under the Algiers Agreement. »
De M. Samuel & Co., Londres : Arrivée à Suez du "Nérite", apprise par télégramme de la veille.

21 octobre 1899
A Worms & Cie Alger : « Votre lettre particulière a toute notre attention. Nous savions déjà par nos amis Burness et par M. Burke la combinaison Heckmann qui est en effet de nature à entamer l'entente existante. »

22 octobre 1899
De Worms & Cie Port-Saïd, à M. Samuel & Co., Londres : « The "Nerite" arrived at Suez at 7h30 pm on 18th but waited for daylight on the 19th before attempting to enter the basin. She had much quicker despatch than we had hoped for completing discharge of the cargo on the evening of the 20th in the quick time of 34 hours. »
Au président des Chemins de fer de l'État au Caire : Appelle son attention sur l'arrivée de la cargaison du "Nérite", la rapidité du déchargement et la preuve qui en résulte en ce qui concerne la facilité et l'économie de la manipulation du liquide fuel. Lui offre de lui fournir une certaine quantité pour essais. « Nous avons reçu le 19 courant notre première cargaison de liquide fuel apporté par le s/s "Nérite" de la Shell Corp. « The constant and permanent supply of this liquid fuel is now assured. »

23 octobre 1899
De Worms & Cie Port-Saïd : « "Nerite". You will be pleased to learn of the very rapid despatch given to this steamer, in discharge of her cargo of 6 050 tons of liquid fuel and this report upon same we trust may come under your notice in the newspaper, as in this matter we have endeavoured to carry out Mrs. Samuel telegraphic instructions to ask press representatives to wire home account. Kerosene. We are feeling quite satisfied with the developments of this trade wherever we are working, but we are most anxious to get the erection of the Cairo installations underway, which we hope to do within the coming week, and if Mrs. [Dowries] get the contract, they promise completion in ten weeks. »
De Worms & Cie Port-Saïd à M. Samuel & Co., Londres : « It is satisfactorily proved that our installation is quite up expectations, both with regard to the facilities for working, and the tightness of the tanks themselves. Captain Daniel has also stated that the discharge in 31 hours (not 34 first reported to us) is about the best, if not the best, that has come under his notice. A lunch was given on board of the "Nerite". »

24 octobre 1899
A Worms & Cie Alger : « Nous avons à vous confirmer notre télégramme de ce matin ayant pour objet de vous inviter à ne donner ou promettre aucun chaland en location à vos voisins Heckman à quelque prix que ce fût. Schiaffino se sont engagés à ne donner aucun chaland en location pour des manutentions de charbons à d'autres qu'à Burke & Delacroix et P. Durand. Le premier résultat de cette entente a été que M. Durand a consenti à signer l'agreement et d'un autre côté les choses étant ainsi arrangées, il semble que M. Heckman va trouver que la combinaison projetée pour le coaling des navires allemands ne sera pas d'une exécution facile, car il y a de nombreux obstacles à ce qu'il puisse avoir de longtemps à sa disposition le nombre de chalands qu'il estimait nécessaire à l'affaire. »

25 octobre 1899
De la Gazette égyptienne, article transmis par Worms & Cie Port-saïd : « Le bateau-citerne "Nérite", appartenant à la Shell Transport and Trading Cy Ltd de Londres, a déchargé dans les grands réservoirs récemment établis à cet endroit par ladite compagnie un chargement de 6,060 tonnes de combustible liquide et cela dans le court espace de 31 heures, ce qui prouve bien la facilité avec laquelle ce combustible peut être manipulé. La Suez Bulk Oil Installation forme le dernier chaînon d'une suite de dépôts établis entre Londres et Vladivostok par la Shell Company pour la fourniture de combustible liquide. A l'occasion du chargement du "Nérite" et pour commémorer en même temps l'inauguration du commerce du combustible liquide en Égypte, la Shell Company, par l'entremise de leurs agents en Égypte, MM. Worms & Cie, avait lancé de nombreuses invitations pour venir visiter à bord le déchargement, qui a été suivi par tout le monde avec le plus vif intérêt.  »

26 octobre 1899
A la Compagnie générale transatlantique, Paris : « Nous vous adressons l'original de la charte-partie que nous avons aujourd'hui conclue avec vous pour le transport de 100.000 tonnes de charbon Euréka de Philadelphie à Marseille pendant les douze mois de l'année 1901 en vous priant de vouloir bien nous la retourner revêtue de votre signature. »
De Worms & Cie Alger : Syndicat allemand. « En vous confirmant nos renseignements antérieurs, nous vous envoyons ci-inclus une petite coupure de la "Dépêche algérienne" de ce jour : "Nous apprenons qu'une société qui a à Alger pour représentant M. Heckmann a déjà traité avec les principales compagnies de navigation allemandes qui, à partir du mois de décembre, viendront faire du charbon à Alger au lieu de le faire à Malte." »

27 octobre 1899
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port-Saïd : « We are daily becoming more impressed with the necessity of having a main installation at that port (Alexandria) and this has been accentuated during the week by an interview with your senior who pointed out to us that a syndicate had been formed for the distribution of kerosene in Egypt and that we were likely to meet with opposition. The sooner we can establish in Alexandria and so supply districts in Egypt for Alexandria or Suez, which ever may be the more economical the better. »

28 octobre 1899
A Worms & Cie Alger : « Nous notons le filet de la Dépêche algérienne que vous nous communiquez et en échange nous vous envoyons un article du Matin de ce jour sur le même sujet. Cette publicité et la façon dont cette affaire est présentée au public nous amènent à croire que l'affaire rencontrera auprès des autorités à Alger un accueil plus bienveillant que nous ne l'eussions souhaité et que si votre voisin Heckmann n'obtient pas de chalands en location, il aura la ressource d'en faire construire et qu'il n'aura pas trop de peine à obtenir des autorités les autorisations nécessaires et le stationnement de ces chalands. »

31 octobre 1899
De Worms & Cie Alger : Syndicat allemand. « Nous suivrons vos désirs à la lettre à l'égard de la Maison Watts Ward & Cie et M. Heckmann. Nous vous remercions pour la coupure du "Matin". Nous avons entendu que son projet (de Heckmann) est soutenu par le consul d'Allemagne à Alger. Nous ne pensons pas que ce projet reçoive un accueil très bienveillant auprès des autorités à Alger. Il n'est pas le seul d'Alger qui veut construire des chalands ou avoir plus de terrain sur les quais et nous ne croyons pas que sa demande serait accordée avant tous les autres négociants. »

2 novembre 1899
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port-Saïd : « We are pleased to see that the report of the discharge of our steamer "Nerite" at Suez within 34 hours was improved on in actual fact, the discharge taking only 31, and we note with approval the use you are making of this fact, as an evidence of the expeditions handling of fuel, and an argument to induce buyers to take it up keenly. »

4 novembre 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : M. Barbaza. « À la réception de votre lettre, et prenant en considération ce que nous savons de lui et tout le bien que vous nous dites en penser vous-même, nous n'avons pas été longs à prendre la décision qu'il ne fallait pas manquer l'occasion qui se présentait de vous assurer les services de M. Barbaza. Le fait que MM. Savon lui ont donné toute liberté d'action à partir du 1er janvier joint à l'attitude que ces Messieurs prennent à Port-Saïd à la suite de leur rupture avec MM. Cory Bros lève tout scrupule que nous aurions à [illisible.] Il doit être bien entendu avec M. Barbaza que nous ne prenons pas l'engagement de le conserver à Port-Saïd et qu'il pourra être employé là où nous jugerons ses services le plus utile, que ce soit à Alexandrie, ou ailleurs. »

10 novembre 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : « Eagle Coal Cy. Nous n'avions jamais été satisfaits des arrangements faits lors de l'achat de cette affaire, et en vertu desquels le management était placé sur le Canal aux mains de Savon Bazin. Un accord est intervenu entre nos deux voisins Lambert et Cory : le système proposé est des plus simples et le voici en deux mots. Vous formeriez à Port-Saïd un board de Eagle Coal Cy composé d'un représentant de chacune des trois maisons. Le Board se réunirait quand il le jugerait à propos. Il n'y aurait plus de dépôt spécial de charbon et les demandes des clients de l'Eagle seraient remplies à tour de rôle par les trois maisons en ayant soin que les livraisons se maintiennent pour chacune dans des proportions sensiblement égales. Il conviendrait de s'arranger pour que d'un même bateau à l'aller et au retour soit expédié par le même employé de manière à ce que les capitaines ne soient pas frappés par de continuels changements de visages... Le renouvellement de l'entente entre les 4 maisons est chose faite. Il reste à savoir ce que pourra faire M. Savon qui persiste à vouloir continuer les affaires pour son compte à Port-Saïd... Nous avons bien noté que vos ventes de kérosène et celles de Port Tewfik ont déjà pris un développement tel que vous vous trouverez embarrassés pour alimenter vos dépôts à telle enseigne que faute de wagons vous n'avez pu commencer à Kafr Zayat bien que le dépôt fût prêt. Le chiffre atteint à Tantah approche de la totalité de la consommation. (L'insuffisance du nombre de wagons mis à votre disposition par les chemins de fer égyptiens vous met dans uen situation fâcheuse). Nous avons fait revenir MM. Samuel sur leur décision première de ne pas avoir de wagons à eux. Ils se sont déclarés prêts à faire construire immédiatement les réservoirs pour être placés sur des plate-formes appartenant aux chemins de fer. »
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port-Saïd : « Cairo installation. We note you have cloud with Mess Dowrie for the construction of this. »
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port Tewfik : « "Nerite". We are pleased with the result of the discharge of this steamer's liquid fuel and note the continued good report by our captain of the facilities you afford at your port. »
A M. Watts, EH Watts Esq. 7, Wittington Avenue, E. C., Londres : « My people telephone from Paris that they are given to understand that M .Heckmann has been to see the Prefect at Algiers and applied for quay space stating that the depot owners had combined to maintain exaggerated price for their coals and that to with the German Syndicate Coals would be reduced 5 F per ton and an enormous increase in the number of ships visiting the port would be the consequence. If this is true, you will admit that it is a very serious matter all the more so as under the French land parties to a combination of that kind would be amenable to criminal proceeding. I hope you will be able to do something to put a stop to this. »

14 novembre 1899
De Worms & Cie Alger : Syndicat allemand. « A la suite d'une réunion des cinq maisons intéressées à la question des charbons [...], M. Delacroix a fait part des résultats de son entrevue avec le préfet à l'égard du projet Heckmann. Il a dit que ses explications ont dû réussir à montrer au préfet qu'il avait été mal renseigné par Heckmann, sinon trompé. Nos voisins ont exprimé l'avis que tout le monde doit s'abstenir de donner secours à Heckmann et s'il demandait du charbon pour des navires des armateurs syndiqués, nous devrions refuser d'en fournir sauf aux bateaux directement au prix courant, paiement par traite des capitaines sur les compagnies. Veuillez nous dire si nous devons participer à une telle entente. »

15 novembre 1899
Aux administrateurs des Messageries maritimes, Paris : Transmission du contrat de la Shell pour Suez et 7 ports au-delà. « Nous avons l'honneur de mettre sous vos yeux la communication suivante que nous recevons de MM. Samuel and Co. "Nous vous prions de vouloir bien de nouveau demander à la compagnie des Messageries maritimes si elle ne serait pas maintenant disposée à employer le combustible liquide, vu qu'elle est réellement dans de meilleures conditions pour le faire que n'importe quelle autre ligne en raison du fait qu'elle pourrait prendre à Suez un approvisionnement suffisant pour se rendre à Marseille et en revenir, et cela lui permettrait de supprimer complètement les chauffeurs. La raison pour laquelle nous vous précisons de voir de suite la Compagnie est que nous avons conclu un arrangement avec la Hamburg American Line qui va, dès à présent mettre trois de ses plus grands vapeurs sur l'Extrême-Orient à l'emploi de liquide fuel." »

17 novembre 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : M. Barbaza. « Nous apprenons aujourd'hui même de Marseille, que MM. Ludovic et Joseph Savon sont très affectés de voir ce vieux serviteur quitter leur service pour entrer au nôtre. Nous avons la sensation que c'est un nouveau et réel sujet de découragement pour M. L. Savon, mais en même temps il nous semble qu'il n'y a rien à reprendre à la façon absolument correcte dont les choses se sont passées. »

21 novembre 1899
A M. Samuel and Co, Londres : « We again had a conversation of some length with the manager of the Messageries maritimes & Co. That gentleman who is, as you may imagine, afraid of the prospects of the coal market, is for that reason all the more disposed to go into the question of liquid fuel and same is having is own and heads officials' best considerations, but there are many points which the special circumstances of their navigation compel them to take into account and...he desired us to state that he was not yet prepared to do business and he was not therefore in a position to avail themselves of your quotations. You may rely on our following the matter up very closely and we are glad that you referred to the fact of the P&O having decided to make a trial as that must certainly influence our friends... »
A James Burness & Sons, Londres : Royal Dutch Petroleum Co. « Though we were somewhat prepared for the new contained in your letter our disappointment is very great at knowing as a certainty now that we have lost this valuable connection, nor do we think we ought to delude ourselves with the hope that we may win them back after next year, as Mess Wills & Co. will doubtless take good care that we are not given a chance of that. »
De Worms & Cie Alger : Syndicat allemand. « Ci-inclus copie d'une espèce de circulaire de la société signalée par M. Burke. "Agreement dated 3rd October 1899. The address of the Company is Hamburg. The object of the understanding is: 1. The establishment of a coaling depot in the port of Algiers and the utilisation of some for the supplying of bunker coals of first class quality to steamers of the company also the vessels of German and Austro-Hungarian navies and mercantile marine. 2. The handling of bunker coal in a general way. The capital of the Company is 100.000 marks. At the meeting of the Company on 7th November 1899, Carl Alfred Godefroy, merchant, was appointed manager of the Company." »

22 novembre 1899
A M. Samuel and Co, Londres : « When it comes, the installation of tanks at Marseilles will undoubtedly be not only a useful one, but in fact a necessary one for them (Messageries maritimes), although until them we could not recommend your thinking of starting a depot there, as we could not hope to do business in liquid fuel for export and the inland trade is out of our reach owing to the duty of either 90 to 180 per ton. »
De M. Samuel & Co., Londres, à Worms & Cie Port-Saïd : « Liquid fuel. We have much pleasure in informing you that we have practically arranged with the Hamburg American & Co., a contract for bunkering at least 7to 20 of their steamer going East, from may next, at Suez, with Liquid fuel at 50/ per ton. It simply remains to agree the term of. »

23 novembre 1899
A Worms & Cie Marseille : « Nous accusons réception de votre lettre d'hier faisant part de l'entretien que vous avez eu avec M. J. Bazin à propos de Barbaza. Vous pourrez assurer cet ami de notre sincère désir de lui être agréable et de l'assister dans les circonstances qu'il vous a exposé. Nous écrivons donc à notre maison de Port-Saïd dans le sens indiqué par M. Savon et nous sommes assurés que nos agents se prêteront bien volontiers à son désir en autorisant M. Barbaza à continuer de s'occuper de la liquidation des affaires Bazin tout en commençant ses services à partir du 15 janvier. »

24 novembre 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : Royal Dutch Petroleum Cy. « En raison des engagements pris par l'un des associés de la Maison Ogilvie Gillanders & Co., il n'a pas été possible de donner suite aux propositions que vous connaissez en sorte que le coaling aussi bien que la consignation des vapeurs de cette compagnie iront à Wills & Co. Ltd pour 1900. Nous espérons toutefois que cette affaire pourra nous revenir ultérieurement grâce à des relations personnelles qui pourront être mises en jeu. »
A M. Samuel and Co, Londres : « We have not so far done anything with a view to preparing the ground for a depot at Marseilles, but when you wish us to do so we shall be prepared to make a more. »

28 novembre 1899
A Worms & Cie Marseille : Contrats charbon de la Compagnie Fraissinet qui à la suite d'une rupture avec Cory / Savon, fixe son choix sur Worms & Cie.

4 décembre 1899
A Gaston Thomson, député, Paris : « Je vous ai dit un mot l'autre soir de quelque chose qui se passe à Alger et je viens maintenant vous raconter ce dont il s'agit. Quelques armateurs de Hambourg et Brême dont pour au moins certains d'entre eux les navires touchent toujours à Alger, ont eu l'idée d'essayer d'y faire un dépôt de charbon à eux. »

7 décembre 1899
A P. Cherfils, Alger : Demande de faire connaître ses intentions (à la Chambre de commerce, et dans son entreprise) vis-à-vis du projet de création du dépôt allemand.
A F. M. Burke, Esq, Alger : « I am favoured with your lines of the 2nd inst. I now enclose the copy of a letter which I sent on the 4th inst. To a political friend of mine and which I know he at once either forwarded or embodied in a letter of his own to the prefect. This I may add I did in accordance with a promise which I had made to M. Chapman in London. We are today addressing M. P. Cherfils and enquiring what attitude he intends adopting in connection with the new scheme both as a member of the Chamber of Common and as a shipbroker. All the foregoing I will thank you to treat as strictly private. Indeed it is best that I should not be suspected of acting for any others motives than the general good of the Algiers coal trading community which I am really doing and not for the furtherance of the interests of any particular firm. »

8 décembre 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : « Manutentions marchandises. Nous n'avons aucune raison pour ne pas continuer avec la maison Ludovic Savon les bonnes relations que nous entretenions avec ses prédécesseurs. Seulement devons tenir compte qu'aujourd'hui position Ludovic Savon est différente de celle de MM. Savon Bazin en ce sens qu'il va s'occuper d'affaires charbons dans d'autres conditions et peut-être avec d'autres intentions que ne le faisaient ses aînés. Sommes prêts à renouveler nos arrangements avec lui pour 1900 mais à la condition expresse que si à un moment quelconque il nous fait concurrence ou porte ombrage, nous aurons le droit de dénoncer immédiatement nos arrangements. »

13 décembre 1899
Copie de lettres n°837, p. 455. A Worms & Cie Port-Saïd : Note relative aux éclairages électriques des Messageries maritimes.

15 décembre 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : Au sujet des arrangements faits à Londres pour le management de l'Eagle Coal Co. à la suite de la liquidation Savon Bazin & Co. Envoi du texte de la clause à ajouter au contrat pour les manutentions conformes à ce qui a été convenu avec L. Savon.
A Worms & Cie Port Tewfik : « Nous notons que vous avez commencé l'installation des trois nouveaux dépôts de Mansourah, Samanhoud et Mehalla El Kébir, ce qui avec Benha, Tantah, Kafr Zayat, Mansourah et Zajazig auxquels il faut encore ajouter Suez et Port-Saïd portera à fin janvier prochain à dix le nombre des marchés à votre disposition sans compter Ismaïlia où vous avez déjà fait quelques ventes. » Activité dépensée par Worms & Cie pour s'organiser et satisfaction témoignée par Samuel pour les résultats obtenus (y compris transport par chemin de fer, emballages). « Tinning Factory. Merci également pour les très intéressants détails que vous nous donnez sur votre fabrication de boîtes et d'où nous retirons l'impression que vous avez organisé les choses de ce côté spécial de la façon la plus satisfaisante comme production et comme prix. »

16 décembre 1899
A James Burness & Sons, Londres : « U.S. Army transport departs. We are much pleased to learn... that you have again secured their contract, at Port Said & we now await to hear whether it is for 12 months or for 6. »
A A. E. Monod, Worms & Cie Marseille : Refus de l'autoriser à poser sa candidature au Conseil municipal. « N'avons jamais autorisé aucun de nos agents à entrer dans une assemblée. Les fonctions publiques ne sont pas faites pour les hommes d'affaires qui ne pourraient avoir deux charges sur les bras sans négliger l'une des deux, sans compter les conflits politiques qui pourraient à un moment donné présenter de graves inconvénients. »

29 décembre 1899
A Worms & Cie Port-Saïd : Flotte Volontaire Russe. « Merci pour la copie du contrat pour notre quart habituel. American War Département. Nous vous avons câblé... que le contrat est en règle pour 6 mois. » 

Conteneur

B-A

Informations recueillies

W/210

1044

- Service charbons - War and Strikes. Taxes sur les contrats (1898-1915)
Strike clauses (1898-1900).
Taxe sur les contrats Newcastle intéressant surtout les compagnies de gaz locales (1899-1902).
Les dossiers comprennent des informations sur les contrats, les tonnages, les steamers affrétés pour les succursales (selon les cas) d'Alger, de Port-Saïd et de Marseille : Compagnie havraise péninsulaire (Alger, Marseille, Port-Saïd), Compagnie Paquet (Marseille), la Compagnie générale transatlantique (Port-Saïd), la Compagnie de navigation mixte (Alger), la Compagnie des bateaux à vapeur du Nord (Alger), Koninklijke Paketvaart Maatshappij Nederland (Port-Saïd), Messageries maritimes (Port-Saïd), Compagnie des vapeurs de charge français (Port-Saïd), Compagnie franco-tunisienne (Marseille), Foscolo Mango & Co. (Marseille), Tom Cossovich (Marseille), Ybarra & Co. (Marseille), A. Christiansen (Alger), Merli & Lugaro de Gênes (Alger)...

 

Retour aux archives de 1899